Lieutenant Michel Christmann, un nouveau chef à la tête de la gendarmerie

Le Lieutenant Christmann, à gauche, accompagné de la nouvelle Maréchal des logis-chef, Julie, 32 ans, de retour chez nous après un premier passage par la brigade d'Aniane entre 2001 et 2006; à droite, le Major Thierry Oberon
Le Lieutenant Christmann, à gauche, accompagné de la nouvelle Maréchal des logis-chef, Julie, 32 ans, de retour chez nous après un premier passage par la brigade d’Aniane entre 2001 et 2006; à droite, le Major Thierry Oberon
(TC)
Le Lieutenant Christmann, entouré des policiers municipaux, lors de sa première sortie officielle pour la cérémonie souvenir des généraux d'Empire
Le Lieutenant Christmann, entouré des policiers municipaux, lors de sa première sortie officielle pour la cérémonie souvenir des généraux d’Empire
(TC)

La gendarmerie de Gignac, et ses 22 militaires, a une nouvelle tête à son commandement depuis le 01 août, suite au départ du Capitaine Cambillaud, muté à la compagnie d’Alès

A peine arrivé, le lieutenant Christmann est reparti en formation et il n’a véritablement pris ses fonctions que depuis lundi dernier.

A 46 ans, ce militaire de carrière a déjà parcouru la moitié de la planète. Originaire d’Alsace, il entre dans la gendarmerie à 18 ans et traverse le Rhône, l’Alsace, la Guadeloupe, l’Yonne, la Nièvre, la Polynésie Française et l’Ardèche. Il participe aussi à des opérations extérieures, en ex-Yougoslavie et au Liban.

Dernier poste en date, à la tête du peloton spécialisé dans la protection et la sécurité de la centrale nucléaire de Cruas, entre Valence et Montélimar.

Marié à Sandrine, esthéticienne à domicile, et père de deux enfants, Julien, 18 ans, en première année de BTS à Montpellier et Arthur, 10 ans, en cm2, le Lieutenant Christmann vient ainsi poser ses valises à Gignac pour les quatre prochaines années.

Passionné de rugby, il regrette de ne pas avoir assez de temps pour le pratiquer en club et se rabat sur la course à pied pour maintenir sa forme physique. Il est également moniteur en intervention, avec une pratique régulière de la boxe au pied et au poing, du tir et des tactiques d’intervention.

Sa priorité pour Gignac, et les communes dépendantes de la gendarmerie :« la lutte contre la délinquance, endiguer les vols à la roulotte sur le secteur des Gorges de l’Hérault et stopper la flambée des cambriolages ».

Homme de terrain dans l’âme, le lieutenant souhaite aussi développer la proximité avec les habitants, la communication et les échanges, pour prévenir autant que guérir.

Source : Midi Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.