Les espagnols risquent de mourir en masse du monkeypox

par La rédaction de l’AIMSIB | 22 Mai 2022

Bill Gates l’a promis depuis des mois, quelqu’un l’a peut-être fait, voilà que le virus MKP de la variole du singe, clade ouest-africain, est apparu concomitamment dans de nombreux pays européens dont la France, les USA, le Canada et ailleurs, touchant particulièrement une population d’homosexuels masculins ce qui n’est à ce jour expliqué par personne. Comment des sujets qui n’ont pas voyagé peuvent avoir contracté cette maladie spécifiquement Nigériane, extrêmement peu contagieuse et sur tous les continents en même temps? Un gain de fonction bricolé en laboratoire hissera-t-il ce virus au dessus de ses 2% de mortalité habituelle ce qui le rendrait cent fois plus mortel que CoV-2 et corroborerait les prédictions de Gates ? Ce qui est sûr, c’est que l’agitation thérapeutique à déjà commencé (**) et que surtout, horreur de toutes les horreurs, les épidémiologistes les plus nuls du monde (ou les plus corrompus, mais ce sont souvent les mêmes) nous préparent la vaccination la plus mortelle qui soit, celle des sujets déjà mis en contact avec les malades. Tout est démontré depuis le XIXe siècle, cette vaccination, si elle est mise en oeuvre, tuera de manière certaine et à très grande échelle. Vincent Reliquet et Bernard Guennebaud coopèrent ici pour un éclairage urgent. Prévenez vos amis Espagnols, une nouvelle folie commence, probablement orchestrée depuis mars 2021 et vous verrez comment, bonne lecture…

Introduction

Plusieurs cas de variole du singe sont apparus en Europe et même en France.

Il existe deux virus de la variole humaine, celui de la variole majeure, la plus grave, et celui de la variole mineure aussi nommée d’un nom portugais alastrim.

Ces deux virus, de la famille des poxviridae, ont été officiellement déclarés éradiqués par l’Assemblée mondiale de la santé le 8 mai 1980. Cela signifie qu’ils ne circulent plus bien qu’ils soient officiellement conservés dans deux laboratoires, l’un aux USA et l’autre en Russie. Cependant, il existe d’autres poxvirus comme celui du chameau ou celui du singe, le monkeypox. Ces virus peuvent, le cas échéant, contaminer des humains comme cela s’était produit à plusieurs reprises depuis 1980. Selon Nice-Matin, l’Espagne envisagerait de vacciner les contacts avec le vaccin utilisé contre la variole humaine :

https://www.nicematin.com/sante/variole-du-singe-lespagne-commande-des-milliers-de-doses-de-vaccin-contre-la-variole-classique-pour-freiner-la-propagation-768655

  • « Aucun vaccin n’a pour le moment été approuvé en Europe, mais face à la montée des cas de variole du singe sur le territoire espagnol, le ministère de la santé a décidé de commander des milliers de doses de vaccin contre la variole classique. Le vaccin devrait être injecté aux personnes cas contacts. »

Vacciner les sujets-contacts de la variole, la mauvaise idée de toujours

Cette vaccination des contacts fut utilisée de façon de plus en plus systématique et contraignante au cours de la campagne d’éradication de la variole humaine.

Il n’y a guère de doutes à avoir aujourd’hui pour pouvoir attribuer à cette vaccination des contacts les flambées épidémiques qui suivaient ces vaccinations et qui furent qualifiées « d’explosives et d’inattendues » par l’OMS. Mais comme cette vaccination des contacts était pratiquée conjointement à l’isolement (mise en quarantaine le plus souvent) des malades et des contacts, la transmission du virus fut interrompue et ce succès fut largement attribuée à tort à cette vaccination des contacts.

Cette mesure, qui aggravait la maladie et amplifiait les épidémies, fut ainsi introduite dans les plans variole des Etats et même rendue obligatoire en France pour les contacts de haut niveau par un décret de février 2003.

J’avais étudié ces questions dans trois articles Aimsib (1)(2)(3)  Voici un complément à ceux-ci.

Inde, 1974: Vaccination suivi du confinement de tous les contacts avec les malades: Explosion des cas, puis éradication de la maladie.

