L’identité du transfuge chinois révélée ? L’objectif caché du mouvement “Defund the police”

Carrefours du monde 45,8 k abonnés America’s Frontline Doctors, un groupe de médecins connus pour dénoncer le traitement de la crise du COVID-19 a déclaré que son site Web avait été supprimé par Amazon. Amazon a envoyé un avis au groupe quatre jours seulement avant de supprimer son site Web. Le message disait: “Ce projet héberge de la désinformation sur les vaccins et a été signalé comme contenu répréhensible aux services Web d’Amazon” afin qu’ils ne puissent plus l’héberger. Les médecins ont travaillé sans relâche pour garder leur site et ont dit qu’ils n’autoriseraient jamais Jeff Bezos et Amazon à les censurer. Une récente revue basée sur des études évaluées par des pairs a révélé que l’utilisation de l’ivermectine pourrait entraîner de « grandes réductions » des décès et que son utilisation pourrait avoir un « impact significatif » sur la pandémie à l’échelle mondiale. Pour l’étude, publiée le 17 juin dans l’American Journal of Therapeutics, un groupe de scientifiques a examiné l’utilisation de l’ivermectine dans 24 essais contrôlés randomisés impliquant un peu plus de 3 400 participants. En utilisant plusieurs méthodes d’analyse séquentielle, les chercheurs ont conclu avec un niveau de confiance modéré que le médicament réduisait le risque de décès chez les patients COVID-19 en moyenne de 62%. Parmi les patients hospitalisés COVID-19, le risque de décès s’est avéré être de 2,3% parmi ceux traités avec le médicament, contre 7,8% pour ceux qui ne l’étaient pas, selon la revue. Je vous en ai parlé dans l’avant-dernière vidéo et d’autres informations sont sorties depuis, notamment son nom, et donc son grade et la fonction qu’il occupait en Chine. Les médias chinois indépendants à l’étranger regorgent d’histoires sur ce transfuge de haut niveau qui travaille avec la Defense Intelligence Agency (DIA) depuis des mois : il s’appellerait Dong Jingwei. Dong est le vice-ministre du ministère chinois de la Sécurité d’État. Selon des informations accessibles au public, Dong était responsable du contre-espionnage du ministère : dit plus simplement, traquer et arrêter les espions. Dong a fait défection aux États-Unis via Hong Kong à la mi-février sous le prétexte de rendre visite à sa fille dans une université en Californie. Le mouvement de gauche « defund the police » a démantelé les services de police locaux, favorisé les émeutes et fait grimper le taux de criminalité aux Etats-Unis. Mais ce n’est peut-être que la première étape. Dans une récente interview sur American Thought Leaders, l’ancien officier de police de l’Arizona Brandon Tatum a donné son point de vue sur l’agenda plus profond du mouvement. Selon l’agent Tatum, ces taux de criminalité serviront à justifier la fédéralisation de la police. Cela pourrait être la véritable «réforme de la police» dont l’administration Biden a parlé. Je cite Tatum : “Je pense que c’est un programme visant à détruire et démanteler complètement les services de police locaux afin que le gouvernement puisse contrôler les forces de l’ordre dans ce pays et promouvoir un programme national » Tatum a expliqué que si l’application de la loi est fédéralisée et qu’il existe des mandats tels que ceux impliquant les vaccins ou les armes à feu, le gouvernement fédéral sera en mesure d’appliquer ces directives plus facilement en court-circuitant l’échelon local. Le peu qui reste de la démocratie américaine tient, malgré les assauts de l’extrême gauche, principalement grâce au pouvoir des états fédérés face à l’Etat fédéral. Un tel projet de réforme renforcerait énormément le pouvoir de Washington sur les états. Les documents d’audit soumis par le comté de Fulton en Géorgie révèlent d’importantes irrégularités électorales. En novembre dernier, le secrétaire d’État de Géorgie, Brad Raffensperger, a engagé l’entrepreneur Seven Hills Strategy pour auditer le comté de Fulton. L’entrepreneur a enregistré plusieurs problèmes troublants qui pourraient être considérés comme une « faute professionnelle en matière de tabulation électorale ». Le Pentagone devrait publier ses conclusions sur ce qu’il sait des ovnis ou des phénomènes aériens inexpliqués, les PANs, vendredi prochain. Alors qu’un rapport classifié plus détaillé restera secret, une version non classifiée sera rendue publique. Le 16 juin, les responsables de la Marine et du FBI ont donné un briefing hautement confidentiel sur les PAN à un comité du renseignement de la Chambre. Certains législateurs ont également reçu un aperçu du rapport classifié. Bien qu’ils n’aient pas voulu dire ce qu’ils ont vu, certains membres du Congrès se sont montrés sérieusement préoccupés par la menace des PAN.

Source : Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *