Saint-Malo. Héros de la résistance, Jacques Le Gall est décédé

Le commandant Jacques Le Gall avait été un des premiers français à rejoindre de Gaulle à Londres, après l’appel du 18 juin 1940. Ce héros de la Résistance est décédé ce samedi 30 octobre.

« C’est une très triste nouvelle pour Saint-Malo, dont ce héros de la Résistance avait été fait citoyen d’honneur », témoigne, ému, le maire Gilles Lurton. Le commandant Jacques Le Gall est décédé ce samedi 30 octobre, après avoir fêté ses 100 ans en février. Originaire d’Audierne (Finistère), il avait été parmi les premiers jeunes bretons à embarquer sur l’Ar Zenith pour répondre à l’appel du 18 juin 1940 et rejoindre de Gaulle à Londres. https://9f38f977c795e2545f8762fc8e68f0cd.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

« Servir dans la Marine »

Amoureux de la mer, le Finistérien a décidé très tôt de s’orienter vers une carrière maritime et de « tout faire pour servir dans la Marine nationale », confiait-il à Ouest-France lors de sa dernière interview. Son destin est devenu héroïque lorsqu’il décide de partir, le 19 juin 1940, alors âgé de 19 ans, avec 21 volontaires pour répondre à l’appel de la Résistance. « Nous étions convaincus que c’était la chose à faire, et, emportés par notre élan, je pense que le départ ne fut pas pour nous une chose si difficile. Le retour fut beaucoup plus dur », confiait-il. Il était, jusqu’à ce jour, le dernier rescapé de cet acte de résistance.

Le commandant Jacques Le Gall fut l’un des premiers français à rejoindre le Général de Gaulle à Londres. | DR

Engagé dans la Marine, le commandant Le Gall a connu un parcours incroyable pendant la guerre où il est devenu le plus jeune commandant de sous-marin de l’histoire. À son retour, il abandonne finalement sa carrière militaire, qui s’annonçait pourtant brillante, pour reprendre l’entreprise familiale et en faire la plus grande entreprise de mareyage de France.

Un combat pour l’Ar Zénith

Installé à Saint-Malo, à partir de 1988, Jacques Le Gall n’a cessé de répéter ce même message qu’est le devoir de mémoire. « Je me souviens du silence qui régnait lors de chacune de ses interventions et de son message aux jeunes générations », se remémore Gilles Lurton.

Clin d’œil du destin, l’Ar Zénith a lui aussi rejoint la cité corsaire pour y être restauré et y est toujours exposé. Jacques Le Gall a obtenu le classement du bateau comme monument historique. Cité à l’Ordre de la Division, Officier de la Légion d’Honneur, il portait également la Croix de guerre 39/45 avec étoile d’argent.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.