Sur le site de l’OMS, la page d’accueil relative à la variole déclare (4) :
– « Suite à une campagne de vaccination mondiale menée par l’OMS, la variole a été déclarée éradiquée en 1980. »
Pourtant, cette même page d’accueil renvoie vers des documents qui, comme on va le voir, sont loin d’être aussi affirmatifs, démontrant que l’éradication fut une aventure dont l’issue favorable ne fut obtenue que de justesse. Il y avait beaucoup d’obstacles sur le terrain pour pouvoir appliquer partout où la variole était présente, l’isolement des cas qu’il fallait d’abord découvrir puis celui de leurs contacts.

Le succès de ces interventions, rendues parfois périlleuses par un réseau précaire de communications, fut malheureusement compromis par la vaccination de plus en plus systématique des contacts en raison de ce que j’ai proposé d’appeler les effets Buchwald que je rappelle ici (2) :

– Premier effet Buchwald : chez une personne non immunisée, la vaccination pendant la période d’incubation ou quelques jours auparavant aggravera la maladie. Collectivement, cet effet se manifestera par un accroissement des formes graves et de la mortalité chez les malades (létalité).
– Second effet Buchwald : chez une personne immunisée (par une ancienne vaccination ou une ancienne variole) la même vaccination déclenchera la maladie qu’elle aurait sinon évitée. Collectivement, cet effet se manifestera par une amplification des épidémies.

Ils étaient connus en 1870 comme les écrits des experts de l’époque en témoignent mais ils les considéraient comme une simple rumeur qu’ils vont écraser en préconisant au contraire la vaccination systématique des contacts. Un siècle plus tard, la même attitude s’imposera au cours de la campagne d’éradication :

  • « la vaccination antivariolique est protectrice quand elle est appliquée dans les 4 jours qui suivent le contage.»

Je propose de nommer cette affirmation le postulat d’Henderson afin de s’y référer facilement même s’il avait été affirmé depuis longtemps. Il était considéré comme ayant été établi par une démonstration immunologique confirmée par une démonstration épidémiologique.

  • La « preuve » immunologique : la durée moyenne de l’incubation de la variole est 14 jours et il est admis que les anticorps apparaissent 10 jours après la vaccination. Aussi, si la vaccination a été pratiquée dans les 4 jours qui suivent le contage, les anticorps apparaîtront avant que la maladie débute. Cela était considéré comme suffisant pour pouvoir en déduire que le virus allait être neutralisé avant l’apparition de la maladie … Cependant, il était aussi connu que les anticorps apparaissaient une semaine après le début de celle-ci et que malgré cela, elle se poursuivait encore pendant 3 semaines. Ce fait aurait pu être suffisant pour mettre en doute la pertinence d’une argumentation aussi simpliste. Malheureusement, il n’en fut rien.
  • La « preuve » épidémiologique : elle a été rapportée dans le document fondamental de Fenner, Henderson et al avec l’étude de Rao (5) :
    Au cours d’une épidémie de variole, 61 personnes identifiées comme contacts de cas ont été vaccinées pour la première fois en cette circonstance, 18 feront la variole (29,5%). Parmi 42 contacts qui n’avaient jamais été vaccinés, 20 feront la variole (47,6%). Cette différence de proportions a été jugée démonstrative de l’efficacité de cette vaccination réalisée après contage.
  • La faille dans cette « démonstration » est qu’il n’existait aucun moyen pour savoir si les contacts avaient réellement été contaminés par le virus de la variole sauf s’ils faisaient la maladie. Il n’existe donc aucune preuve que les 43 contacts vaccinés et restés indemnes étaient des vrais contacts ou des faux contacts. Par contre, on peut soutenir que les 22 contacts jamais vaccinés et qui n’avaient pas non plus fait la variole auparavant étaient des faux contacts non contaminés par le virus.

Combien de faux contacts parmi les 43 vaccinés et non malades ? Nul ne le sait, ce qui enlève toute valeur à une telle conclusion.

Ou si vous voulez, ajoutant 10 volumes d’eau dans le whisky contre 1 volume dans la bière, on pourrait démontrer que la bière est plus chargée en alcool que le whisky ! C’est évidemment à proscrire.

Qu’en penserait l’inspection des fraudes ?

Qui déclarer comme sujet-contact ?

Cette vaccination étant depuis toujours affirmée efficace sur les contacts, les vaccinateurs avaient tendance à classer comme contacts un maximum de personnes afin de les protéger en les vaccinant.

Il est donc tout à fait logique de trouver beaucoup plus de faux contacts parmi les vaccinés que parmi les non vaccinés. Les critères de recrutements étant très différents, les proportions observées ne sont donc pas du tout comparables. Il faudra attendre 2005 avec les premiers résultats sur les expérimentations sur des singes pour que les experts commencent à prendre enfin conscience que cette vaccination des contacts pouvait ne pas être efficace.

On aurait pu le réaliser beaucoup plus tôt, dès 1870 comme les documents de l’époque permettent de le montrer.

Beaucoup plus tard, en 2009, Samuelsson écrira ceci (6) :

  • « Les recommandations de l’OMS en cas de variole incluent la vaccination en post-exposition aussi rapidement que possible. Cependant, il existe seulement des informations historiques anecdotiques sur le succès de la vaccination en post-exposition contre la variole et, dans la plupart des cas, le statut pré-vaccinal n’était pas clair. »« Par ailleurs, dans des modèles animaux, aucun avantage significatif de survie après une vaccination en post-exposition n’a été observé chez le singe » Il fait alors référence à Staib et Stittelaar (2005, 2006) »
  • « Nous n’avons pas pu trouver de preuves scientifiques solides sur l’efficacité de la vaccination en post-exposition chez des personnes naïves pour le virus de la variole. »

Il y a aussi, à ce sujet, le rapport du Comité d’experts indépendants (AGIES) nommé par le Directeur général de l’OMS pour examiner les expérimentations conduites entre 1999 et 2010 sur la variole: (7):
– « L’analyse scientifique évoque la possibilité d’utiliser la vaccination après exposition pour des interventions à visée thérapeutique, mais les données relatives à cette méthode prometteuse restent limitées. »
– « Si une flambée de variole éclate, il faudra procéder à des vaccinations après exposition, mais des travaux sont encore nécessaires pour valider cette stratégie. Ce point n’est que brièvement évoqué dans ce chapitre, peut-être en raison de la rareté des données. »

Des données limitées et rares ? La vaccination sur des contacts a été pratiquée systématiquement sur des dizaines et centaines de milliers de personnes au cours de la campagne d’éradication. Des rapports de terrain étaient rédigés par les équipes sur place. Conservés par l’OMS, ils représentent 700 000 pages de documents qui ont été numérisés.

Un autre rapport datant aussi de 2010 par un comité nommé par l’OMS n’hésite pas à remettre en cause l’efficacité de la vaccination antivariolique sur les contacts telle qu’elle était affirmée dans la mouvance de la grande campagne d’éradication de la variole. (8)

  • « Ces résultats semblent remettre en question les données limitées, rassemblées pendant la phase d’éradication de la variole, relatives à l’efficacité de la vaccination administrée jusqu’à 4 jours après l’exposition pour prévenir la maladie. »

Quand l’erreur est communément partagée

En 2002, le professeur Didier Raoult, expert de tout premier plan au niveau mondial sur les maladies infectieuses, sera sollicité par le gouvernement pour émettre des analyses et recommandations relatives au risque bio-terroriste : (9)
– « La vaccination contre la variole a été la première à faire l’objet d’une stratégie d’encerclement, dans une situation dans laquelle une partie de la population était déjà immunisée. Cette stratégie consistait, à chaque fois qu’un nouveau cas de variole était notifié, à vacciner très largement autour des cas observés. Cette stratégie a eu un grand succès dans l’éradication des derniers cas de variole »
– « Cependant, la constatation d’une protection conférée par une vaccination réalisée dans les 4 jours suivant l’exposition suggère un rôle de l’immunité cellulaire. Le vaccin peut donc être administré avec efficacité aux patients après qu’ils ont été en contact avec des sujets atteints de variole. »

Pour lui, comme pour tous les experts institutionnels en 2003, le postulat d’Henderson reposait sur des constatations alors qu’il n’avait jamais été démontré et qu’il sera reconnu faux quelques années plus tard.

