Lettre ouverte à nos gardiens de la PAIX

Mélanie, une fidèle lectrice de Profession-Gendarme  nous confie son message qu’elle diffuse de manière virale (sans jeu de mots..) et désire profiter de notre belle influence pour semer une petite graine en plus.
Elle nous dit  :
Je porterai ce message sur ma veste en espérant que la majorité me suive.
Merci Mélanie pour ce beau message d’espoir que tu nous adresses, c’est avec plaisir que nous publions ici cette “petite graine” qui nous l’espérons portera ses fruits…
Souhaitons que cette “petite graine” soit partagée par un maximum de personnes de cœur et se répande dans le monde.
Un-gendarme-mobile-et-un-policier-le-18-mai-2016-à-Paris-face-aux-opposants-à-la-manifestation-«-contre-la-haine-anti-flic-»-organisée-par-des-syndicats-policiers.-Photo-dillustration-M.GLEssor.-660x330

 

Lettre ouverte à nos gardiens de la PAIX  

Nous, français révoltés,  avons parfois réagi sous la colère et la haine. Le retour n’en a pas été moindre. Peu importe la cause. Le constat est bien là,  la France, rongée par un cancer chronique, périt.
Affrontements, violences, drames, abus…et ceci des deux côtés.
Au final la tristesse habite chacune des parties. L’une en devient haineuse, l’autre revancharde.
Quel gâchis …
Pourquoi devrions-nous avoir peur de vous ?
Vous, père,  mère, frère,  sœur, ami(e) (etc…) vous avez, tout comme nous, un cœur à partager.
Ce cœur qui vous crie une reconnaissance manquée , le notre hurle une humanité perdue.
Comme une jambe emplâtrée sans béquille…
Cette souffrance vécue par chacun peut se soigner par un regard, peut même se guérir par une main tendue.
Servez vous de vos boucliers comme nous nous servirons de notre sourire et votre rôle sera enfin reconnu. Notre place sera enfin légitime.
Soignons notre discorde et lâchons nos rancœurs. Comme un bon vieux repas de famille raté où les liens, au final, ne se ternissent jamais.
Nous, Hommes de tout âge, partageons vos espoirs d’un cœur apaisé.
Ne voyez vous pas nos larmes ?
Ne sentez vous pas les vôtres couler dans vos moments les plus sombres ?
Ne souhaitez vous pas le bonheur pour vos parents, enfants et amis ?
Alors pourquoi ne pas vous le souhaiter à vous-même ?
Je vous le souhaite ce bonheur. Oh oui, je vous souhaite ce bonheur et je vous mets au défi de veiller à notre paix comme nous veillerons à la vôtre .
Aujourd’hui, je n’appelle ni aux manifestations ni même à une révolte. Je ne suis que l’interprète de ce que mon cœur me dicte. Chaque mot qui résonne ici est un appel à la vérité.
Nous sommes Hommes, nous sommes UN.
Couchez vos boucliers et nous vous offrirons notre cœur.
Posez votre colère à vos pieds  et nous vous confierons nos vies.
Ne cédons plus aux caprices de nos vies de plus en plus sordides, nous avons été idiots et aveuglés, NOUS TOUS.
Ni les belles lumières des plus grands philosophes ni le Droit ne réussiront à nous réconcilier,  seule notre volonté est notre espoir.
Je parle évidemment en mon nom ainsi qu’au nom de tous ceux qui sont prêts, eux aussi, à poser leur colère  et à  porter ce message.
Soyons grandis des leçons apprises et rappelons cette devise constitutionnelle  devenue presque muette :
« liberté, égalité, fraternité » !.
Donc vous, gardiens de la paix, je vous aime et je compte sur vous.
Mélanie
Gardiens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *