Les routiers veulent défiler à Berne contre les mesures sanitaires

Des convois vont avoir lieu en direction de plusieurs capitales européennes pour soutenir les camionneurs canadiens. La fronde s’organise également en Suisse.

Des convois sont prévus en Suisse et en Europe en écho au large mouvement de contestation des camionneurs au Canada (photo d’illustration).
AFP

Un «convoi pour la liberté» sera organisé en Suisse et ailleurs en Europe le 7 février prochain. Sur les réseaux sociaux et l’application de messagerie Telegram, les opposants aux mesures sanitaires sont appelés à rejoindre Berne avec leurs camions, leurs voitures, leurs motos, leurs vélos et même leurs tracteurs. Ces actions sont mises en place en signe d’adhésion et de soutien au large mouvement de contestation des camionneurs au Canada.

L’obligation vaccinale pour traverser la frontière terrestre avec les États-Unis – imposée depuis mi-janvier – a fait réagir les routiers canadiens, qui ont traversé en large le pays la semaine dernière pour rejoindre Ottawa. L’impact négatif des restrictions sanitaires sur les conditions de travail est également dénoncé. Ils ont été rejoints par de nombreux sympathisants, qui ont convergé dimanche vers le parlement de la capitale.

La grogne se fait sentir jusqu’en Europe, où de nombreux groupes Telegram ont vu le jour pour organiser des convois, à l’image des Canadiens. En Suisse, l’un de ces groupes, créé ce vendredi, comptait plus de 2400 personnes lundi, dans le but de synchroniser les départs le jour J depuis de nombreuses villes de Suisse, comme Lausanne, Genève, Sion, Fribourg, mais aussi depuis la Suisse alémanique et le Tessin.

Plusieurs revendications

Sur une affiche, l’appel pour «le convoi européen pour la liberté» est détaillé. Tous les pays européens sont invités à participer et à «bloquer leur capitale pour demander la fin des règles tyranniques». Plusieurs revendications sont évoquées, comme «le droit de voyager librement sans interférence», «le droit de choisir ses propres décisions en matière de santé» ou encore «le droit d’exercer librement son activité».

Sur le groupe d’organisation suisse, les revendications sont plus précises, avec notamment «le retrait immédiat de toutes les restrictions» et «l’annulation du pass sanitaire», à l’heure même où Alain Berset annonçait ce week-end une probable levée d’une majorité des mesures le 16 février. Dans un deuxième temps, tous les opposants d’Europe sont aussi appelés à se rendre à Bruxelles le 14 février.

Source : 24 heures.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.