Réactions et émotions après la mort d’un gendarme à Saint-Amand-Montrond

La gendarmerie de Saint-Amand - estelle bardelot

Le suicide du commandant de la communauté de brigades de gendarmerie de Saint-Amand-Montrond, qui s’est tiré une balle dans la tête vendredi dernier, suscite des commentaires et des interrogations.

Les réactions affluent depuis le début du week-end. À la suite du suicide du lieutenant Grégory Girard (notre édition de samedi), qui dirigeait la communauté de brigades de gendarmerie de Saint-Amand-Montrond, l’émotion est palpable. Le jeune officier s’est tiré une balle dans la tête vendredi après-midi, sur son lieu de travail.

L’Association gendarmes et citoyens (*) a publié un communiqué sur son site Internet et sur sa page Facebook. La publication sur le réseau social n’a pas laissé indifférent. Hier soir, elle avait fait l’objet de plusieurs centaines de commentaires.

De nombreux hommages

Nombre d’entre eux émanaient de gendarmes, dont certains ayant travaillé avec le lieutenant Girard. Beaucoup de personnes ont rendu hommage à la personnalité du lieutenant.

Une enquête « en recherche des causes de la mort » a été ouverte par le parquet de Bourges. Elle doit déterminer les raisons qui l’ont conduit à se suicider. Une enquête interne va être également menée par l’inspection technique de la gendarmerie nationale.

Dans sa publication, l’association se penche également sur les raisons qui ont poussé le lieutenant Girard à effectuer ce geste. « Il sera difficile de faire valoir des raisons privées pour expliquer son geste », assure-t-elle. Elle évoque une lettre laissée par Grégory Girard qui contiendrait les raisons qui l’ont poussé à commettre son geste. Elle rappelle qu’il s’agissait de quelqu’un « de très apprécié des femmes et des hommes qu’il commandait ».

L’état-major du groupement de gendarmerie du Cher condamne les affirmations de l’association publiées sur le site Internet. Il rappelle qu’une « enquête en cours doit déterminer si des fautes ont été ou non commises ».

(*) Association nationale qui regroupe des gendarmes et anciens gendarmes.

 

 Enquête

Autopsie. Le corps de Grégory Girard doit être autopsié aujourd’hui à 14 heures. L’examen doit déterminer qu’il « s’agit bien d’un suicide » a expliqué Emmanuel Delorme, substitut du procureur de la République de Bourges.

Source : Le Berry.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.