Près de Rennes. La mairie de La Mézière perquisitionnée

Lundi, l’hôtel de ville de la Mezière, commune située au nord de Rennes, a été perquisitionné par les gendarmes qui ont procédé à la saisie de documents.

Lundi, l’hôtel de ville de la Mezière, commune située au nord de Rennes, a été perquisitionné par les gendarmes qui ont procédé à la saisie de documents. | Joël Le Gall

Lundi, l’hôtel de ville de la Mezière, commune située au nord de Rennes, a été perquisitionné par les gendarmes qui ont procédé à la saisie de documents. Cinq élus et anciens élus, dont le maire, ont aussi été placés en garde à vue, lundi, pour « prise illégale d’intérêt ».

Cinq élus et anciens élus de la Mézière, commune située au nord de Rennes, ont été placés en garde à vue, lundi, à la gendarmerie pour « prise illégale d’intérêt ». Parmi ces élus, le maire Gérard Bazin, et son adjoint à l’urbanisme, Régis Mazeau.L’affaire a débuté en 2015 par un courrier anonyme précis qui concernait la construction d’un lotissement de neuf maisons, le Pré Jouanette, sur la commune de la Mezière. L’auteur de la lettre pointait des irrégularités dans l’attribution des lots. Le parquet de Rennes a alors décidé d’une enquête préliminaire, puis une information judiciaire a été ouverte, en février 2016, pour prise illégale d’intérêt.

26 élus entendus

Les gendarmes ont entendu les 26 élus de l’équipe municipale aux manettes de 2008 à 2014. Une équipe dirigée par l’actuel maire Gérard Bazin. C’est durant ce mandat, en 2011, qu’il a été décidé la construction du lotissement du Pré Jouanette qui est sorti de terre juste avant les élections municipales en 2014. L’ensemble des auditions a permis aux enquêteurs de déterminer certaines responsabilités. D’après nos informations, sur les neufs maisons construites, certaines ont été vendues à des proches d’élus de la commune.Lundi, l’hôtel de ville a été perquisitionné par les gendarmes qui ont procédé à la saisie de documents. À l’issue des gardes à vue lundi, les cinq élus ont été remis en liberté, a simplement confirmé le procureur de Rennes, Nicolas Jacquet. Les enquêteurs cherchent maintenant à déterminer s’il y a ou non prise illégale d’intérêt. Le juge d’instruction peut reconvoquer les élus ultérieurement pour une éventuelle mise en examen.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.