Lockdown: A police constable’s perspective. (Confinement : Le point de vue d’un agent de police )

0a90c76e2d92b6edde23eabce94ed477

by David Scott
Sunday, 10th January 2021

 

La Colonne britannique a reçu la lettre suivante d’un officier de police en service. Son nom doit rester confidentiel, car en défendant la loi et les droits du peuple britannique, il met son travail en danger. Telle est la nature de nos institutions aujourd’hui.

 

Nous reproduisons intégralement cette lettre et remercions l’officier qui a eu le courage et la fermeté de l’écrire.

 

Je suis un officier de police en service et j’écris ceci pour donner mon point de vue sur ce qui arrive à la police britannique dans le contexte de cette soi-disant « crise Covid ».

Je suis officier de police depuis 14 ans et j’ai vu beaucoup de changements dans le service, même pendant cette période relativement courte. J’ai vu la dérive graduelle, mais très délibérée, vers le politiquement correct, un effort concerté pour la diversité et l’égalité au détriment d’une fonction de police robuste, protectrice et impartiale, et la dégradation et le démantèlement du modèle de police mondialement reconnu par le gouvernement, la presse grand public et une petite minorité de groupes de pression réveillés.

Malgré cela, je pense que le grand public a conservé un respect et une gratitude sains pour le travail difficile et vital que nous accomplissons pour maintenir l’ordre public comme une « mince ligne bleue ». Cependant, je crains que la confiance du public dans les services de police britanniques ne soit en train de s’effriter. Dans la structure des forces de police, les fissures qui ont été comblées ces dernières années commencent à apparaître. Les événements de cette année ont montré comment la police politique est devenue, et à quel point la formation et les valeurs de la dernière décennie sont maintenant bien ancrées. Cela s’est manifesté par la détérioration du comportement et de la conduite de nombreux agents et de l’ensemble du service de police. J’ai observé avec incrédulité et consternation la manière dont certains de mes collègues à travers le Royaume-Uni ont eu recours à une force extrême et à des tactiques musclées contre des personnes qui ne font qu’exercer leurs droits fondamentaux à la liberté d’expression, à la liberté de manifester, à la liberté de travailler et de se réunir avec leur famille et leurs amis, à la liberté de culte et à la liberté de disposer de leur propre corps et de leur santé.

Je comprends qu’il y a eu une sorte de pandémie au début de l’année, et qu’il y avait un élément d’inconnu, pour lequel il fallait prendre des mesures. Je suis conscient de la perte et du chagrin de ceux qui ont perdu quelqu’un à cause de ce virus, mais toutes les preuves que j’ai vues indiquent qu’il n’y a plus de risque pour le grand public et que les chiffres ont été grossièrement gonflés et déformés. Certaines de nos personnes les plus vulnérables et les plus âgées doivent être protégées, mais pas plus que n’importe quelle autre année pendant la saison de la grippe, et il n’y a absolument aucune justification à un verrouillage total et à des réglementations arbitraires pour étrangler la vie hors de l’économie, ce qui conduira inévitablement à un « remède » qui est incommensurablement pire que la maladie. Les services de police finiront par devoir faire face aux retombées des mesures de confinement pour les décennies à venir : santé mentale, suicides, augmentation de la criminalité en tous genres, toxicomanie et alcoolisme, violence domestique, troubles publics, etc.

Il est étonnant qu’une organisation qui dépend d’une enquête approfondie et de la collecte de preuves, et dont l’idée fondatrice est la protection du public, ne puisse pas voir cela. Les officiers supérieurs et les chefs de police de tout le pays se contentent de suivre les diktats du gouvernement sans poser de questions, ou du moins c’est ce qu’il semble. Certes, de mon poste au sein des services de police, je n’ai rien vu qui puisse suggérer que nous respectons correctement le serment que nous faisons tous, et que nous nous acquittons de notre devoir de faire respecter les droits de l’homme avec équité, intégrité, diligence et impartialité, en accordant un respect égal à tous.

