Montpellier : la police saisit deux perroquets Gris du Gabon

DSC00415-1024x768

Les policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier ont saisi vendredi, deux perroquets Gris du Gabon illégalement détenus au domicile de deux particuliers.

Ces magnifiques volatiles qui parlent font partie de la liste des animaux protégés par la convention de Washington. Leur détention chez des particuliers est soumise à une réglementation très pointue, qui n’était pas respectée en l’occurence, lors de l’intervention des policiers.

Prison et amende

« La détention d’espèces protégées menacées et dangereuses, fragiles en captivité sans être titulaires des autorisations requises constitue une infraction au code de l’environnement. La sanction peut atteindre 6 mois d’emprisonnement et 9 000 € d’amende », prévient l’état-major de la direction départementale de la Sécurité publique -DDSP 34- de l’Hérault.

Comme son nom l’indique, le Gris du Gabon est un animal originaire d’Afrique. Il fait partie de l’espèce des Gris d‘Afrique regroupant deux oiseaux : le Gris du Gabon et le Gris du Timneh, perroquet plus petit et à la robe plus foncée. Il s’agit d’une espèce menacée et protégée, donc interdite à l’importation. Le Gris du Gabon, considéré comme le perroquet le plus parleur, est également le plus plébiscité en France en tant qu’animal domestique grâce à sa facilité d’expression, sa grande intelligence et sa curiosité.

Concernant son acquisition, le perroquet doit être âgé de plus de 4 mois et acheté chez un éleveur ou en animalerie. L’oiseau doit obligatoirement porter une bague à sa patte indiquant les renseignements quant à son identité : année de naissance, identifiant de l’éleveur… Enfin, les papiers indiquant son origine ainsi que la preuve de l’achat doivent obligatoirement vous être remis. Comme indiqué précédemment, il s’agit d’une espèce protégée donc la réglementation concernant la traçabilité de chaque individu est stricte.

Des Gris de 60 ans !

Ce perroquet possède une espérance de vie comparable à celle d’un humain. Ainsi, des oiseaux de 50 ans, ou encore 60 ans ne sont donc pas rares. Comme pour toute adoption d’un animal, il doit s’agit d’un acte bien réfléchi en particulier, lorsqu’on prend en compte cette longévité exceptionnelle.

La confiscation de ces deux perroquets à Montpellier intervient après la saisie à Béziers d’un singe magot dans une propriété de Béziers, importé illégalement en France. Tous les animaux illicitement détenus sont transférés dans des zoos.

Un des perroquets du Gabon. Photo DDSP 34.
Un des perroquets du Gabon. Photo DDSP 34.
Source : E-Métropolitain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.