Rennes. Surpris près de la prison de Vezin, ils s’enfuient et roulent pendant 60 km

Surpris dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 mai aux abords de la prison de Rennes-Vezin, trois hommes ont forcé un barrage de gendarmerie et roulé pendant 60 km jusqu’à Pierric (Loire-Atlantique) où leur véhicule a fait un tonneau. L’un des trois hommes a pris la fuite à pied. Les gendarmes les soupçonnent d’avoir jeté des colis, contenant notamment du cannabis, par-dessus les murs de la prison.

Un véhicule de la gendarmerie aux abords du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, à Vezin-le-Coquet (photo d’illustration).
Un véhicule de la gendarmerie aux abords du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, à Vezin-le-Coquet (photo d’illustration). | LUCIE WEEGER / OUEST-FRANCE
L’administration pénitentiaire avait signalé depuis quelques semaines que des colis étaient jetés par-dessus le mur d’enceinte de la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes. « C’est pourquoi nous avons installé une surveillance renforcée la nuit dernière, aux abords de la prison », explique l’officier de permanence au groupement de gendarmerie d’Ille-et-Vilaine. Vers 4 h du matin, ce dimanche 3 mai, une patrouille tente de contrôler un véhicule circulant aux abords du centre pénitentiaire.

Tonneau

Mais le conducteur et ses deux passagers forcent le barrage et prennent la fuite. Ils rejoignent la quatre-voies Rennes – Nantes et roulent pendant une soixantaine de kilomètres. Ils quittent la voie rapide, à hauteur de Pierric (Loire-Atlantique), où leur véhicule qui roule à toute vitesse finit par faire un tonneau, sur une petite route départementale.

Deux sacs près du mur de la prison

Deux des trois protagonistes sont aussitôt interpellés par les gendarmes de Guémené-Penfao. Le troisième, qui a pris la fuite à pied, était « en cours d’identification ce dimanche après-midi », précisent les enquêteurs.

Ces derniers ont retrouvé deux sacs abandonnés près du mur d’enceinte de la prison de Vezin, contenant de la résine de cannabis et du matériel téléphonique.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.