Cela m’a paru particulièrement évident lors de la répression de différentes manifestations au cours des six derniers mois. J’ai participé directement à la surveillance policière des manifestations de Black Lives Matter, Extinction Rebellion et des groupes anti-blocage, et le contraste entre les deux a été frappant et alarmant. Il y a sans aucun doute un manque d’impartialité et d’équité dans la manière dont ces différents groupes ont été traités. J’ai vu de mes propres yeux la façon dont la police a facilité et « pris le genou » devant les manifestants du BLM par crainte de toute apparence de racisme institutionnel (qui n’existe pas, selon mon expérience), et au détriment de la sécurité du public et des agents sur le terrain. Dans le même ordre d’idées, les membres de la Rébellion de l’Extinction se voient accorder la liberté de protester, de bloquer des routes, de paralyser les grands centres urbains, d’endommager des biens et d’intimider par leur présence pendant des semaines, sans aucune action policière robuste et décisive. Comparez cela avec les manifestants anti-blocage, qui sont constitués d’un échantillon varié du grand public respectueux des lois et ne sont pas des « théoriciens de la conspiration anti-vax », comme la presse grand public voudrait vous le faire croire. Ces manifestations ont été accueillies avec une agressivité et une violence presque immédiate et disproportionnée de la part de la police. C’est ce que l’on appelle communément aujourd’hui le « maintien de l’ordre à deux niveaux », ce qui est assez exact, je suis désolé de le dire, et ce n’est pas quelque chose que je pensais voir un jour.

En travaillant au sein de l’organisation, je peux voir comment l’application de la loi Covid absorbe une quantité disproportionnée de temps et de ressources. Des réunions de haut niveau sont organisées, des stratégies et des politiques sont élaborées et filtrées dans les rangs, tout cela au détriment de la charge de travail habituelle de la criminalité et des autres vastes responsabilités qui incombent aux services de police. Tout cela se fait au nom de la « santé publique et de la protection », qui à son tour se fonde sur des statistiques trompeuses ou frauduleuses et sur une propagande unilatérale, poussée par le gouvernement par l’intermédiaire des grands médias. Les agents de première ligne sont désorientés par les directives et la législation en constante évolution, et même eux ne savent pas ce qu’ils sont censés faire respecter au jour le jour. La plupart d’entre eux s’appuient sur des documents d’information pour se guider et s’orienter, plutôt que d’étudier la législation par eux-mêmes.

Ironiquement, l’endroit où je travaille est le seul où j’ai l’impression que la vie est normale, car malgré la pléthore d’affiches, d’e-mails et de rappels sur la sécurité des caméras dans les commissariats, la plupart des agents ne font pas attention lorsqu’ils ne sont pas sous les yeux du public. Il est très intéressant de constater que pas un seul policier n’est décédé des suites de Covid-19 dans l’ensemble du Royaume-Uni (à ma connaissance), malgré le fait que nous ayons travaillé dans un rôle très public depuis le début de cette « pandémie » et avec un EPI très limité pendant les premières semaines.

Je trouve également la surpolitique des règlements Covid tout à fait étonnante. Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé au sein de différentes équipes dans divers services qui ont été mis à rude épreuve par manque de ressources, par une charge de travail énorme, par des heures supplémentaires obligatoires et par un effectif inférieur au minimum. Je me suis occupée de délinquants violents et de toutes sortes d’incidents difficiles et complexes par moi-même, j’ai géré des scènes de crime et des collisions routières graves avec quelques autres collègues, et j’ai mis ma vie et ma santé en jeu pour protéger le public. Aujourd’hui, et apparemment de nulle part, il est étonnant de voir comment des centaines d’agents sont soudainement disponibles pour assister à des manifestations pacifiques, comment des fourgons peuvent se présenter pour fermer des gymnases, des magasins et des églises, et comment des patrouilles supplémentaires sont mises en place pour assurer le respect du règlement Covid. Je trouve cela insultant pour les milliers d’agents qui se présentent chaque jour au travail pour faire un travail difficile et à des fins véritablement policières.

