Presles-en-Brie : ces gendarmes ont sauvé une jeune femme de la noyade

Melun, groupement de gendarmerie, lundi matin. Bastien (à gauche) et Sylvain sont intervenus jeudi dernier sur une disparition à Presles-en-Brie. LP/JULIE OLAGNOL

« Ce n’est pas tous les jours qu’une personne disparaît et qu’on la retrouve dans les heures suivantes », se réjouit Sylvain, du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Melun, satisfait du travail accompli. Jeudi dernier, avec son collègue Bastien, il a sauvé la vie d’une jeune femme schizophrène qui menaçait de s’immerger dans un étang de Presles-en-Brie. « Elle entendait des voix qui l’ont poussée à rejoindre cette mare. Qui sait ce qu’elle avait l’intention de faire ? », se questionne encore Bastien.

La jeune femme avait quitté son domicile vers 6 h 30 et son mari avait prévenu la gendarmerie. Les deux militaires ne devaient pas sortir du groupement ce matin-là. « Nous avons été appelés à rejoindre la brigade de Tournan-en-Brie. Sur place, nous avons poursuivi les recherches, à pied puis en voiture, en attendant le chien de piste, quand soudain nous avons distingué une forme dans l’étang. Dès que la femme nous a vus, elle a mis la tête sous l’eau », raconte Bastien. Sylvain se jette alors à l’eau pour la sauver de la noyade mais la désespérée s’enfuit.

 

Les deux hommes réussissent finalement à parlementer, malgré la difficulté de la langue puisqu’elle est d’origine chilienne. Une dizaine de minutes plus tard, elle accepte de rejoindre la berge, où l’attendent les autres militaires. « D’habitude, les gendarmes passent plutôt pour les méchants, reconnaît Bastien. Nous intervenons sur 6 ou 7 disparitions par an mais c’est exceptionnel de retrouver la personne prête à passer à l’acte. En tout cas, c’est la première fois que cela nous arrive ».

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.