Les gendarmes négocient avec le forcené à Conches-en-Ouche

Fait divers. Le quinquagénaire, détenant plusieurs armes, est toujours retranché dans son appartement rue Pierre-Bérégovoy. Une cellule spécialisée tente de le raisonner.

Les gendarmes négocient avec le forcené à Conches-en-Ouche

Les gendarmes ont établi leur PC au Carrefour market, non loin de la rue Pierre-Bérégovoy où est retranché le forcené

Une cinquantaine de gendarmes encerclent la maison où s’est retranché, cette nuit à Conches-en-Ouche, un homme d’une cinquantaine d’années. La Cellule de négociations régionale de la gendarmerie tente de raisonner le forcené qui a tiré plusieurs coups de feu en l’air. Elle est entrée en contact avec lui en direct ou par téléphone.

L’alerte a été donnée en fin de soirée, hier mercredi, par un membre de la famille du quinquagénaire. Il venait de recevoir un SMS alarmant dans lequel l’homme indiquait son intention d’attenter à ses jours. Des gendarmes et des sapeurs-pompiers se sont rendus sur place mais n’ont pas réussi à ramener l’individu à la raison. Il a tiré plusieurs fois en l’air. Il disposerait de plusieurs armes, de poing et d’épaule.

Vers 2 h, ce jeudi matin, des renforts du groupement de gendarmerie, un groupe d’intervention et la cellule de négociations régionale ont pris position à proximité de la rue Pierre-Bérégovoy. Un périmètre de sécurité de 200 m autour de l’habitation a été établi. La dizaine de maisons incluses dans ce périmètre ont été évacuées ou leurs occupants sont confinés chez eux. Les magasins Point P et Carrefour market (où la gendarmerie a installé son poste de commandement) n’ont pas ouvert ce matin. Les salariés ont été prévenus.

Le forcené, qui vit seul dans une maison divisée en quatre appartements, ne détient pas d’otage. Ce matin, il a accepté de laisser sortir son chien. L’homme est inséré socialement, travaille dans une PME proche de Conches-en-Ouche et est inconnu des services de gendarmerie. Les raisons qui l’ont incité à se retrancher chez lui avec des armes restent confuses en cette fin de matinée. Le substitut du procureur et la deuxième adjointe au maire, Alfred Recours, sont sur place.

Plus d’informations dans la journée sur notre site et dans nos éditions de demain, vendredi 22 mai.

Source : Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.