PANDEMICS, la trilogie de l’OMS en version Réalité Virtuelle Augmentée

Par Vince Lougal

L’OMS* annonce la saison 2 de sa trilogie « PANDEMICS » en format RVA*.Interview exclusive du directeur de l’OMS*, Tetros Adhanam Grebreyesos
———————————————————————-

– Monsieur, après le succès de la Saison 1 intitulée COVID-19 qui devait initialement comporter dix épisodes, vous annoncez déjà la Saison 2 nommée MARBURG alors que vient tout juste de sortir l’épisode 5, ou la « Cinquième vague » de COVID-19. – Oui, nous sommes fiers du succès de la Saison COVID-19 car ce n’était pas gagné, c’était la première fois que nous expérimentions à très large échelle ce qu’on appelle la RVA*ou « Réalité Virtuelle Augmentée ». Et pour répondre à votre question, nous nous sommes aperçus que la répétition au cours de ces épisodes du même scénario depuis la « Troisième vague », même avec quelques variantes, amène à une certaine lassitude du public.

– Nous reparlerons de la Réalité Virtuelle Augmentée* plus tard, mais est-ce que ce scénario unique, composé toujours d’annonces de catastrophes sanitaires à cause de variants nouveaux plus effrayants les uns que les autres, je parle du Delta et dernièrement de l’Omicron, suivies de mesures politiques, économiques et sociales de plus en plus extrêmes, et finalement suivies d’une auto-congratulation sur les solutions apportées ne dénote pas un manque d’imagination ?

– Absolument pas, nous nous sommes basés sur les séries américaines qui fonctionnent très bien avec la même trame qui se répète quotidiennement, mais habillée un peu différemment à chaque fois. Aujourd’hui la plupart du public ne veut plus réfléchir, ils préfère le confort de la passivité.
Alors pour faire un parallélisme, nous sommes comme des architectes qui construisent un lotissement de 10 maisons pareilles, la seule chose qui change c’est la décoration. – Mais vous avez dit vous-même que ça ne marchait plus aussi bien.

– Oui, en effet mais une série télé ou un quelconque film relève de la RV* tout court, notre trilogie PANDEMICS s’appuie sur la RVA*, la Réalité Virtuelle Augmentée. – Alors, pour que les gens comprennent, pouvez vous nous expliquer cela ?

– Oui, pour commencer on peut dire que n’importe quel film que vous regardez fait partie de la Réalité Virtuelle. Vous suivez sur l’écran une histoire qui vous est racontée, vous êtes happé par le récit, par les personnages, vous vous identifiez même à certains, de sorte que vous allez éprouver des sentiments, des émotions, colère, joie, peine, vous allez rire ou pleurer, compatir, etc… Vous êtes en quelque sorte en train de vivre une aventure trompeuse car vous n’êtes pas en train de galoper à la poursuite de brigands, vous êtes juste confortablement assis sur votre fauteuil. Vos émotions ne correspondent pas à votre vécu. Et ceci est possible parce que les deux principaux sens de la spatialisation, la vue et l’ouïe, sont focalisés sur l’écran et perturbent l’interprétation de la réalité par le cerveau. Et si vous êtes au cinéma, la Réalité Virtuelle est plus prégnante bien sûr puisqu’aucune sollicitation extérieure ne vous parvient. Et ça s’accroit dans les cinémas spécialisés, avec écran et sonorisation enveloppants, sièges asservis, et encore plus avec des casques de RV* qui vous isolent complétement  de la réalité au point que vous pouvez boxer un adversaire virtuel avec des gestes réels. La mystification est encore plus forte car vous êtes actif, mais ce n’est toujours pas la réalité.

– Donc si je comprends bien la Réalité Virtuelle trompe le cerveau à travers un détournement de nos sens pour nous mystifier par un récit écrit par quelqu’un d’autre et qui nous est projeté.

– Oui on peut dire ça comme ça ou autrement, on nous inculque une réalité qui n’est pas vraie. Mais dans ces cas là on est entièrement complaisants, on le fait parce qu’on en a envie et que à tout moment on peut interrompre l’exercice. C’est un loisir qui a un début et une fin, après on revient à la vie réelle.

– Alors venons en à la Réalité Virtuelle Augmentée. Je suppose que c’est une amélioration de la RV* ?

– Bien plus que ça, on passe disons d’une troisième dimension à une quatrième dimension. Un progrès énorme bien qu’on en soit encore aux débuts et limités dans le contexte du présent. Donc on rajoute aux sens déjà utilisés dans la RV* un nouveau sens, le « sens cognitif » pour permettre l’implication du récit virtuel dans la vie réelle. Pour, disons tromper ce sens cognitif des individus, qui est d’une nature différente des autres sens, on utilise des techniques de marketing alliées aux techniques modernes de management des masses. Ainsi la personne est captivé par un récit alors que celui-ci peut ne pas la concerner et y adhérer réellement.

– Vous voulez dire que cette projection du récit virtuel va changer la perception ou l’attitude des gens pour se répercuter dans leur vie réelle ? Ils sont donc captifs d’un récit, mais est-ce qu’ils s’en rendent compte ? – Oui exactement, ils sont captifs mais, sans le savoir, ils cloisonnent leur raisonnement au seul récit dont ils ont accès. Et pour que ce soit possible il faut un puissant outil de diffusion, qui est la collaboration intensive des moyens de communication de masse. En définitive on aurait pu appeler la RVA* « réalité virtuelle vécue » tellement elle répercute sur la vrai vie des gens.D’ailleurs si vous avez suivi les épisodes de la saison 1 COVID-19, vous êtes à même de voir que les scénarios proposés dans chaque épisode ont eu un impact majeur sur la vie de tous les jours.Nous entretenons cette fascination de notre récit dans les esprits à chaque épisode.

– Ça paraît quelque chose de complexe, déjà à imaginer mais à mettre en œuvre…?

– Très complexe, ça ne se fait pas comme ça en claquant des doigts. Il y a beaucoup de préparation en amont, il faut imaginer un récit à partir d’éléments plus ou moins vrais du présent, il faut des donneurs d’ordres, des institutions, des bienfaiteurs, des comédiens, des collaborateurs en tous genres, il faut, très important, une promotion constante et sans failles du récit au niveau des médias, et je dirais même que c’est le plus important.

-… – Ah j’oubliais, et c’est essentiel, c’est le ou les objectifs à atteindre. A titre d’exemple l’objectif, vous l’avez compris, de la Saison 1 COVID-19 est la vaccination de toute la population mondiale. L’épisode 5 actuel de la « cinquième vague » ne donne pas la réponse et nous gardons le suspense avec l’épisode 6 qui sera donc l’épilogue de cette saison.

– Donc vous ne savez pas encore comment finit la première saison de la trilogie.

– Je vous ai dit que la RVA* interagit avec la réalité vécue et donc nous devons adapter chaque épisode en fonction de ça. Même si le scénario reste le même, même si l’objectif reste le même, nous envisageons des aménagements dans le récit de chaque épisode en fonction des événements. D’ailleurs on n’a pas encore choisi le titre du sixième épisode.

– Bien, maintenant parlons de la deuxième saison MARBURG dont vous annoncez la sortie prochainement. Je suppose qu’il faudra attendre la fin des épisodes 5 et 6 de la Saison 1 pour qu’elle soit disponible. A quelle date ?

– Écoutez je ne peux pas vous répondre, chaque épisode dure en fonction des évènements.

– Est-ce que c’est la suite ou est-ce que ça a un lien avec la saison précédente ? – Si vous avez vu le trailer où j’apparais moi-même comme président de l’OMS*, vous savez qu’il s’agit d’une nouvelle pandémie inconnue avec des symptômes précis. Nous introduisons un paradoxe, déjà utilisé dans la saison 1, quand j’annonce que les scientifiques travaillent déjà sur un nouveau vaccin, mais la puissance de la RVA* devrait faire passer ça comme une lettre à la poste.
Maintenant, pour garder le suspense, je ne peux vous en dire plus sur comment le scénario et le récit vont être articulés.

– Je vais vous poser une question qui va vous fâcher mais certains disent que les symptômes que vous décrivez pour le virus MARBURG ressemblent étrangement aux effets secondaires des vaccins utilisés dans la Saison COVID-19.

– Écoutez, mon travail comme directeur de l’OMS* consiste à trouver un récit pour atteindre certains objectifs, c’est ce que je fais.

– Une dernière question, après la saison COVID-19 et la saison MARBURG, je suppose que vous avez déjà le nom de la troisième saison de la trilogie PANDEMICS, ainsi que d’une date plus ou moins approximative de sortie ?

– Hum… je laisse le suspense, je ne vous en dirai pas plus.
Merci pour vos questions.

– Merci à vous pour vos éclaircissements.

—————

OMS* : Organisation Mondiale de la Soumission

RV* : Réalité Virtuelle

RVA* : Réalité Virtuelle Augmentée

Vince Lougal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.