OISE 180 gendarmes mobiles en renfort durant les fêtes

Ils sont venus aider les 1 150 gendarmes des compagnies de l’Oise. Trois escadrons de mobiles sont arrivés pour trois semaines de présence accrue sur le terrain.


Hier sur l’un des nombreux points de contrôle de l’Oise, à Therdonne, près de Beauvais.

Cent quatre-vingts gendarmes mobiles des escadrons de Mamers, Noyon et Sathonay (Rhône) sont arrivés hier dans l’Oise pour trois semaines de présence intensive sur le terrain. Pour la première fois, en période de fêtes, l’Oise se voit attribuer des effectifs de gendarmerie supplémentaires. Hier, militaires mobiles et des compagnies locales ont quadrillé tout le département pour une opération anti-délinquance d’envergure. «  Quatre cent cinquante gendarmes chassent actuellement le délinquant  », résume le colonel Marc Boget, à la tête du groupement de gendarmerie de l’Oise.

Derrière lui, au centre opérationnel de Beauvais, une multitude de points rouges clignote sur une carte : un pour chaque contrôle. «  Toutes les entrées et sorties du département sont sous surveillance accrue en ce moment, ainsi que les axes majeurs : le long de la RN 31, la RD 1001, la RD 1017 qui longe l’autoroute A 1. Pas question de laisser s’échapper les délinquants qui sont de plus en plus mobiles  », explique le colonel Boget.

Chiffres de la délinquance : l’Oise en a besoin

Il est 17 heures, la présence des gendarmes s’accroît sur le terrain. Celle des cambrioleurs aussi. «  Entre 16 et 20 heures, c’est le créneau où les habitations sont le plus touchées. D’où l’importance aussi pour les habitants de redoubler de vigilance durant ces horaires. » Tout se joue en moyenne en cinq minutes. «  Fini le cambriolage du château de maître. Maintenant c’est le cambriolage opportuniste qui prime pour un gain parfois minime. »

Ces dernières semaines, un triangle au Sud de Beauvais – entre Sainte-Geneviève, Mouy et Neuilly-en-Thelle – a particulièrement été touché par une vague de cambriolages. «  C’est effectivement un point sensible  », admet le colonel Boget, qui a multiplié les contrôles dans ce secteur. «  À chaque montée en flèche, dans un territoire déterminé, nous enverrons des équipes mobiles en renfort. »

L’Oise compte toujours parmi les départements en zone gendarmerie les plus touchés par la délinquance. Troisième il y a deux ans et demi, il se place aujourd’hui au sixième rang. «  Tout ceci est lié à la situation géographique de l’Oise. C’est un département rural, fortement peuplé, proche de la région parisienne et extrêmement bien desservi  », justifie Emmanuel Berthier, préfet de l’Oise, qui rappelle les bons chiffres de la délinquance présentés notamment au Premier ministre. «  Les vols à main armée baissent d’année en année. Ils ne sont plus que quelques dizaines en zone gendarmerie, même s’ils ont tendance à s’intensifier à l’approche des fêtes. Quant aux cambriolages, en zone police et gendarmerie, nous avons inversé la tendance et obtenu une stabilisation dans les résidences secondaires. »

Les opérations anti-délinquance vont s’intensifier avant la fin de l’année. Depuis le 15 septembre, un peloton de 369 réservistes tourne également sur le groupement de gendarmerie, soit huit patrouilles en plus dans l’Oise, qui sera également mis sur le terrain dès le 28 décembre. La surveillance s’intensifie également aux abords des zones commerciales durant les fêtes. «  Là où il y a de l’argent  », conclut Marc Boget.

Source : Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.