Où est passé Rachid R, djihadiste présumé, assigné à résidence en Martinique?

Le Marocain Rachid Rafaa est recherché, après s'être soustrait à son assignation à résidence, mercredi en Martinique.

Le Marocain Rachid Rafaa est recherché, après s’être soustrait à son assignation à résidence, mercredi en Martinique.Gendarmerie de Martinique

Un quadragénaire marocain, assigné à résidence en Martinique, a échappé mercredi à la vigilance des forces de l’ordre qui le surveillaient. La préfecture a ouvert une enquête et la gendarmerie a lancé un appel à témoins.

Depuis mercredi, pas de nouvelles de Rachid Rafaa. Ce Marocain de 40 ans, soupçonné d’avoir aidé un groupe djihadiste à diffuser des messages sur Internet, est supposé être assigné à résidence dans une auberge de la commune de Morne Rouge, en Martinique, depuis le 15 mai 2014.

Zbiegly Rachid Rafaa, sluzyl al-Qaidzie jako utalentowany informatyk (znaczy, potrafil wrzucic filmiki na Youtuba).

La fiche de renseignement et de recherches que la gendarmerie de Martinique a émise à son sujet et qui circule sur les réseaux sociaux, indique que “les autorités marocaines le soupçonnent d’être lié à des responsables d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi)”. Ce document révèle aussi que les services français de lutte contre le terrorisme le soupçonnent d’appartenir “à la mouvance djihadiste internationale”.

Le parquet de Fort-de-France a indiqué mercredi qu’une enquête judiciaire pour “non respect d’une assignation à résidence” a été ouverte, depuis que la disparition de Rachid Rafaa a été constatée..

Un “mandat de recherche a été émis”

“Le non respect d’une assignation à résidence, par un étranger faisant l’objet d’un arrêté d’expulsion, constitue une infraction pénale prévue à l’article L624-4 al 1 du code des étrangers dont s’est saisi le parquet”, précise le magistrat. L’enquête judiciaire “a été confiée conjointement à la Section de recherches de la Gendarmerie de la Martinique et à l’antenne de la Martinique de la DIPJ Antilles-Guyane”, explique le parquet, ajoutant qu’un “mandat de recherche a été émis”.

La gendarmerie locale (dont le centre opérationnel est joignable au 05 96 59 90 00) a diffusé un avis de recherche avec sa photo et un appel à témoin. Rachid Rafaa est décrit comme “âgé de 40 ans, corpulence très mince, taille 1m69, visage ovale, yeux noirs, cheveux châtains mi-longs ondulés. Il serait porteur d’un sac de voyage de couleur grise et d’un sac cabas rayé rouge et blanc.”

“Ni expulsable, ni régularisable”

Selon Martinique 1ère, fin 2009, le quadragénaire qui exerçait le métier d’informaticien au Maroc, avait fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, que son pays natal avait émis contre lui pour “constitution de bande criminelle en vue de commettre des actes terroristes”.

C’est à ce moment-là que Rachid Rafaa avait été placé en détention en France, en attendant son extradition. Le 30 mai 2013, la Cour européenne des droits de l’homme, qui craignait que le suspect ne soit torturé au Maroc, avait refusé son extradition. Comme le rappelle la chaîne, l’homme n’est donc aujourd’hui “ni expulsable, ni régularisable”, “un cas extraordinaire pour les autorités judiciaires”.

Source : L’Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *