Quand la politique et la corruption coûtent des vies humaines : les agissements meurtriers de Karl Lauterbach, CET ARTICLE EST UNE BOMBE ….TRADUIT DE L ALLEMAND

Avant de pouvoir faire le tour des talk-shows allemands en tant que médecin autoproclamé, expert en épidémiologie et en santé publique, l’actuel ministre de la Santé Karl Lauterbach s’est reconverti en lobbyiste pharmaceutique et, en tant que tel, a déjà marché sur des cadavres avant Corona.

par Holger Douglas

Il n’y a presque rien contre quoi il n’ait pas déjà mis en garde. Il a mis en garde contre : La graisse, le sucre, le sel, les grillades, la viande bien sûr, les particules fines – sauf l’injection des nouveaux vaccins à ARNm. Tout le monde devrait désormais les recevoir, si cela ne tient qu’à lui, à Karl Lauterbach. Lui qui se dit médecin, mais qui n’a jamais prouvé qu’il était qualifié en tant que médecin.

Pourtant, Olaf Scholz l’a désigné comme ministre de la Santé. De son point de vue, ce n’est pas un mauvais choix, car il peut agir sans être dérangé dans le sillage habituel et prétentieux de Lauterbach. « Voici venu le grand IMPF-INVENTUR », déclare-t-il à Bild. Lauterbach se met en route avec le général Corona, un vrai général de l’armée allemande. Celle-ci n’a certes plus rien à faire sur son véritable front, mais le mot d’ordre est désormais « Repos », et des divisions se lancent dans la dernière bataille contre la nouvelle variante du Covid, l’Omikron.

Il est présent sur toutes les chaînes. En 2020, année de la Corona, Lauterbach était, avec Peter Altmaier, l’invité le plus souvent invité dans les grands talk-shows sur ARD/ZDF. En 2021, il devrait encore facilement battre ce nombre. Il n’y a que chez Markus Lanz que Lauterbach s’assoit encore plus régulièrement.

Il est tellement présent qu’en mars de cette année, 37 médecins du territoire fédéral ont demandé à Lauterbach, dans une lettre ouverte, de séparer son rôle de « médecin » de son travail politique. Selon les médecins réels, il accepte que la population croie que ses déclarations sont fondées sur sa compétence médicale. Car ce n’est absolument pas le cas. Lauterbach n’est pas médecin. L’ »année pratique » durant ses études a mis fin à sa carrière d’étudiant en médecine. Il se réfère volontiers à ses études complémentaires à la Harvard School of Public Health. Il l’a terminé en 1995 par une thèse de doctorat.

Le Dr Gunter Frank, médecin installé à Heidelberg, avait également regardé une fois sur quelles prestations reposait l’autorité scientifique de Lauterbach. Il a remarqué que son travail à Harvard était resté sous clé pendant des années : « Les seules personnes qui ont pu consulter ce travail sur le sol allemand étaient les membres de la commission d’appel de l’université de Cologne. En 1998, ils ont nommé Lauterbach professeur et lui ont confié la direction du nouvel institut d’économie de la santé, sans qu’il ne possède les qualifications habituelles, comme une habilitation (qui se base sur un certain nombre de publications scientifiques personnelles). Cette nomination inhabituelle a été justifiée par la prétendue qualité scientifique exceptionnelle de ce travail de Harvard, qui équivaut à une thèse d’habilitation. Très étrange, car à l’époque, quatre ans avant la nouvelle loi-cadre sur l’enseignement supérieur de 2002, l’habilitation était la condition essentielle pour l’attribution d’un titre de professeur dans une université allemande ».

Lauterbach était alors directeur de l’Institut d’économie de la santé à l’université de Cologne, et non médecin. Il réalisait des études sur les médicaments pour le compte de l’industrie pharmaceutique et a encaissé, rien qu’en 2000, plus de 800.000 euros de soi-disant fonds de tiers de la part de l’industrie pharmaceutique.

Un chapitre particulièrement peu glorieux est sa collaboration à une étude sur le Lipobay, un médicament que le fabricant Bayer avait développé pour faire baisser la graisse. Très tôt, des indices ont montré que le Lipobay pouvait être dangereux et que des personnes allaient mourir si le médicament était mis sur le marché. En tant que prétendu conseiller technique, Lauterbach ne les a pas plus perçus que Bayer. Il a fallu qu’au moins 31 personnes meurent en Amérique avant que le médicament ne soit retiré en 2001 ; Bayer a dû payer un milliard de dollars US à 3.000 personnes lésées. A l’époque où le Spiegel était encore critique, Lauterbach était qualifié d’ »homme qui murmure à l’oreille » et qui voulait « imposer ses idées par tous les moyens ».

