Pas de cas connus en zone gendarmerie

« Nous n’avons aucun dossier sur le Lochois concernant la prostitution. » Le commandant Franck Duruisseau, chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie de Loches, a la charge d’un vaste secteur géographique, qui s’étend des portes sud de Tours à la pointe sud de la Touraine. A ce jour, il n’a enregistré aucune plainte de nature à mener une enquête. Il en était de même quand il était en poste à Amboise, indique-t-il. « Il y a eu, à un moment, une suspicion concernant des gens du voyage, mais cela en est resté là », dit-il.
Même constat du côté des gendarmes du Chinonais. « Nous n’avons pas connaissance de cas lié à la prostitution », précise le lieutenant Albert.
Les gendarmes en sont conscients : les victimes de la prostitution n’ont pas le réflexe premier de pousser la porte de la gendarmerie, même si la loi de 2016 les protège en leur conférant le statut de victime, tandis que le client est fautif, passible de poursuites judiciaires.
Le commandant Duruisseau n’écarte pas l’éventualité que la parole se libère, s’il en croit l’actualité récente, le #balancetonporc sur Twitter, l’affaire Weinstein… « Nous avons parfois des signalements qui sont faits par l’Adavip 37 (1), pour des mineurs et des majeurs. Nous sommes plutôt sur une évolution de la dénonciation d’atteintes aux mœurs en milieu familial, avec des faits anciens », précise-t-il.
L’association Dire et Guérir, à Loches, accompagne les victimes d’agressions sexuelles. Elle n’a eu à suivre aucun cas lié à la prostitution dans cette région de la Touraine.
Des rencontres très nature Quant aux lieux de rencontres pour des relations sexuelles tarifées hors de l’agglomération tourangelle… « Nous connaissons des lieux comme des clubs échangistes à Montlouis-sur-Loire, par exemple, mais cela se passe entre adultes consentants », indique le patron des gendarmes du Sud-Touraine.
Des lieux en pleine nature sont facilement identifiables sur internet. Plusieurs sites de drague (et plus si affinités, à en croire les commentaires laissés en ligne) y sont décrits avec précision pour s’y rendre, accompagnés d’avis. Avec, à chaque fois, cette recommandation : merci de laisser l’endroit propre. Ces endroits sont répartis dans le Lochois à Genillé, dans les chemins de la forêt située sur la route de Loches à Manthelan, au bois de la Tremblaye à Veigné, en bord de Loire à Mosnes, ou encore autour du lac de Château-la-Vallière…
Sur internet, les prostituées proposent leurs services en semaine à leur domicile, en général dans l’agglomération tourangelle. Certaines (2) proposent en plus de se déplacer le week-end pour aller à la rencontre des clients. Dans un rayon de 10 km autour de Tours, voire plus loin.
(1) Association départementale d’aide aux victimes d’infractions pénales de l’Indre-et-Loire, rebaptisée France Victimes 37. (2) Notre demande d’interview a échoué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.