Lettre ouverte au Général Dominique Delawarde

(Suivie de sa réponse)

Mon Général,

Ayant pour habitude de vous suivre sur Réseau International, l’une de vos contributions, qui comme à l’habitude est claire, concise, emprunte de sagesse ne pouvait qu’attirer mon attention. Cette publication m’a donc conduit à chiner sur le net, à la recherche d’infos supplémentaires concernant l’appel des militaires haut-gradés à la retraite, et de réservistes, si j’ai bien compris.

J’avoue ici ma perplexité, et une certaine inquiétude entre les commentaires mainstream, les nationalistes (tendance collabos), les sayanimes haineux, les globalistes complètement à l’ouest, les européanistes vendus au IVe Reich… et ainsi de suite, tous enclins depuis longtemps à décrocher la timbale d’une guerre civile dans notre pays bien-aimé. Non sans hystérie dans certains propos pour le moins abjects. Sans compter les autres et/ou les mêmes qui demandaient que la police tire à balle réelle sur les gilets jaunes, ces inutiles, qui n’auront bientôt plus le droit de vivre (pour reprendre la formule consacrée à propos d’un chef d’état par un dealer de sang contaminé). Mais vous en savez plus que nous autres sur la situation de la France, lentement euthanasiée par une bande d’escrocs génocidaires, eugénistes, malthusiens, trans-humanistes, davossiens et autres malades mentaux se prenant pour des dieux. (Au point de se lancer dans la création de chimères homme/singe.) Ces « oxydantaux » oxydés à force d’occire à tour de bras des millions de personnes innocentes, tout autour de la planète (dix millions depuis 2001 selon certaines estimations, en majorité musulmanes).

Pour tout vous dire, nous étions quelques-uns depuis le Bataclan à nous demander si l’armée n’était pas devenue un suppôt de l’occupant (laissant passer l’occasion ô combien noble de désobéir à l’ordre dégueulasse de ne point intervenir, abandonnant le peuple aux couteaux rouillés des égorgeurs mandatés par… chut !). À se demander si l’armée française, le GIGN et le RAID étaient bien là pour défendre le territoire, ses valeurs et surtout, son peuple, dont l’armée est une éma’nation financée par lui à grands frais. Rien non plus de la part de ces forces protectrices quand ce peuple en jaune défilait, estropié à bout portant à la façon des gueules cassées, genre 14/18, par les forces du désordre sanglant jusque dans nos sillons, y compris par la gendarmerie pour quelques primes.  Réalité ô combien triste, misérable ! L’Histoire jugera !

Et voilà cet appel applaudi par nombre de citoyens, mais qui soulève aussi l’enthousiasme des fachos nostalgiques de Vichy et des colonies, rêvant d’exterminer tout ce qui est musulman, au prétexte qu’ils seraient tous des terroristes en puissance.  Oubliant bien entendu de se poser certaines questions. Qui a détruit les pays laïques au Moyen-Orient, sans compter la Libye, l’Afrique ? Qui favorise l’immigration à flux tendus des populations martyrisées de la pire des façons ?  (Les survivants étant poussés par derrière à l’exode massif sous la botte des SOROS, sans compter les ONG complices.) Qui a livré ces fameux quartiers confinés depuis des lustres, aux mafias et/ou des pays étrangers criminels ? Qui ? Avec la complicité de qui ? Des quartiers entiers, vendus au diable en 2005 (par exemple) par certains maires de gauche et de droite pour avoir la paix.  Sans compter Sarkosy suivi de Hollande ouvrant toutes grandes les portes des banlieues pauvres au Qatar et à l’ambassade des États-Unis, suivis de près par le ‘Macrotal’ et sa bande de serpents. Des génocidaires compulsifs en train d’empoisonner le peuple, via des labos corrompus qui n’ont rien à envier à des Mengele et autres BayerMonsantonisés.

Des quartiers, devenus au fil du temps des « droguistes » et/ou des pôles emplois pour djihadistes envoyés en Syrie, Irak, Lybie… avec pour mission d’égorger, éviscérer, tuer des femmes, des enfants et des vieillards, chrétiens, musulmans, athées…. Des bouchers, soutenus, armés, financés, entrainés, drogués par « la France » et l’OTAN, cette organisation de crétins sans borne se prenant pour des déités. Et de rapatrier ensuite les égorgeurs mandatés dans leurs quartiers d’origine (ça peut toujours servir) pour leur éviter la peine de mort qu’ils méritaient compte tenu des horreurs immondes commises sur ordre.

État de fait m’amenant à penser que la seule chose qui ruisselle véritablement de la pyramide, du haut en bas de l’échelle, n’est autre que la sauvagerie congénitale dynastique des « zélites » délitées, alitées, autoproclamées, absolument dégénérées, qui affectent, infectent, l’ensemble de la société grâce à leurs valets que sont les politiciens.  Ce qui m’amène à penser, dire, écrire que les premiers responsables devraient être les premiers à en payer le prix, jugés, châtiés, châtrés, tel qu’ils le méritent, en place publique, comme valeur d’exemple. Et le reste suivra ! C’est là une hypothèse.

Mon Général,

Ayant mené une recherche-action de combat (3 grèves de la faim et de la soif), dans le cadre d’une thèse d’état en sciences humaines, très vite le politique fut le principal adversaire rencontré sur le terrain. Dès lors que l’on refuse de se laisser corrompre, d’une manière ou d’une autre c’est la guerre (défis à chaque fois relevés). Pourtant, cette recherche portait sur la nécessité de créer des plates-formes permettant à des jeunes d’accéder au monde professionnel, et ce, dans l’intérêt général qui me tient à  cœur (un reste/relent de Don Bosco ?). Avec pour principe de n’avoir recours aux subventions qu’en cas de nécessité absolue. La première expérience, autofinancée, s’est développée (83/91) à Clichy-la-Garenne, prolongée un peu plus tard à Asnières (passant de 50 M2 à 700 M2 dans le privé) financé par le truchement des métiers de la communication. Engagement interrompu à la suite d’un grave accident de la circulation. (8 ans de travaux par terre.)

Approché par l’état via une filiale de Thomson dans le cadre d’un programme national (PAQUE Préparation Acive  à la QUalification et à l’Emploi) en 1992, programme porté par Martine Aubry alors Ministre du travail et de la formation professionnelle, il me fut proposé de créer de toute pièce (de A à Z) un centre de formation expérimentale en l’espace de cinq mois. Programme lancé à quelques encablures à peine des législatives de 1993. La gauche venait de se rendre compte (après 12 ans au pouvoir) que chaque année, plus de 100 000 jeunes restaient sur le carreau. Un mille-feuilles devenu de plus en plus indigeste (déjà). Vint Balladur qui détruisit tous les programmes concernant cette jeunesse.

Quant à ce programme conjoncturel il s’agissait surtout d’une grande affaire à plusieurs milliards pour seulement 18 mois. Ayant résisté avec les jeunes (100 jeunes – 16/25 ans en Seine-Saint-Denis) nous avons joué les prolongations jusqu’en 1996.  Cette expérimentation fit l’objet en 20O7 (à l’occasion des présidentielles) d’un essai aux éditions du Cherche midi : Les raisons de la colère (qui n’a pas pris une ride), interpelant la classe politique et le Président Sarkozy sur les méfaits de leur duplicité.

Par la suite j’ai poursuivi mes travaux jusqu’ici, par d’autres moyens, de différentes façons, en France et au Sénégal sur mes deniers. Qu’il s’agisse d’accompagner, de conseiller, de transmettre, d’accoucher, de lancer des passerelles… Démontrant par le fait que nombre de réponses pouvaient être apportées à ces populations dénigrées, stigmatisées, condamnées sans même leur donner une chance de déployer leur plein potentiel. Ce qui n’enlève en rien, dans mon esprit, le fait qu’il faille mettre un terme à la sauvagerie de certains, y compris celle des soit-disant bons français de souche que j’observe jour après jour. Et ce, sans ciller, avec fermeté et sévérité quand cela est nécessaire, pour le bien commun du Peuple français, et non point pour telle ou telle faction dévoyée, corrompue, opportuniste, avide.

