Propos islamistes et élections : “qui compose le conseil municipal de Chartres ?”, s’insurge Richard Lizurey

Débat brûlant en ouverture du conseil municipal de Chartres (Eure-et-Loir), ce jeudi 27 mai 2021. Le général Lizurey interroge les élus écologistes suite à une polémique.

Ce premier conseil municipal, dans le nouvel hémicycle de Chartres (Eure-et-Loir), risque de marquer les esprits. Jeudi 27 mai 2021, 20 h 30. L’adjoint au maire de Chartres, en charge de la Sécurité et la Tranquillité publique prend la parole, il interpelle les élus de Chartres Ecologie. « Qui compose le conseil municipal ? Nos concitoyens veulent savoir ». S’en suit un débat de deux heures. 

L’ancien patron des gendarmes fait référence à une polémique qui enfle depuis maintenant quinze jours, autour des élections départementales et régionales.

Le compte Twitter 2emeDB73 a révélé, il y a une dizaine de jours, que le candidat aux élections régionales pour le Centre-Val de Loire, sur la liste EEVL-LFI-Générations, Abdelaziz Hafidi, avait relayé, sur les réseaux sociaux, des propos à mouvances islamiste, antisémite et complotiste. Il a été retiré de cette liste.

Quelques jours plus tard, le même utilisateur met en cause Jeber Trad, candidat aux élections départementales en Eure-et-Loir, pour le canton Dreux 1, soutenu par les mouvements écologistes du département, « qui affiche des sympathies islamistes et complotistes ».

Quentin Guillemain, porte-parole de Génération Ecologie déplorait alors « des prises de positions inqualifiables ». Le mouvement a retiré son soutien au candidat. 

« Savoir avec qui je partage ces bancs de l’assemblée municipale »

Ce jeudi soir, en ouvrant le conseil municipal, Richard Lizurey, l’adjoint au maire de Chartres chargé de la Sécurité et de la Tranquillité Publique demande des comptes aux élus de Chartres Ecologie,  » je m’inquiète de savoir avec qui je partage ces bancs de l’assemblée municipale ». 

Comment un candidat qui postait ces tels propos a pu figurer sur cette liste ? Que ce serait-il passé si les internautes n’avaient pas soulevé cela ? Richard LizureyAdjoint au maire de Chartres

Jean-François Bridet « piégé »

Ce à quoi Jean-François Bridet, élu de Chartres Ecologie répond : « je suis d’accord avec vous, Monsieur Hafidi, n’avait rien à faire sur une liste telle que la notre, laïque, républicaine, respectant les hommes, les femmes, de toutes confessions ».

L’élu se dit « piégé par certaines choses », mettant l’accent sur sa « jeune » carrière dans la politique. Et d’ajouter : « j’ai été le premier à convoquer une réunion de crise ». 

On sera d’autant plus vigilants maintenant quant à la sphère des réseaux sociaux, n’ayez aucune crainte, aucun doute sur le fait que si cette personne avait du rester, je serais parti.

Jean-François BridetConseiller municipal Chartres Ecologie

« Un procès d’intention » d’un côté, la « dérive » du mouvement écologiste de l’autre

Intervention de Ladislas Vergne, élu de la majorité à Chartres, qui s’insurge à propos des deux candidats qui présentent, selon lui, « exactement les mêmes profils,(…) c’est tout le mouvement écologiste qui est en train de s’engager dans la dérive ».

Jean-François Bridet (Chartres Ecologie) dénonce alors un « procès d’intention (…), j’entends dans vos propos que je vais recruter dans les bas-fonds de l’islamisme, le mouvement est la première victime de cela, il a d’ailleurs retiré son soutien à la personne en question ». 

Quentin Guillemain, entre deux prises de paroles, martèle que ce débat entre dans le cadre de la campagne électorale, pour laquelle, Richard Lizurey, est également candidat. 

Mes propos ont été très clairs. Nous avons réagi immédiatement. Vous vous permettez, en ouverture de conseil municipal, de faire campagne de cette manière, quel respect de la démocratie, pas dans cet hémicycle !Quentin GuillemainConseiller municipal Chartres Ecologie

« Les choses pouvaient être dites dans un meeting, ici, c’est un peu trop », estime Jacqueline Marre (Chartres à gauche). Les élus sont pourtant un bon nombre à vouloir prendre part à ce débat, brûlant d’actualité.

Une « grosse tuile » 

A l’image de Gaël Garreau (LaREM), qui en va de son commentaire : « la situation qui se présente est dangereuse, inquiétante. On n’accepte pas sur ses listes les gens qui ne partagent pas notre ADN Républicain « . 

Quatre élus de Chartres Ecologie passent pour des chevaux de Troie, c’est intolérable, il nous est arrivé cette tuile, cette grosse tuile, ce n’est pas pour cela que le droit démocratique doit être déjoué et nous avons le droit de débattre dans cet hémicycle.

Jean-François Bridet Conseiller municipal Chartres Ecologie

Des publications anonymes mises sur la table

« Scandalisée et choquée, par les propos tenus à l’encontre des femmes » par les deux candidats aux élections départementales et régionales, l’intervention de Sophie Beurel, benjamine du conseil municipal, va mettre le feu aux poudres. Elle fait part d’une publication sur le site Cactus Press, édité par Chartres Ecologie. 

L’élue de la majorité explique que quelqu’un publie des propos insultants à son encontre « de façon anonyme sous l’acronyme « elle a chaud au c*l », comment la rédaction de Cactus laisse un tel énergumène publier de tels propos ? ». 

Et Jean-Pierre Gorges, maire de Chartres, d’ajouter : « en particulier sur ma fille ». Echange tendu ensuite entre Laurent Lhuillery et Jean-François Bridet, à propos de présumées menaces du dernier à l’encontre de l’élu de la majorité. 

Je vous invite collectivement à modérer vos propos, certains frôlent la diffamation (…), si vous vous sentez insultée, Madame Beurel, je vous invite à saisir la justice et on verra.Quentin GuillemainConseiller municipal Chartres Ecologie

« Vous arrivez à retourner une situation », martèle Richard Lizurey. Après deux heures, Daniel Guéret pour clôturer le débat : « j’ai conduis des listes, j’étais responsable de mes candidats et mes candidates ».

Ce qui est grave c’est que nous parlons de l’islamisme radical, c’est le danger n°1 qui nous guette, on a un devoir commun à assurer.Daniel GuéretConseiller municipal de Chartres

En sa qualité de sénateur, il a fait part de son intention de saisir le ministre de l’Intérieur, pour encadrer une veille des réseaux sociaux dans le cadre des élections. 

Source : Actu.fr

Lire également : L’Echo Republicain – Un débat à couteaux tirés au Conseil municipal de Chartres après la mise à l’écart de deux candidats écologistes aux élections

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *