Pays de Quimperlé. Gendarmerie : les hauts gradés en réunion

Les commandants d’unité du Finistère et les officiers d’état-major de commandement de gendarmerie se sont réunis à la mairie de Clohars-Carnoët.

Les commandants d’unité du Finistère et les officiers d’état-major de commandement de gendarmerie se sont réunis à la mairie de Clohars-Carnoët. | Ouest-France

Mercredi, les commandants d’unité du Finistère et les officiers d’état-major de commandement se sont réunis à Clohars-Carnoët,près de Quimperlé.

Chaque mois, les officiers de gendarmerie du haut encadrement du Finistère se retrouvent dans une commune différente, l’objectif étant de rester au plus près des populations. Neuf cents gendarmes officient dans le département sur 55 sites différents.

Réunions sur le territoire

« Lors de nos réunions mensuelles, explique le colonel Richard Pégourié, il y a un gros travail de connection et d’échange. Je ne peux pas tout piloter depuis Quimper et il est indispensable d’effectuer des réunions de commandement sur le territoire, dans le tissu actif du Finistère. »

Après avoir effectué un rappel de l’année écoulée marquée par des actions d’ordre public à l’occasion des manifestations du monde agricole et de la loi travail, différents protocoles ont été revus. L’intérêt étant d’harmoniser la sécurité sur l’ensemble du territoire.

« Nos orientations pour les mois à venir sont multiples, reprend le colonel Périgourié : une mobilisation toujours attentive sur la menace terroriste et la radicalisation ; le contrôle des flux sur les routes, l’insécurité routière et la surveillance en matière de délinquance itinérante ; la saisie d’avoirs criminels. »

Selon le colonel Périgourié, « le travail en matière de police technique et scientifique est de très haut niveau. Nous sommes toujours là, en appui de nos brigades, afin de faciliter leur travail et les accompagner. Nous saluons le travail accompli par nos brigades, qui sont venues à bout de belles affaires en termes de résolution de délits mais également dans la lutte contre les stupéfiants. »

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.