Les gilets jaunes sont venus demander la libération d’Eric Drouet à la gendarmerie de Nogent-le-Rotrou

manifestation-gilets-jaunes-nlr-23-12_4141110

Le mouvement des gilets jaunes nogentais a pris, ce dimanche 23 décembre 2018, une nouvelle forme. Ils sont venus manifester en centre-ville de Nogent-le-Rotrou et notamment devant la gendarmerie.

Organisée dans la plus grande discrétion, la manifestation des gilets jaunes à Nogent-le-Rotrou a réuni une trentaine de manifestants, ce dimanche 23 décembre 2018. Les gilets jaunes se sont regroupés place Sully avant de monter en cortège jusqu’à la compagnie de gendarmerie de Nogent-le-Rotrou.

Au cri de “Macron démission !” et “Libérez Eric !”, ils ont ainsi apporté sur le terrain local les revendications nationales du mouvement. Pour Karine, l’une des gilets jaunes percheronnes, “Eric Drouet est l’une de nos figures nationales pour le mouvement des gilets jaunes. On le connaît ici car il est chauffeur routier et s’arrête parfois au rond-point de Margon pour saluer les gilets jaunes et discuter avec nous. Il a été arrêté samedi à Paris et les conditions de sa libération sont inacceptables”.

Éric Drouet, l’un des initiateurs des gilets jaunes interpellé samedi 22 décembre 2018 lors de l'”Acte VI” des manifestations à Paris, a été remis en liberté. Il sera jugé le 5 juin 2019.

Interpellé samedi, le “gilet jaune” Éric Drouet sera jugé le 5 juin

Le commandant au contact des manifestants

“Il y a des fichés S en France qui ont plus de liberté que Eric Drouet”, entonne derrière elle une autre manifestante. “Ce qu’ils veulent, c’est qu’on ferme notre gueule et puis c’est tout”, a-t-elle insisté au ras des oreilles du chef d’escadron Philippe Danis, commandant la compagnie de gendarmerie de Nogent-le-Rotrou.

L’officier est très vite venu au contact des manifestants. “C’est comme dans Joséphine, ange gardien : on claque des doigts et on a direct le commandant”, s’est amusée une manifestante.

Les échanges se sont ainsi poursuivis quelques minutes et le ton est parfois monté entre les manifestants et des gendarmes qui s’étaient positionnés dans l’enceinte de la gendarmerie. Aucun incident n’a toutefois été déploré.

Les gilets jaunes partagés en deux groupes

Cette nouvelle action des gilets jaunes percherons montre en tout cas que depuis la réunion qu’ils ont tenue vendredi  21 décembre au soir, à la halle de Margon, le mouvement s’est scindé en deux groupes.

Il y a ceux qui tiennent à occuper le rond-point de Margon qu’ils n’ont d’ailleurs pas lâché depuis le 17 novembre dernier, date du début de la contestation des gilets jaunes. Ceux-là sont déterminés à tenir pacifiquement cette position jusqu’à ce qu’ilsen soient délogés.

Et puis, il y a les autres qui estiment que ce campement a vécu, qu’il ne sert plus à rien d’occuper les lieux sans action et qu’il vaut mieux organiser des manifestations de dernière minute comme celle qui a été organisée ce dimanche 23 décembre 2018.

Il reste maintenant à savoir combien des quelque 130 personnes qui étaient présentes vendredi soir, chacune de ces deux options va pouvoir attirer. En sachant aussi que la période des fêtes n’est pas forcément la plus mobilisatrice pour le mouvement social.

Source : L’Echo Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *