Soixante gendarmes mobilisés pour arrêter un homme menaçant armé d’un couteau, près de Saint-Nazaire

Écouter

Le centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie (Corg) de Loire-Atlantique a reçu nombre d’appels, en provenance de Savenay, mercredi 9 juin, sur les coups de 22 h. Des témoins ont vu un homme armé d’un couteau courir après un autre, en pleine rue. Certains assurent avoir entendu l’agresseur crier « allah akbar ».

L’homme s’est rendu

La victime s’en est sortie avec une grosse frayeur tandis que l’homme armé est rentré dans sa chambre qu’il occupe dans un foyer, mis à disposition par la Ville pour le centre d’accueil des demandeurs d’asile. Devant la menace, les gendarmes ont déployé une soixantaine d’unités sur le terrain, dont des négociateurs, l’antenne du GIGN et des enquêteurs de la Section de recherches de Nantes.

L’endroit où a eu lieu le « coup de folie » de l’homme hébergé dans un foyer à Savenay. | OUEST-FRANCE

Le centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie (Corg) de Loire-Atlantique a reçu nombre d’appels, en provenance de Savenay, mercredi 9 juin, sur les coups de 22 h. Des témoins ont vu un homme armé d’un couteau courir après un autre, en pleine rue. Certains assurent avoir entendu l’agresseur crier « allah akbar ».

L’homme s’est rendu

La victime s’en est sortie avec une grosse frayeur tandis que l’homme armé est rentré dans sa chambre qu’il occupe dans un foyer, mis à disposition par la Ville pour le centre d’accueil des demandeurs d’asile. Devant la menace, les gendarmes ont déployé une soixantaine d’unités sur le terrain, dont des négociateurs, l’antenne du GIGN et des enquêteurs de la Section de recherches de Nantes.

L’endroit où a eu lieu le « coup de folie » de l’homme hébergé dans un foyer à Savenay. | OUEST-FRANCE

Un examen de son état psychologique

Le dispositif est resté en éveil toute la nuit. Jusqu’à ce que l’homme au couteau sorte de chez lui… en chantant. Une fois maîtrisé au sol, il a été placé en garde à vue. L’état psychologique de l’intéressé doit faire l’objet d’examens.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.