Maizières-lès-Metz : la nouvelle gendarmerie devrait être livrée en 2018

L’Établissement public foncier de Lorraine (EPFL) vient d’acquérir, pour le compte de Maizières-lès-Metz, un terrain destiné à la construction d’une nouvelle gendarmerie et d’habitations privées. Les travaux devraient débuter en avril 2017.

Ce terrain privé d’1,55 ha a été acquis le 20 avril par l’Établissement public foncier de Lorraine pour le compte de Maizières-lès-Metz pour un montant d’1,1 M€.  Photo Gilles WIRTZ

Ce terrain privé d’1,55 ha a été acquis le 20 avril par l’Établissement public foncier de Lorraine pour le compte de Maizières-lès-Metz pour un montant d’1,1 M€. Photo Gilles WIRTZ

Qualifiée de vieux serpent de mer par certains ou d’arlésienne par l’équipe municipale actuelle, le projet de construction d’une nouvelle gendarmerie à Maizières-lès-Metz, nécessaire tant le bâtiment est vétuste, devrait voir le jour en 2018. Elle sur un terrain situé route de Thionville à la sortie de Maizières-lès-Metz en direction de Talange.

Pourquoi les deux précédents projets n’ont pas abouti ?

• 2007. Dans le cadre de la nouvelle Zone d’aménagement concerté (ZAC) Val Maidera, l’ancienne municipalité réserve une place pour construire une gendarmerie. La Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), chargée d’expertiser le projet, le valide. « Le colonel Tavel m’avait donné son accord mais le jour de la signature, il m’explique que cinq gendarmes supplémentaires vont être affectés, ce qui forcément modifie le projet qui comprenait une extension. Il me demande de reporter , rappelle Gérard Terrier, ancien maire de la commune. C’est alors que le gouvernement Sarkozy décide de ne plus financer les gendarmeries. Conséquences : la commune doit fournir le terrain et construire avec son propre budget. La gendarmerie, elle, fixe le montant des loyers, le cahier des charges et ne prend aucun engagement de pérennité. C’était un marché disproportionné. Nous avons laissé tomber. »

• 2012-2014. « Je vais voir Pierre Moscovici (alors ministre des Finances) pour qu’il assouplisse le décret de Sarkozy. On obtient la possibilité qu’un tiers construise une gendarmerie », explique Gérard Terrier. La Ville propose un terrain municipal situé à la sortie vers Talange. Le bailleur social Moselis est intéressé. « La gendarmerie et la DGGN l’expertisent et donnent leur accord », insiste l’ancien maire PS.

En quoi consiste ce nouveau projet ?

Élu maire de Maizières-lès-Metz en 2014, Julien Freyburger fustige le projet de son prédécesseur qui, dit-il, était situé « au fond d’une impasse ».

Le projet retenu par la nouvelle équipe municipale a été construit différemment. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un terrain municipal mais d’un terrain privé d’1,55 ha acquis le 20 avril dernier par l’Établissement public foncier de Lorraine (EPFL) pour le compte de Maizières, pour un montant d’1,1 M€.

Situé route de Thionville à la sortie de Maizières-lès-Metz en direction de Talange, celui-ci devrait accueillir sur 86 ares, 450 m² de bureaux et 35 logements pour la gendarmerie. Sur les 68 ares restants, la commune a prévu un projet d’habitat privé qui comprendra 77 logements, dont 20 % de logements sociaux au minimum. « Sous réserve de la confirmation par les différentes parties de leur engagement, la construction sera effectuée par le groupe Duval et LogiEst en sera le bailleur », confie le maire de Maizières-lès-Metz. Il précise que le bail pour les logements des gendarmes a été établi à neuf ans. Enfin, côté calendrier, la première pierre du projet devait être posée en mars-avril 2017 avec une livraison prévue à la fin de l’été 2018.

Source : Républicain Lorrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.