Niort Il force un barrage de gendarmerie : l’incroyable défense du prévenu

Il y a des stratégies de défense qui tiennent plus ou moins bien la route. Ce mardi, en maintenant la sienne devant le Tribunal correctionnel de Niort, Jean-Pierre a donné l’impression de foncer droit dans le mur.

Le 8 février dernier, à Celles-sur-Belle, les gendarmes mènent une opération de dépistage de l’alcoolémie. Il est 22 h 15 lorsqu’une Peugeot 406 venant du centre-ville se dirige vers eux.

Le conducteur ralentit, puis accélère, obligeant les militaires à s’écarter. Ces derniers ont le temps de relever les numéros de la plaque d’immatriculation et de constater qu’un homme d’une soixantaine d’années, cheveux gris, se trouve au volant du véhicule.

Dès 22 h 30, la plaque mène les gendarmes au domicile de Jean-Pierre, 66 ans. La 406, qui lui appartient, est stationnée devant chez lui. Le capot est encore tiède. Les gendarmes sonnent. Personne ne va leur répondre.

Interrogé quelques jours plus tard, Jean-Pierre, 66 ans, cheveux gris, nie tout en bloc. Ce matin encore, à la barre du Tribunal correctionnel, il a affirmé qu’il n’était pas au volant de sa voiture le 8 février à Celles-sur-Belle. Qu’un autre conducteur lui ressemblant l’avait sans doute utilisée à son insu…

Source : Courrier de l’Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.