L’Europe prise en fourchette

Par WD

La chute de l’URSS est directement attachée à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Cet événement fut le top départ d’un nouvel espoir hégémonique de la clique américaine. Dans un contexte où l’URSS chancelait déjà sous le poids de ses errances multi-sectorielles, cet accident industriel ne fut peut-être pas un malheureux coup du sort. Peu importe cette suspicion. Il est une certitude que cette catastrophe écologique et humaine mit à genoux économiquement le reliquat dégénéré bolchevique. Il avait coûté des milliards à l’URSS et sa principale rentrée d’argent d’alors liée au pétrole subit la chute des cours comme par magie. La suite fut logique. L’effondrement de l’union soviétique aidée par la collusion intérieure est trop bien connue pour la mettre en avant ici.

Suite à ce premier coup Ukrainien, les événements colorés n’ont cessé d’apparaître dans tous les pays du bloc soviétique. Il y eut pléthore d’abandon du soviet local et d’indépendances, le tout financé entre autres par la CIA. Pour faire bonne mesure, la création de divers institutions comme La Banque européenne pour la reconstruction et le développement furent un élément clef accapareur. Cette « banque » servait à financer ou cofinancer des investissements (soit par des prêts, soit par des prises de participation) favorisant ainsi la transition vers une économie de marché dans les pays l’ex-URSS et en Mongolie. La gestion de Jacques Attali, président fondateur, fut quelque peu troublante. Il fut particulièrement critiqué pour « les dépenses somptuaires de la banque pour son propre compte ».

En Bleu, les investisseurs sur fond d’extorsion corrupteur

Tandis que l’ex URSS était spoliée, saccagée et démantelée au plus grand profit de la ploutocratie mondiale, la Chine s’ouvrait au monde capitaliste. La coalition occidentale pénétrait partout dans les pays encore non alignés ou hypnotisés par le rêve américain. Elle pensait qu’elle était en phase terminale de son hégémonie globale. Elle avait presque réussi cet objectif. Le trublion Poutine brisa la martingale. Depuis les BRICS et l’OCS tiennent la vedette pour briser le leadership occidental. La scission du paradigme globaliste est déjà bien entamée. Après des décennies d’infamies américaines à travers le monde, plus personne ne croit à ses actions reprenant à son compte et aussi tartuffement que Rome le principe du bellum iustum piumque (guerre «juste et pieuse») (1) appelé actuellement « le camp du bien » qui promeut la liberté et la démocratie. La vaste farce !

La révolution colorée Ukrainienne fut la révolution Sorosienne de trop. Certes, depuis 8 ans les vautours américains dépècent ce pays, mais avec l’opération spéciale le carnage est fini. Au grand dam de Biden qui défend bec et ongles ses intérêts familiaux, ses intérêts de caste, ses intérêts de loge.

Dès Juin, suite au Strategic concept de l’OTAN, nous savons que ce conflit prendra une autre tournure à dimension mondiale. A ce jour, nous y sommes. Le bloc occidental affronte le bloc russo-chinois pour faire simple et sans parler de l’implication de l’Iran.

Les meneurs américains sont des salops, mais pas des cons. Ils ont déjà anticipé les alternatives qui s’offrent à eux. La victoire ou la défaite. Dans le premier cas, l’affaire est entendue pour le plus grand malheur des peuples de la planète. Dans le second, ils acteront le fait de la multipolarité du monde et tenteront de sauver les meubles au détriment de leurs partenaires, les européens particulièrement.

Quel que soit l’issue de ce conflit, les pays européens, bien que vassaux de l’imperium américain, seront anéantis. Ils sont déjà abandonnés par leur maître. En préparant l’inévitable choc des blocs, les américains ont pris bien soin de nous spolier tous les fleurons industriels et technologiques via la trahison de nos élites. Ces dernières ont pris un malin plaisir à détruire tous nos secteurs générateurs de richesse, nos boucliers sociaux, nos possibilités de développement, nos fonctions régaliennes. Ainsi, en cas de gifle magistrale infligée par l’ours russe, ils ont déjà éliminé un concurrent sérieux dans la prochaine compétition commerciale mondiale. Le sabotage des gazoducs Nord stream 1 et 2 prouve cette projection. Le bonus actuel pour eux est de nous refiler à prix supérieur leur camelote de schiste. En second plan, ils dégagent aussi le potentiel maritime de la France prise dans la tourmente de la récession absolue.

En cas de victoire, pour éviter tout redressement miraculeux de l’Europe, ils mettront en branle le cheval de Troie déjà mis en place qui n’est autre que la masse de migrants répartie partout sur nos territoires. L’idée d’instaurer le chaos par le choc culturel et religieux sur fond de misère se fera jour très bientôt. Ça a d’ailleurs déjà commencé dans certains secteurs. Ces transferts de population sont organisés et financés par qui et surtout pourquoi en ces temps de disette, d’après vous ? Par charité et compassion ? Dans un monde où l’esclavagisme fait son grand retour, la générosité n’a plus cours. La naïveté a elle aussi ses limites.

Dans ce tumulte anticipé, plus il y aura de chefs de guerre, de cartels maffieux et de trafiquants travaillant avec les américains en contrebande, mieux ce sera pour eux. Les temps obscurs seront de retour. Tel sera le prix de notre incroyable bêtise entretenue depuis 53 ans, tel sera le prix de notre fantastique soumission. Telle sera la facture exorbitante d’avoir abandonné nos propres valeurs fondamentales qui font ce que nous sommes.

Il y a un espoir malgré tout. Il réside dans la défaite totale de l’occident avec la poursuite et la condamnation de ses fomenteurs de conspirations à dimension oligarchique qui essaiment depuis des décennies, pour ne pas dire des siècles, le malheur dans le monde. Avec eux, toutes les cohortes de traîtres et de corrompus. Il faudra abattre toute la chaîne de complicité, le ruissellement de la concussion. Ça fait du monde en effet. La chasse aux faiseurs de guerres illégales, aux génocideurs, aux accapareurs des biens d’autrui, aux esclavagistes, aux adeptes des mœurs sataniques est peut-être la nouvelle mission humaine à échelle spirituelle. Le crime organisé contre l’humanité doit prendre fin.

1)- Voir « Histoire des guerres romaines par Yann le Bohec chez Tallendier.

WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.