Ulla Schmidt, ancienne ministre de la santé, a annoncé en 2004 qu’au moins un tiers des examens radiologiques étaient superflus. Elle a fait référence aux études de Karl Lauterbach. Suite à la tempête d’indignation du corps médical, Lauterbach a finalement dû répondre de son comportement scientifique incorrect devant la commission du sénat de l’université de Cologne.

Un thème toujours très apprécié : les vitamines doivent être fortement dosées, cela aiderait à prévenir le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Cela doit toujours figurer dans les mises en garde. C’est surtout dans les pays où les fabricants de ces vitamines se massent que ces appels surgissent toujours avec une belle régularité. Les quantités recommandées de vitamine C, par exemple, y sont toujours particulièrement élevées, comme si les besoins de l’homme dépendaient de son passeport.

Ce n’est pas un problème pour quelqu’un comme Lauterbach d’emboucher la même trompette de manière non critique et non sérieuse : « Sur la base des études disponibles à ce jour, les épidémiologistes estiment qu’environ 25 pour cent des infarctus pourraient être évités grâce à ces préparations. On pourrait ainsi s’attendre à des économies de l’ordre d’environ neuf milliards de marks par an ». Il s’est avéré que les vitamines à haute dose n’ont aucun effet positif et peuvent même être risquées.

En tant que président, Lauterbach a développé une ligne directrice pour la réduction du poids et a largement contribué à son autorisation. Cette ligne directrice officielle, à laquelle les médecins doivent se conformer, recommande le Reductil dont la substance active est la sibutramine, un soi-disant coupe-faim. Un médicament dangereux. Au moins 49 décès ont été enregistrés en rapport avec ce médicament. Pas un gros problème pour Lauterbach. Celui-ci a recommandé l’autorisation de ce médicament parce qu’une perte de poids entraîne une baisse de l’hypertension.

Lors d’une émission télévisée, le Dr Gunter Frank a demandé à Lauterbach devant la caméra : « Alors je me demande, en tant que médecin installé, si je peux faire confiance à ces directives » ? Pris sur le fait, Lauterbach a bégayé dans l’émission, ce n’était pas lui. Toutefois, sa signature figure clairement sous le document « Adipositas Leitlinie, eine Evidenz-basierte Leitlinie zur Behandlung der Adipositas in Deutschland » (Ligne directrice sur l’obésité, une ligne directrice basée sur l’évidence pour le traitement de l’obésité en Allemagne) de l’université Heinrich Heine de Düsseldorf, datant de 1998 : « Prof. Frank dans l’émission : « Il y est écrit textuellement : ‘Ce médicament est recommandé pour autorisation’ ».

Il a clairement reproché à Lauterbach que le développement de ces lignes directrices avait été financé et soutenu en personnel par la société Knoll. Inutile de dire que Knoll produisait de la sibutramine. Il a finalement fallu 12 ans pour qu’elle soit finalement retirée du marché, car des personnes sont mortes. Il vaut donc mieux ne pas demander au Dr Lauterbach de vous parler des risques et des effets secondaires. L’issue pourrait être fatale. Celui-ci a recommandé le médicament critique de la même manière qu’il recommande maintenant les « vaccins » à ARNm et veut même les prescrire de force.

En août, il désigne la Commission permanente pour les vaccinations (STIKO), réticente, qui hésitait encore cet été à recommander la vaccination des enfants et des adolescents parce qu’elle ne disposait pas de suffisamment de données, comme un outsider. « Nous avons entre-temps acquis beaucoup d’expérience », affirme Lauterbach.

La STIKO, soumise à une pression politique considérable, recommande désormais une « vaccination » contre COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans ayant des antécédents médicaux. Actuellement, il n’y aurait qu’un faible risque de maladie grave du COVID-19, d’hospitalisation et de traitement intensif pour les enfants sans antécédents médicaux dans ce groupe d’âge. Selon la STIKO début décembre, le risque d’effets secondaires rares de la vaccination ne peut pas être évalué actuellement en raison des données limitées disponibles. C’est pourquoi la STIKO n’émet actuellement aucune recommandation générale de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans sans antécédents médicaux. Lauterbach veut maintenant mettre la pression sur la STIKO. Elle peut être plus rapide, il y veillera, tonne-t-il à nouveau. En cas de doute, il faut donc mettre en place quelques fidèles soldats du parti qui prendront de vitesse les experts plutôt prudents.

