Mesures sanitaires: Francis Lalanne demande à François Baroin de «se révolter»

Francis Lalanne vient d’adresser une lettre ouverte à François Baroin.

B9726398458Z.1_20210311202104_000+GVEHOOBAO.1-0

Le chanteur Francis Lalanne, qui est sous le coup d’une enquête pour avoir appelé à «mettre l’État hors d’état de nuire» sur le site de France soir, vient d’adresser une lettre ouverte à François Baroin. Il y dénonce une nouvelle fois l’ensemble des mesures sanitaires en vigueur et invite les maires à se dresser contre elles. «Je me tourne vers vous en votre qualité de président de l’Association des maires de France, et vous demande solennellement de mettre en place avec vos collègues une stratégie globale de réouverture des lieux de culture et de convivialité. Pour cela, il faut bousculer le pouvoir politique. Il faut vous révolter.»

Pas sûr qu’il soit entendu…

Le texte intégral de la lettre  :

LETTRE OUVERTE

A MONSIEUR FRANÇOIS BAROIN, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE

Monsieur le Président, Monsieur le Maire,

Vous savez en quelle estime je vous tiens, et le profond respect que je nourris pour le mandat municipal.

J’interviens auprès de vous en ma qualité d’artiste impliqué dans de nombreux combats pour la défense et la préservation des libertés fondamentales dans notre pays.

Ce n’est pas, croyez le bien, en désespoir de cause, mais bien le cœur rempli d’espoir et de confiance en leur capacité d’agir, que je me tourne aujourd’hui à travers vous, vers les Maires de notre beau pays.

Constatant la démission de tous les corps intermédiaires eu égard à ce qui devient désormais non plus l’urgence, mais une véritable dictature sanitaire;

Constatant le silence assourdissant des deux Chambres à l’heure où l’Exécutif, en contravention avec l’esprit et la lettre du droit républicain, prétend s’arroger tous les pouvoirs;

Constatant l’indifférence de l’autorité publique face à la dépression qui s’empare désormais de nos concitoyennes et concitoyens suite à la fermeture des lieux de vie et de fraternité collective que sont les restaurants, les cinémas, les cirques , les théâtres et tous les espaces de réunion, de culture et de divertissement;

Je vois dans l’Assemblée des maires de France, le dernier rempart de notre République.

Plus que jamais, je pense que le salut du peuple français ne pourra venir que de l’autorité municipale.

Je ne vous rappelle pas la situation des artistes, à la fois sur le plan psychologique et financier du fait de la fermeture abusive de leurs lieux de travail pour cause de dite pandémie.

L’état d’urgence sanitaire qui perdure et veut perdurer de manière excessive fait sombrer le monde du spectacle et celui du public dans la détresse, et la misère.

Toutes les tentatives pour ramener le gouvernement à la raison ont échoué.

La culture a été sacrifiée sur l’autel d’une politique sanitaire dans laquelle l’actuel gouvernement a résolu de s’enferrer, et dont les ravages sur le plan de la santé physique et morale des françaises et des français, s’avèrent d’ores et déjà bien plus graves et importants que ceux estimés de la COVID 19.

Dans ce contexte qui mène le peuple français vers le chaos et la désolation, les Maires, hélas, ont vu leur pouvoir de police et de réglementation des manifestations confisqué; comme leur a été confisquée la démocratie locale qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Serions nous retombés sous le joug des Philippards ou de Vichy?

Je me tourne vers vous en votre qualité de Président de l’Association des Maires de France, et vous demande solennellement de mettre en place avec vos collègues une stratégie globale de réouverture des lieux de culture et de convivialité.

Pour cela, il faut bousculer le pouvoir politique.

Il faut vous révolter.

Je ne doute pas un seul instant que vous n’en ressentiez pas vous même le besoin pour le bien être et la sauvegarde de vos administrés.

Dans l’attente d’une réponse favorable, je vous prie de me croire Monsieur le Président, Monsieur le Maire, votre bien dévoué.

Francis Lalanne.

Source : L’Est Eclair

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.