A l’époque, le Ministre de la Santé en prendra bonne note pour une éventuelle application. Des recherches scientifiques suivront. Elles vont complètement bouleverser cette croyance sur la vaccination des contacts contre la variole.

Les expérimentations sur des singes

La vaccination antivariolique était purement empirique, aucune expérimentation animale n’ayant jamais été conduite sur elle. La première raison à cela était que le virus de la variole ne se cultivait pas sur l’animal. C’est cette spécificité du virus pour l’espèce humaine qui a permis son éradication. Cependant, en procédant par intraveineuse, on a pu provoquer la maladie chez le singe. Les premières publications sur ces expérimentations sortirent en 2005-2006 (Stittelaar, Staib).

Elles vont exprimer la surprise des expérimentateurs constatant qu’en primo-vaccination le postulat d’Henderson n’était pas vérifié, certains antiviraux pouvant se montrer protecteurs mais pas la vaccination.

Ils utilisaient une dose épreuve mortelle à 100 % sur les témoins. Ces expérimentations furent reprises en 2008 par Earl et al. (10) avec une dose réduite mortelle à environ 50 % et le vaccin Dryvax utilisé pendant la campagne d’éradication. Les résultats publiés vont confirmer le premier effet Buchwald :

En comparaison avec les témoins non vaccinés, la vaccination avec Dryvax montre son efficacité quand elle est pratiquée 10 jours avant l’épreuve et même 6 jours avant. Par contre, les résultats s’inversent 4 jours avant avec 1184 lésions en moyenne pour les vaccinés contre 643 pour les témoins.

Les auteurs ont aussi utilisé le vaccin MVA (souche Ankara modifiée). Ce vaccin a été obtenu en cultivant 530 fois le virus de la vaccine sur embryon de poulet. Il perd alors sa capacité de se répliquer ce qui fait qu’il ne produit pas de pustule vaccinale. Son efficacité contre la variole n’est pas connue.

10 jours ou 6 jours avant l’épreuve, ce vaccin se montre moins efficace sur les singes car il se produit des lésions plus nombreuses qu’avec Dryvax. Par contre, 4 jours avant, les résultats s’inversent de façon très nette avec une moyenne de seulement 248 lésions contre 1184 avec Dryvax.

Ces constatations pourraient apporter une confirmation, dans les conditions de l’expérience, de la réalité du premier effet Buchwald avec Dryvax.

Curieusement, les auteurs commentent leurs résultats en affirmant qu’il n’y a pas de différences entre les témoins et les vaccinés !!! De plus, ils ne publient aucun résultat quand la vaccination est réalisée par exemple 2 jours avant la dose épreuve ou le jour même. Compte tenu de la très importante dégradation des résultats quand on passe de 6 jours avant à 4 jours avant, il n’est pas difficile de prévoir, sans grand risque d’erreurs, que les résultats seraient catastrophiques.

Ces expériences ont-elles été conduites ? C’est très vraisemblable car la communauté scientifique qui s’occupait de cette question et qui était dotée d’un gros budget en raison de la crainte du bioterrorisme, en attendait les résultats avec grand intérêt après l’échec des expérimentations de 2005 avec des doses épreuves mortelles.
Plus curieux encore, les auteurs dont la mission était de vérifier ou d’infirmer la véracité du postulat d’Henderson en primo-vaccination, s’appuient sur lui pour expliquer l’échec qu’ils constatent sur les singes. Voici :

« Analysis of historical records suggests that primary vaccination within 4 days after exposure to smallpox is usually protective of serious illness ».
Dans cette première phrase ils rappellent le postulat d’Henderson en le considérant comme établi alors que l’objectif de leurs expérimentations était de le vérifier. Dans ces conditions, pourquoi sacrifier des singes ? D’autant plus que l’expérimentation en est interdite sauf autorisation spéciale de l’Animal Rule à laquelle il faut exposer les motifs et les conditions de l’expérimentation.

« Because the incubation period preceding systemic smallpox is 2 weeks, it is understandable that Dryvax administered only 4 days before an i.v. challenge would not be protective. »

La première partie de la phrase suivante se rapporte aussi aux humains alors que sa seconde partie s’applique aux singes, « an i.v » signifiant en intraveineuse. Il y a ainsi un mélange entre les durées d’incubation humaine et animale, ce qui est une comparaison des plus douteuses.

