Panique dans la politique: Marseille refuse d’obéir à Olivier Véran

veran-696x497Photo / Wikipedia

Olivier Véran a décidé de faire de Marseille la zone de France la plus contrainte, la plus surveillée et la plus muselée, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Mais la fermeture des bars et des restaurants provoque la révolte dans cette ville qui adore vivre la nuit. L’affaire cesse d’être sanitaire pour devenir politique.

S’ils veulent être réélus un jour, les politiciens locaux sont obligés de se dresser contre Olivier Véran. Et c’est ce qu’ils font, en traînant les pieds au point de ridiculiser le Ministre de la Santé: ils demandent 10 jours de délai avant d’obéir. Une éternité, au moment où le gouvernement veut aller le plus vite possible!

Payan, un des leaders de la Mairie, a ainsi déclaré officiellement: “Une nouvelle fois, notre territoire est montré du doigt!, Avec Madame la maire, nous demandons au gouvernement 10 jours avant la mise en oeuvre de nouvelles mesures!”

Olivier Véran est piégé. S’il accepte la proposition de la Mairie de Marseille, il perd toute autorité, donc toute crédibilité. S’il impose sa nouvelle réglementation par la force, il passe pour un tyran, et Macron se fera un devoir de l’accuser publiquement pour sauver sa propre réputation.

De son côté, Renaud Muselier attaque Véran avec rage. Le Ministre prétendant avoir consulté Muselier par téléphone pour ces nouvelles mesures à Marseille, le leader local de LR répond avec brutalité sur Twitter, montrant à quel point il méprise le Ministre: “Un coup de téléphone n’est pas une concertation, Olivier Véran, quand l’appel est passé à 18h30 pour une intervention à 19h, dans la précipitation. Cette décision est unilatérale, inadaptée et injuste! Vous pensez être courageux, en fait, vous perdez votre sang-froid.”

L’État est à bout de souffle. Le déconfinement initié par Castex est un échec total, de plus en plus de villes se rebellent, plus personne ne croit Véran et le Conseil Scientifique capables de maîtriser la situation. La Macronie est asphyxiée: sur le point de mourir du coronavirus.

Source: Le Figaro

Source : FL24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.