Se pourrait-il que des journalistes nous mentent ?

Introduction.

Chers lecteurs, nous vivons actuellement l’apocalypse, c’est-à-dire, le temps du dévoilement. En observant la confusion qui règne dans tous les domaines, nous constatons que les masques tombent et la Vérité se fait jour. Cette excellente nouvelle est la révélation que notre destin NOUS appartient pleinement.

Pour contribuer activement au futur de l’humanité, reprenons confiance en l’Être que nous sommes vraiment et agissons individuellement pour construire collectivement le merveilleux monde de demain. Ce blog, qui traite de « l’écume des choses », a pour ambition de vous y aider.

Si vous désirez être pleinement acteur de « l’ardente obligation » de changer vraiment ce monde, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques, ce sera votre manière de m’aider très concrètement à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

Sujet du jour On nous ment, oui, on nous ment.

Comme je l’ai expliqué dans mon billet du 21 mars 2022 : la guerre d’Ukraine est terminée le 24 février 2022 et c’est la Russie qui l’a gagnée. Les objectifs de « l’opération militaire spéciale » ont été définis clairement par Vladimir Poutine et ils sont en voie de résolution.

Le gouvernement américain souhaite que le conflit s’éternise en alimentant l’armée ukrainienne en matériel militaire. La Grande-Bretagne est sur la même ligne en formant des soldats ukrainiens. L’Union européenne n’est pas en reste. Elle dépense 8 millions d’euros pour construire un bunker sécurisé à Bruxelles, où les dirigeants pourront se réunir en toute discrétion… loin des « grandes oreilles russes » !!!

Ce qui passionne les journalistes « du monde libre », c’est d’accuser l’armée russe de massacres de civils et de crimes de guerre. Prenons l’exemple du bombardement par l’armée russe, d’un centre commercial dans la ville de Krementchoug. TF1, toujours bien informée, nous annonce que :

« Le centre commercial « très fréquenté » de Krementchouk, dans le centre de l’Ukraine, a été touché ce lundi par un missile. Plus d’un millier de personnes se trouvaient à l’intérieur, selon le président Volodymyr Zelensky. 18 personnes ont été tuées dans cette frappe, selon un dernier bilan du chef des services de secours ukrainiens ».

Et notre cher « président Manu », toujours prompt à voler au secours des personnels médicaux licenciés du fait de leur refus de « l’injection salvatrice », des victimes innocentes, déclare :

« Le bombardement d’un centre commercial à Krementchouk par la Russie est une horreur absolue. Nous partageons la douleur des familles des victimes et la colère devant une telle ignominie. Le peuple russe doit voir la vérité ».

Évidemment, l’armée russe communique des faits quelque peu différents :

« Le 27 juin, à Krementchoug (région de Poltava), les forces aérospatiales russes ont lancé une attaque aérienne de haute précision contre les hangars contenant des armements et des munitions livrés par les États-Unis et les pays européens à l’usine de machines routières de Krementchoug. L’attaque de haute précision a permis de neutraliser des armements et des munitions de fabrication occidentale concentrés dans la zone de stockage pour être livrés au groupe de troupes ukrainiennes dans le Donbass. La détonation des munitions stockées a provoqué un incendie dans un centre commercial non fonctionnel à côté des installations de l’usine ».

Vous n’allez pas le croire, un média indépendant, South Front (si, si, il existe des journalistes qui font leur métier), nous conte une histoire proche de la version russe :

« Le président ukrainien Zelensky a affirmé que des missiles russes avaient touché le bâtiment. Selon lui, il y avait plus d’un millier de personnes à l’intérieur. Cependant, le nombre de victimes est extrêmement faible. Le chef de l’administration militaire régionale de Poltava, Dmitry LUNIN, a rapporté sur sa chaîne Telegram qu’à 18 heures, heure locale, on avait environ deux morts et 20 blessés. Les mêmes données sont fournies par le Département régional du Service d’État de l’Ukraine pour les situations d’urgence.