Une comparaison judicieuse ne peut être faite entre l’homme et le singe, surtout en s’appuyant sur un postulat non démontré pour l’homme. Elle doit se faire entre les singes eux-mêmes. D’abord entre les témoins et les singes vaccinés et là les résultats sont clairs : inversion très nette des nombres de lésions quand on passe de 6 jours avant (avantage aux vaccinés) à 4 jours avant avec un avantage aux témoins confirmé par la virémie (voir l’étude). De plus, on note une accélération considérable de la dégradation des résultats quand on passe de 6 jours avant à 4 jours avant. Cela pourrait s’expliquer biologiquement par le fait qu’alors les deux virus, vaccinal et contaminant, avaient la possibilité de se rencontrer. Le vaccin MVA non répliquant ne provoque pas ce phénomène, du moins avec une telle ampleur.

Réunions annoncées mais données secrètes

Le rapport de 2010 du Comité consultatif OMS de la Recherche sur le Virus variolique fait état de la consultation de données non publiées, ce qu’on appelle la littérature grise. Il nous apprend que ces données ont été présentées au cours d’une réunion OMS au plus haut niveau car ouverte par le Japonais K. Fukuda, le second de l’OMS, l’un des 2 rapporteurs étant le Français R. Drillien (11) :

« 1. Rapport du Secrétariat
1.1 Le Comité consultatif OMS de la Recherche sur le Virus variolique s’est réuni les 17 et 18 novembre 2010, avec le Professeur G. L. Smith pour Président et les Drs R. Drillien et F. McLellan comme Rapporteurs.
Le Dr Robert Drillien a indiqué qu’il avait travaillé comme consultant pour Bavarian-Nordic, une firme qui produit un vaccin antivariolique, et qu’il était consultant auprès de l’armée française en matière de vaccins antivarioliques.
1.2 Le Dr K. Fukuda a ouvert la réunion, notant que les discussions relative à ces questions sont en cours depuis 1986 et présentent toujours un grand intérêt pour les pays. L’évaluation s’intéressera à deux points principaux : tout d’abord à un examen de la littérature et des données non publiées mené par un groupe de scientifiques approuvé par le présent Comité. »

Au congrès Adelf-Sfsp de Bordeaux des 17-19 octobre 2013, j’avais présenté un poster sur le sujet (12). Il va jouer un rôle révélateur car le vendredi 18, pendant la pause de midi, je constate qu’une personnalité importante du congrès le lit attentivement. Je m’approche. Il me fait remarquer que je ne parle que de la vaccination des contacts puis me dit qu’on ne l’avait jamais utilisée dans ces conditions (13) !!! Là, je suis déstabilisé ! Je reconnais qu’il m’a pris complètement à revers car je ne m’attendais vraiment pas à cela ! Il est parfaitement avéré au contraire et il le savait très certainement, que la vaccination sur les contacts fut un véritable mitraillage systématique et contraignant et que notre plan variole de 2003 l’avait rendu obligatoire par un décret du 3 février 2003 … J’insiste pour soutenir cela mais mon interlocuteur maintient fermement son affirmation. Il mettra fin à cet échange pour le moins surréaliste en me disant « je ne connais qu’une seule vaccination efficace après contage, celle contre la rougeole dans les 72 heures ».

Il venait donc de me dire, compte tenu du contexte, que celle contre la variole n’était pas efficace dans ces conditions ! Même s’il y a un fossé au moins formel entre non efficace et aggravante, voilà un aveu qui mériterait d’être encadré ! Formellement il y a un fossé mais dans les faits c’est moins sûr car, pour ma part, je ne connais pas de situations épidémiologiques où l’absence d’efficacité de la vaccination antivariolique n’ait pas été associée à une aggravation. C’est d’ailleurs ce que montre l’expérimentation sur des singes.

Cette aggravation, même chez des personnes immunisées, était-elle connue de mon interlocuteur ? Depuis cet échange surréaliste, c’est devenu hautement vraisemblable pour moi car je ne vois pas comment expliquer autrement son affirmation quand il soutenait que la vaccination des contacts n’avait jamais été utilisée. C’est comme s’il m’avait dit « certes, on a un fusil qui peut tuer mais on n’a jamais tiré sur personne avec ! » En effet, il n’a pas cherché à contester ce que je disais dans le poster sur les effets catastrophiques de cette vaccination.

