Retraites: l’étude d’impact, un “travail d’amateur”, selon un gendarme

repos-permissions-gendarmes-mobiles-660x330Photo d’illustration (Crédit photo:GT/L’Essor).

“Aucun sens”, “inexploitable” et contenant “de nombreuses erreurs et approximations”. Après avoir lu attentivement l’étude d’impact du gouvernement sur la réforme des retraites, le constat de ce gendarme spécialiste des retraites est sévère.

Le Conseil supérieur de la fonction militaire, s’était penché sur ce texte et le projet de loi de réforme des retraites qui l’accompagnait. Son avis, défavorable, a fait grand bruit et obligé le gouvernement à revoir sa copie avant la présentation du projet de loi au Parlement.

Lire aussi: Retraites des militaires: pourquoi l’avis du CSFM met le feu

L’Assemblée nationale a donc publié l’étude d’impact en début de semaine. Ce texte est resté en travers de la gorge des gendarmes qui suivaient le dossier. “Le Conseil d’Etat a dit que cette étude d’impact a été mal faite mais elle n’a pas été faite du tout”, s’indigne ainsi un autre gendarme, fin connaisseur du sujet. Il ajoute, lapidaire, que la partie consacrée à l’article 37 “contient énormément de conneries”.

C’est en effet cet article qui “fixe les règles de retraite spécifiques aux militaires”, et donc aux gendarmes. En lisant l’étude de son impact, notre interlocuteur a manqué s’étouffer. “Le texte est bourré d’erreurs grossières. C’est du travail d’amateur”, précise-t-il avant de s’interroger. “Comment est-il possible de publier un document pareil pour une réforme d’un tel niveau de sensibilité?”

Des chiffres erronés dans l’étude d’impact

De fait, certains points suscitent l’interrogation comme l’absence de mentions….

Lire la suite: L’Essor.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.