Quand 10 est égal à 23… ça déraille.

Les confidences de mon petit doigt gauche

Introduction

Chers nouveaux lecteurs, bonjour. Permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au paragraphe suivant.

Si nous sommes pris par les « élites » pour les imbéciles que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Je vous offre l’ensemble de mes billets, pour aiguiser votre curiosité, élargir l’étendue de vos réflexions et ainsi augmenter le « champ des possibles », concernant votre patrimoine, aussi bien spirituel que matériel.

Pour ceux qui souhaitent dépasser la simple curiosité, les « Rendez-vous d’Hubert » sont faits pour vous. Vous y trouverez les grilles de compréhension de l’effondrement en cours et surtout, comment vous y préparer psychologiquement et matériellement afin de tirer profit des évènements actuels et à venir.

Je vais maintenant vous faire une confidence « surprenante » : mon petit doigt gauche me parle . Il faut vous préciser que je suis gaucher et fier de l’être, comme entre autres :  Léonard de Vinci, Michel-Ange, Ludwig van Beethoven… Excusez du peu.

Comme tous les parents le savent… un petit doigt, ça chuchote à l’oreille des parents … les bêtises que font les petits enfants pas toujours très sages. Eh bien, mon petit doigt gauche me « parle » et je dois reconnaitre qu’il est doté d’une certaine clairsentience qui ne cesse de me surprendre.

Une dernière précision, je le surnomme affectueusement « Madri » … en rrroulant le R, comme les Espagnols savent le faire… ainsi que les Sarthois (mon épouse est sarthoise, mais elle ne rrroule plus les R depuis longtemps).

—===0===—

Coucou, c’est Madri.

Bonjour les amis . Puisque mon patron a pris l’habitude de « faire musique le mercredi », cette journée supplémentaire m’a permis d’étendre le champ de mes investigations.

Les documents officiels que j’évoquai ce mardi sont en rapport avec le nombre de morts imputés au « Corona-létalibus ». Comme vous le savez, une des sources des chiffres publiés et abondamment commentés est notre agence nationale de santé publique « Santé publique France ». Créée en 2016, c’est :

«Un centre de référence en santé publique, agence d’expertise scientifique, fondée sur le continuum entre la connaissance et l’intervention ».

Elle nous précise même qu’elle

« A à cœur de garantir la pérennité de l’information en santé et la cohérence dans le temps des interventions de santé publique tout autant que la réactivité face à des menaces ou des situations de crise ».

C’est donc avec une confiance absolue dans cette institution que je me penche… si, je vous assure qu’un petit doigt est parfaitement capable de se pencher. Avouez que cela vous épate, mais… c’est ainsi.

Reprenons. Je me penche sur la communication de cette agence, et plus particulièrement sur les « Chiffres clés et évolution de la COVID 19 en France et dans le monde ».

Dans le point épidémiologique hebdomadaire du 1er avril 2021, document très intéressant de 68 pages, relatif à la mortalité du « Corona-emberlificotus » :

Page 41, je relève le chiffre de 95 364 morts, lors d’une hospitalisation et en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) entre le 1er mars 2020 et le 30 mars 2021.

Continuant ma lecture, je découvre deux pages plus loin, un magnifique tableau qui détaille les décès survenus dans cette même période de 13 mois : par classe d’âge, par sexe et quelles sont les comorbidités lorsque celle-ci ont été mentionnées.

Il met en évidence un fait souvent occulté par les « experts scientifiques des plateaux télé ».  65 % des morts mentionnés « Covid 19 » présentaient une comorbidité.

Autre enseignement : 78 % étaient âgés de 75 ans et plus. 15 % étaient avaient entre 65 et 74 ans. Et…

Me serais-je trop penché ? Je n’en crois pas mes yeux, qui pourtant jouissent d’une acuité exceptionnelle (dix dixièmes à chaque œil) …

Je parie que comme moi, vous ne l’avez pas remarqué tout de suite… Le total des morts est de 41 502 !!! Je reviens deux pages en arrière pour m’en assurer… en l’espace de deux pages, ce sont 53 862 morts qui ont ressuscités… Alléluia !!!

C’est à ce moment précis que me revient une phrase du site de Santé publique France :

« Les métiers de pilotage et de maintenance du système d’alerte, de veille et d’analyse des signaux, d’investigation, permettent à Santé publique France de réaliser une analyse des données au plus proche de la réalité, d’analyser le risque et ainsi d’émettre dans les meilleurs délais les recommandations nécessaires à la prise de décision des pouvoirs publics pour protéger les populations exposées ».

Près de 200 millions d’Euros de budget annuel et 625 agents pour « anticiper, comprendre, agir » … et livrer un rapport avec pratiquement 130 % de variation du nombre de morts à deux pages d’intervalle, quel gâchis !!!

Jouer sa crédibilité sur la crédulité du public est un jeu dangereux pour cette institution, ne crois-tu pas, cher patron Hubert ?

Hélas, cher Madri, tu as parfaitement raison. Cette crise sanitaire révèle l’inutilité de tellement de « machins » qu’il est temps que chacun d’entre nous ne se satisfasse plus des affirmations et grandes déclarations « politico médicalo merdiatiques ».

Je confirme mon analyse de mardi dernier selon laquelle, c’est à nous de bâtir notre avenir d’humains en étant curieux et en vérifiant les « Z’affirmations Z’officielles », surtout lorsqu’elles ont pour conséquence une profonde altération de notre mode de vie.

« On peut obliger le peuple à obéir. On ne peut pas le forcer à comprendre »

(Confucius)

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue

Source :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.