Pour moi, l’explication la plus vraisemblable à l’ensemble de ces faits est qu’une solide équipe d’épidémiologistes serait allé étudier les rapports de la campagne d’éradication au siège de l’OMS et que, les yeux ouverts par les expérimentations animales, ils auraient enfin compris ce qui s’était passé. Ayant ainsi eu sous les yeux la réalité dramatique des effets Buchwald et l’explication des désastres reconnus par Henderson, ils auraient exposé tout cela dans un rapport étudié au cours de la réunion OMS ouverte par Fukuda et dont R. Drillien était rapporteur.

Il est hautement vraisemblable que R. Drillien fut auditionné par le HCSP pour préparer l’avis du 21 décembre 2012 sur la révision de notre plan variole à la demande de la DGS (14). Notons encore que cet avis mentionne s’appuyer sur un rapport non publié du HCSP sur le sujet et que j’ai pu savoir, au cours de ce congrès qu’il avait été classé secret défense. Aujourd’hui, il est reconnu qu’on ne sait pas comment s’opère la résistance à la variole (voir les rapports OMS 2010) ni comment agit le vaccin.

En octobre 2001, le risque bioterroriste fera la une des médias et sera à l’origine d’un document « Utilisation du virus de la variole comme arme biologique place de la vaccination » (15). Rédigé par Nicole Guérin, expert au ministère et Daniel Lévy Bruhl aujourd’hui responsable de l’unité vaccinations à Santé publique France, il mentionne page 18 :

  • La transmissibilité limitée permettait, à condition d’agir vite, d’interrompre les chaînes de transmission grâce à l’isolement des cas, la recherche active de leurs contacts, leur vaccination et leur suivi pour vérifier qu’ils ne développent pas la maladie. Il est indubitable que c’est la mise en œuvre de ces stratégies de contrôle qui a permis, au moins dans les régions de forte densité, d’atteindre l’élimination, le niveau d’immunité dans la population générale qui aurait été nécessaire pour permettre à lui seul l’élimination, proche de 100 % pour les régions les plus peuplées, étant impossible à atteindre en pratique.”

Les 12-14 mars 2003 D. Lévy Bruhl participait à la formation des formateurs à la vaccination anti-variolique au CRESA de Grenoble où il présentera cette diapo (16) :

La recherche active des malades et de leurs contacts suivie de leur isolement au cours de la campagne d’éradication ainsi que l’importance de cette stratégie est attestée par le rapport de la Commission mondiale pour l’éradication de la variole: (17)

http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/39258/1/a41464_fre.pdf

Ajoutons que Nicole Guérin, cosignataire du document de 2001 sur le bioterrorisme avait dit au colloque organisé par les VERTS à l’Assemblée Nationale, le 31 janvier 2001 : “La variole a été vaincue par la vaccination et un certain nombre d’autres choses”.
Elle répondait à trois intervenants qui avaient affirmé que la variole avait été vaincue par la vaccination. Il s’agissait d’un député Vert européen, du Directeur général de la santé Lucien Abenhaïm et d’un immunologiste de Strasbourg. En tant qu’intervenant prévu, je vais ensuite exposer ce qu’avaient été ces  »autres choses ».
Le 22 décembre 2017 une conférence de presse très solennelle (16) « Les vaccins : une chance pour nos enfants », avait été organisée à l’université Paris-Descartes. D. Lévy Bruhl y lancera cette magnifique tirade :
–  » La seule maladie qui n’ait jamais été éradiquée de cette terre, l’a été grâce à la vaccination et c’est la variole avec son cortège de souffrances, de décès et de séquelles.  »

Les conclusions de Bernard Guennebaud

Je n’aime pas conclure car pour moi une recherche n’est jamais achevée surtout sur un thème aussi fort, complexe et embrouillé à souhait que celui de la variole et de son éradication. Pour moi, ce qui domine dans cette affaire, après une longue et patiente recherche qui débuta en 1978, c’est d’abord l’incompétence scientifique des experts en santé publique. Cette incompétence ne leur a pas permis de comprendre ce qui se passait quand il en était encore temps pour éviter les désastres. Aujourd’hui les spécialistes de cette question de la variole en ont certainement pris conscience, du moins c’est ma conviction, mais l’affaire est rétrospectivement si grave qu’ils ne peuvent en faire état publiquement.