Si les hôpitaux n’ont plus de lits de soins intensifs, c’est aussi le résultat de l’action de Lauterbach. Il avait fortement contribué à la mise à plat du financement des hôpitaux par le gouvernement rouge-vert en 2004. Depuis lors, les hôpitaux ne sont plus payés en fonction du nombre de jours pendant lesquels les malades sont alités, mais un système de forfaits par cas a été introduit. Les forfaits par cas existaient certes déjà auparavant, mais ils ne s’appliquaient qu’à certains domaines. Conséquence : les patients sont renvoyés plus rapidement chez eux – des « sorties sanglantes », se moquent les critiques. Les hôpitaux ne reçoivent pas plus d’argent pour laisser les malades plus longtemps. Le domaine des soins a été négligé et il n’y a désormais plus assez de personnel. Cela devait permettre d’endiguer l’explosion des coûts.

C’est un échec cuisant. Depuis, ce sont surtout la bureaucratie et les dépenses de documentation qui ont augmenté, ce dont les médecins se plaignent. Les lits d’hôpitaux diminuent depuis des années. C’est surtout en période de pandémie critique que l’on devrait s’attendre à ce que les hôpitaux soient renforcés. La conclusion la plus simple serait : développer la médecine intensive. Mais c’est le contraire qui se produit : 5.000 lits supplémentaires ont été supprimés l’année dernière, il n’y a pas assez d’argent pour le personnel soignant nécessaire. Des hôpitaux sont même fermés. Comment cela peut-il se faire à une époque où l’on en a besoin ?

C’est à un homme au passé douteux que les citoyens doivent désormais accorder leur confiance. « Je trouve inquiétant ce qui se passe dans sa tête », déclare le Dr Angela Spelsberg. Contrairement à Lauterbach, Spelsberg est effectivement médecin et épidémiologiste – et elle a été son épouse, elle le connaît donc mieux.

Lauterbach – une personnalité plus que douteuse, et surtout un problème pour les médias. Ceux-ci ont besoin chaque jour de gros titres toujours plus rapides et plus croustillants. Lauterbach aime fournir des informations. Peu importe quoi. Un jour ceci, un autre jour cela – même si c’est tout le contraire. Avantage : ainsi, même la présentatrice peu critique peut dire, sans prêter attention à ses nombreuses déclarations contradictoires, que Lauterbach a raison.

Et que se passera-t-il si les conséquences parfois dangereuses de cette « vaccination » deviennent plus évidentes ? Elles ne sont pas toujours aussi inoffensives que les médias le prétendent. Il ne peut surtout pas y avoir d’expériences à long terme. Même une discussion critique intensive fait défaut, alors que c’est ce qui caractérise une société basée sur la connaissance. Mais les connaissances contraires doivent être supprimées par la force brutale. Seuls les pathologistes à la retraite peuvent encore oser faire la lumière sur cette obscurité. Les résultats qu’ils publient dans leur conférence de pathologistes sont déjà assez effrayants.

Pendant ce temps, Lauterbach continue à mettre en garde, fait d’une vaccination obligatoire une lutte de pouvoir et en même temps un jeu avec la vie. Le profiteur de panique tape du pied : « Il est absolument hors de question que nous fassions une entorse à notre compétence législative alors que nous sommes sous la pression de la rue. Ce sont des gens qui ne méritent pas ce respect, définitivement pas ». Lauterbach oublie que la loyauté fait partie d’une compétence législative. Il abuse de la confiance.

Dans le livre actuellement paru « Abhängig beschäftigt – Wie Deutschlands führende Politiker im Interesse der wirklich Mächtige handeln », Thomas Röper s’est penché de manière très approfondie sur d’autres thèmes liés aux relations complexes de la politique pilotée en Occident et à ses implications explosives avec toute une série d’organisations, et a ainsi mis à jour un certain nombre de choses.

https://www.anonymousnews.org/2021/12/14/wenn-politik-und-korruption-menschenleben-kosten-das-moerderische-treiben-des-karl-lauterbach/

Le livre est actuellement paru et, en raison du risque de censure, ne peut être commandé qu’ici, directement auprès de la maison d’édition J.K. Fischer (non disponible sur Amazon).

Source : NS2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.