J’ai toujours été fier de porter l’uniforme et d’occuper la fonction de gendarme, mais une grande partie de ce que j’ai vu ces derniers mois m’a fait honte du service de police. Un agent de police occupe une position unique et privilégiée dans la société, avec un pouvoir incroyable d’intervenir dans la vie d’un membre du public, pour à la fois préserver et supprimer la liberté. Ce pouvoir s’accompagne d’une grande responsabilité, et chaque agent doit être tenu de rendre compte de ses actes, mais je crains que l’autonomie, l’indépendance et la discrétion d’un agent de police n’aient été érodées au-delà de toute reconnaissance. Il est presque devenu un cas de « je ne fais que suivre les ordres », ce qui n’a pas été retenu comme défense dans les procès de Nuremberg et ne constitue pas une justification acceptable de l’action ou de l’inaction d’un policier britannique.

J’ai travaillé avec les personnes les plus exceptionnelles de mon service, dont beaucoup sont des amis proches et de longue date, et je sais qu’ils ne se sont pas engagés pour faire appliquer des lois draconiennes contre des personnes respectueuses de la loi. Nous nous sommes tous engagés pour faire une petite différence, pour assurer la sécurité des gens et maintenir la paix et la liberté dont nous jouissons dans ce pays. Ce qui me consterne, c’est la façon dont beaucoup de ces personnes incroyables suivent sans conteste les ordres et les instructions des plus hauts responsables, sans enquêter ni comprendre les véritables motivations et les objectifs qui se cachent derrière tout cela.

Je pense qu’il y a quelques éléments qui se combinent pour empêcher les officiers de poser des questions ou de contester ces changements. Les officiers ont un revenu et une pension sûrs qu’ils ne veulent pas mettre en péril, et il existe également une culture cynique dominante du « nous contre eux » à l’égard du public, qui est encouragée par des années de traitement de situations désespérées et de personnes difficiles. Il y a toujours un rythme rapide de changement et de réinvention de la roue dans le maintien de l’ordre, et je pense que beaucoup d’agents se fatiguent devant les nouvelles initiatives, les nouveaux projets et les changements de loi. Il est beaucoup plus facile de faire ce qu’on vous dit que de lutter contre le système et de se mettre la tête au-dessus du parapet.

Tout cela m’amène à me demander si je veux ou non continuer à faire partie d’un service de police qui devient de plus en plus un organe d’exécution de l’État, plutôt qu’un établissement indépendant qui doit rendre des comptes au public et qui est chargé de veiller à sa sécurité. Le service de police doit tenir le gouvernement en échec et empêcher l’oppression, la tyrannie et l’ingérence politique dans la vie des citoyens. La fonction de gendarme devrait être celle qui fait respecter les lois qui protègent contre la gouvernance arbitraire et la législation qui empiète sur la liberté pour laquelle les générations précédentes se sont battues et sont mortes.

Je peux prévoir un moment, dans un avenir pas si lointain, où je devrai prendre position et refuser de suivre les ordres parce qu’ils sont en conflit avec mes principes, ma foi chrétienne, ma croyance dans le caractère sacré de la vie humaine, et le serment que j’ai prêté lorsque j’ai rejoint la police. Jusqu’à présent, j’ai réussi à éviter d’appliquer directement l’une de ces mesures totalitaires, mais je ne peux pas et je n’appliquerai aucune des dispositions de la loi sur les coronavirus de 2020, même si cela me coûte mon emploi.

Pour l’instant, je ferai de mon mieux pour résister aux changements rapides et destructeurs de « The Job » que je me suis sentie appelée à faire pour faire du monde un endroit plus sûr et plus pacifique et pour servir le public sans crainte ni faveur. Je ne sais pas combien de temps cette résistance peut durer.

 

Nous avons ici une déclaration d’un agent de police du type de celui que nous souhaiterions rencontrer si nous nous trouvions en danger ou en détresse : le type d’agent de police qui pourrait bientôt être un souvenir lointain et nostalgique, dans les tons monochromes de Dixon of Dock Green.

Au pays de nos souvenirs, respectueux des lois et paisibles, nous devrons peut-être bientôt dire « Bonne nuit à tous », et ensuite considérer chaque policier comme un dangereux agent de la machine étatique. Pour l’instant, cependant, rappelons-nous que des hommes comme ce policier existent toujours, qu’ils font honneur à l’uniforme et qu’ils aident notre peuple.

[Traduit (rapidement) par Marie De Plume]

 

Source : UKColomn

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.