Mise en cause de la coopération police-gendarmerie

gendarmes-policiers

Mise en cause de la coopération police-gendarmerie – la question de l’affectation de six officiers de gendarmerie au sein des services départementaux de renseignement territorial (SDRT).

Le Tribunal Administratif de Paris, saisi par un syndicat d’officiers de police, a rendu sa décision le 3 novembre dernier. Le directeur général prend acte du jugement et soutient les personnels concernés.

Sur requête du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI), le Tribunal Administratif (T.A.) de Paris a annulé, le 3 novembre dernier, la nomination de six officiers de gendarmerie au sein de services départementaux de renseignement territorial (SDRT).

Le directeur général a pris acte de la décision du T.A. et a adressé un courrier à chacun des officiers concernés, les assurant « de son complet soutien ». Il a confirmé sa « détermination à maintenir notre participation et à poursuivre résolument notre coopération dans le domaine du renseignement territorial ».

Pour autant, mercredi 23 novembre 2016, un des officiers visés par la décision du T.A. a fait l’objet d’une sommation interpellative par voie d’huissier sur son lieu de travail.

Dans un contexte de menace sécuritaire et d’engagement des forces rarement atteint, seuls un esprit de solidarité, un comportement productif et une vision partagée des enjeux permettront d’apporter une réponse efficace aux nombreux défis de sécurité auxquels nous sommes désormais confrontés.

Cette vision commune n’est manifestement pas partagée par tout le monde et ces mises en cause ne s’inscrivent pas dans une démarche d’intérêt général.

 

La lettre du Directeur Général au six officiers : Lettre DG – OG SCRT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.