En ce sens je rejoins les propos du Général de Richoufftz (surnommé Général des banlieues) que je viens de découvrir grâce à vous. Et si tous ces généraux et réservistes ayant signés cet appel se relevaient les manches pour s’y mettre sans attendre – en tant que citoyens – sans étiquette politique ? Ne serait-ce que pour séparer le bon grain  de l’ivraie avant de livrer la bataille. Qu’en pensez-vous ? Pour conclure, je puis vous adresser Les raisons de la colère si cela vous intéresse.

Cordialement vôtre

Avec tous mes respects

Bernard-Alex Le Moullec

Réponse du Général Delawarde

Bonjour,

Comme toutes les lettres argumentées, la vôtre a retenu mon attention. Compte tenu des événements auxquels je suis mêlé, je ne pourrai pas répondre, hélas avec l’exhaustivité souhaitable car je suis submergé d’appels et de courriers divers qui dépassent, de loin, tout ce que je pouvais imaginer.

Tout d’abord, l’affaire des gilets jaunes. La lettre des ancien militaires comme celle des militaires d’active aborde ce problème sans ambigüité.

Dans la lettre des anciens : Délitement car la haine prend le pas sur la fraternité lors de manifestations où le pouvoir utilise les forces de l’ordre comme agent supplétif et bouc émissaire face à des Français en gilets jaunes exprimant leurs désespoirs.

Dans la lettre des personnels d’active ligne 12 : Ce sont ces milliers de serviteurs de la France, signataires d’une tribune de simple bon sens, des soldats qui ont donné leurs plus belles années pour défendre notre liberté, obéissant à vos ordres, pour faire vos guerres ou mettre en œuvre vos restrictions budgétaires, que vous avez salis alors que le peuple de France les soutenait.

Le lecteur de bonne foi ne peut que comprendre que les militaires, anciens ou d’actives, n’ont jamais été contre les gilets jaunes, bien au contraire. Dans ces deux textes, nous indiquons clairement que nous nous dissocions des politiques élus par le peuple et qui, hélas, et constitutionnellement, ordonnent l’action militaire « au nom du peuple qu’ils sont sensés représenter.

Je ne suis membre d’aucun grand parti politique.(RN, LR, Modem, LREM, PS, PC, Ecolos). Je discute avec tout le monde et j’écoute tout le monde. Notre appel des anciens a été soutenu par 43% des électeurs de Mélenchon, 44% du PS, et 46% de la LREM dont les représentants élus nous tapent dessus avec une belle unanimité.

La France est ce qu’elle est, mais ses politiques et ses citoyens électeurs ne cessent de se taper dessus en paroles et de passer à côté des vrais problèmes à résoudre. Je commence à fatiguer d’intervenir dans des débats sans fin alors que mon pays brûle.

Cdt

DD

———————–

Bonsoir mon Général,

La promptitude avec laquelle vous avez répondu m’en bouche un coin, et bien sur, je vous en remercie, compte tenu de votre engagement.

Tout comme vous je suis a’politique et doute en aucune façon de la sincérité et du don de soi de nos soldats.

Vent debout en 2008 quand ils furent envoyés au front en tongs : http://contre-poids.over-blog.com/search/Les%20soldats/ – ou lorsque leurs familles se sont retrouvées en difficultés pour non-versement de soldes. D’autant plus solidaire qu’en 1979 le IIe Rima au Mans me rendit une fière chandelle, contribuant à ce que je sois toujours en vie.


Comme déjà écrit, cette lettre ouverte à votre adresse veut refléter entre autre la crainte que l’appel de vos compagnons d’armes ne soit récupéré, instrumentalisé par des lâches poussant à la guerre civile; Mais entièrement d’accord avec la démarche qui remet du baume au cœur des sans-grades, bien seuls, cette armée des ombres qui fait tourner notre Pays – au final.

Vous me voyez également d’autant plus solidaire de nos militaires à la lecture de l’extrait de la lettre des anciens à propos des gilets jaunes.


Respectueusement
B.A

Source : Bernard alex.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.