Les rapports semblent suspects. Selon des responsables ukrainiens, des missiles de croisière russes ont frappé le centre commercial bondé, mais seule la mort de deux personnes a été confirmée jusqu’à présent.

Le centre de combustion s’est avéré être le magasin Amstor situé à quelques mètres de l’atelier de l’usine de machines routières de Kremenchug Kredmash. Depuis 2014, l’usine est utilisée pour réparer le matériel militaire des forces armées ukrainiennes lors de l’opération antiterroriste contre la population des Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk. L’usine de machines routières de Kredmash a probablement été touchée par plusieurs missiles et l’onde de choc a mis le feu au centre commercial voisin ».

Je vous invite à lire la très professionnelle démonstration de la journaliste française, Christelle NÉANT que les lecteurs des « Rendez-vous d’Hubert » connaissent bien. Elle explique, preuves à l’appui, que la « version russe » est parfaitement vraisemblable, contrairement aux versions des « merdias de grand chemin ».

Il est amusant, affligeant de constater que très souvent, « les journalistes » nous mentent ou bien omettent de nous informer de faits pourtant importants :

  • Saviez-vous que si, officiellement, « Les USA n’ont pas de soldats au sol en Ukraine», la journaliste française Anne-Laure BONNEL, nous prouve le contraire ?
  • L’ethnologue et historien Panagiotis GRIGORIOU nous fait une analyse fouillée d’un très curieux crash d’un avion-cargo ukrainien en Grèce. Selon le FIGARO, il transportait « des armes provenant de Serbie, vers… le Bangladesh ». La conclusion de « l’ami Pana» est pour le moins différente :

« La vérité est que l’avion était un « cheval de bataille », comme les Américains décrivent un avion-cargo. Un avion-cargo qui allait atterrir à l’aéroport de Chrysoúpolis – Kavala, car il suivait exactement la piste prévue pour y atterrir depuis la Serbie, afin d’y charger de l’armement supplémentaire, grec ou peut-être américain, depuis la Grèce, à destination de l’Ukraine ».

  • Le toujours bien informé Thierry MEYSSAN nous apprend que la police belge a fait « une descente» sur la base de l’OTAN de Kleine-Brogel. Elle a saisi un laboratoire d’ecstasy !!! De la fabrication de drogue, dans une base européenne de l’OTAN ? Comme c’est étrange !

Comme si cela ne suffisait pas, « Vlatipas » que l’enseignante juriste française Karine BECHET-GOLOVKO nous apprend que :

«  L’armée russe aurait trouvé deux laboratoires biologiques américains dans les villes de Rubejnoe et de Severodonetsk, sur le territoire de la région de Lougansk. Le retrait de l’armée ukrainienne ayant été rapide, il n’a pas été possible ni d’emporter, ni de détruire le contenu de ces laboratoires, mais tout a été soigneusement miné. Les représentants des forces de l’ordre sont sur place, ainsi que les experts, afin de comprendre ce qui se tramait dans ces laboratoires ».

Les premières investigations sur places sont glaçantes :

«  Un rapport des contractants du Pentagone en Ukraine, Black&Veatch et Metabiota, comprend des documents codés « TAR » pour étudier des virus susceptibles de causer de graves dommages à l’agriculture : sap, peste porcine africaine et classique, grippe aviaire hautement pathogène et maladie de Newcastle (peste aviaire asiatique), ce qui traduit la suspicion en certitude ».

Que conclure de tout cela ? Que beaucoup de journalistes nous mentent ? Mais non, cher Hubert, tu n’es pas sérieux. Cela ne saurait arriver chez nous … en France !!!

Certes, mais, en Grande-Bretagne… c’est possible !!! Le toujours excellent observatoire du journalisme   nous apprend que le journaliste anglais Jonathan COOK a dévoilé dans le journal « Mint Press News », que deux « journalistes vedettes » de la presse anglaise… étaient en réalité des recrues d’agences de renseignement occidentales !!! Oh my god !!! « Tout fou l’camp » dans le monde de la presse   .

« Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion »

(Paul Valéry)

Chers lecteurs, pro ou anti « journaleux-menteux », je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.