Saint-Eusèbe. Gendarmerie : le rapprochement est positif

1 Une réunion intéressante bien suivie par les élus .

Il y a un an, la brigade de gendarmerie du Creusot rentrait dans la communauté de brigades territoriales de proximité de gendarmerie de Montchanin. Lundi, un bilan a été dressé devant les élus des communes concernées.

Lundi soir, à la mairie de Saint-Eusèbe, le commandant Lionel Lescoffier, de la compagnie d’Autun, et l’adjudant-chef Didier Mazuel, commandant de la brigade de Montchanin, ont dressé, devant les 14 maires du secteur d’intervention, le bilan du fonctionnement de la communauté de brigades, rapprochant le Creusot de Montchanin. Le but de cette réunion était de savoir si cette nouvelle structure correspondait aux attentes des élus et de faire le point sur les diverses activités de la gendarmerie.

Un rapprochement efficace

Dans un premier temps l’adjudant-chef, Didier Mazuel a présenté la communauté de brigades territoriales de proximité avec ses missions de sécurité publique, de sécurité routière et de police judiciaire. Il a été rappelé que cette organisation, qui a vu les brigades de Montchanin et du Creusot se rapprocher, apporte une efficacité non négligeable en terme de rapidité d’intervention et d’efficacité. « La communauté de brigades de Montchanin, avec ses 18 militaires, intervient sur 14 communes, ce qui représente une superficie de 307 km² constituée de 17 500 habitants », a expliqué l’adjudant-chef.

La majorité des personnes présentes ont d’ailleurs souligné une présence accrue des gendarmes et une meilleure efficacité des moyens d’intervention.

La sécurité publique avant tout

Au fil de la réunion des détails ont été donnés sur les moyens mis en place afin de préserver la sécurité des citoyens. La vie de l’entité et les renforts possibles avec les hommes du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention), le maître-chien, la brigade de recherches, la brigade motorisée (BMO) du Creusot, ainsi que la présence et le renfort des réservistes ont été mis en avant comme des éléments essentiels à la sécurité.

Pratiquement, la mission de sécurité publique est essentielle à la gare TGV, où diverses interventions sont répertoriées comme les alertes à la bombe, suicides, manifestations, voyageurs agressifs ou sans billets, recherche de personnes disparues, et parking non surveillé.

La sécurité routière, avec le problème de la vitesse, a également été soulevée par plusieurs élus, tout comme celui de la délinquance et des vols, toutefois en recul depuis un an. Enfin, le commandant Lionel Lescoffier et l’adjudant-chef Didier Mazuel ont rappelé la mise en place des Voisins vigilants et se sont réjouis que cinq communes soient déjà engagées.

Source : Le JSL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.