La vaccination de contacts de cas de variole pouvait se produire au cours de la vaccination dite de masse en zone endémique et plus encore au cours de la vaccination dite en anneaux. Elle eut pour effet d’amplifier les épidémies et d’aggraver la maladie et la mortalité. Ainsi, pour la propagande, la vaccination aura vaincue une maladie certes grave mais fortement aggravée par le mésusage du vaccin qui aura aussi mis fin à des épidémies amplifiées par ce même mésusage !!!

Oui, il en va ainsi pour la propagande…
Le 8 mai 1980, jour de la proclamation officielle de l’éradication de la variole, le Directeur général de l’OMS, le Dr H.Mahler, déclarera [9] :
– « En raison du caractère exceptionnel de cette réalisation, il est important que les responsables de la santé publique, les historiens et les générations futures aient accès aux éléments d’appréciation sur lesquels ces conclusions ont été fondées. Le présent ouvrage L’éradication mondiale de la variole – rapport final de la Commission mondiale pour la Certification de l’éradication de la Variole – analyse rigoureusement ces éléments. Puisse ce rapport final nous inciter tous à réfléchir à la manière dont cette expérience peut nous aider à nous atteler plus efficacement à la résolution d’autres problèmes de santé. »

Pouvons-nous oublier, en effet, que dans cette expérience pour vaincre la variole, les connaissances, les méthodes et les pratiques qui y sont attachées se sont développées sur un océan de souffrances et que l’Humanité a payé très cher l’arrogance dogmatique de ceux qui lancèrent imprudemment de gigantesques et inutiles campagnes de vaccination ?

Par respect pour toutes ces souffrances passées et toutes celles qui pourraient être évitées aujourd’hui par l’application de méthodes analogues, ou demain face à des maladies émergentes contre lesquelles il n’y aura pas de vaccin, avons-nous le droit de participer, consciemment ou non, à l’occultation de tout ce qui ne fut pas de la vaccination dans la victoire sur la variole ?

Renoncer à cette occultation, connaître et faire connaître cette aventure, voilà certainement le plus bel hommage que nous pourrions rendre aux victimes de la variole comme de sa vaccination. J’avais écrit ces lignes en 2007. Aujourd’hui, tout ce qui se révèle avec cette pandémie de coronavirus en apporte une nouvelle illustration.

L’affaire Monkeypox de mai 2022

L’irruption de cas de variole du singe frappant concomitamment une population plutôt homosexuelle masculine à la fois en France, au Royaume-Uni, au Portugal, en Espagne, en Suède, aux USA et au Canada (18), chez des sujets qui n’ont aucunement voyagé en Afrique de manière récente, laisse pantois.

Il apparaît évidemment comme hautement improbable que cette dissémination soit le fait du hasard d’autant plus qu’une simulation de mars 2021 nous en donnait déjà une glaçante prédiction, voyez plutôt :

https://www.nti.org/wp-content/uploads/2021/11/NTI_Paper_BIO-TTX_Final.pdf

Ce document de 36 pages fut produit en marge de la Conférence de Sécurité de Munich ou MSC, il prend comme base de l’exercice qu’un pays fictif, le Brinia, voit s’installer une épidémie de variole du singe (monkeypox) d’origine terroriste et que secondairement celle-ci se communique aux pays voisins. (19)

C’est déjà fortement curieux mais ça le devient encore plus quand on prend connaissance du déroulé chronologique édicté pour l’exercice, je vous en communique une simple image :

https://www.nti.org/wp-content/uploads/2021/11/NTI_Paper_BIO-TTX_Final.pdf p,12

S’il est un peu tôt à ce jour pour confirmer la suite de la simulation imaginée il y a plus d’un an, on ne peut que rester stupéfait par la date de démarrage de « l’épidémie », collant absolument à la réalité actuellement vécue en Europe

On rappelle que Bill Gates est devenu le maître incontesté de toutes les décisions de l’OMS car il en a pris le contrôle en même temps que toutes les décisions sanitaires des pays membres, en Mars 2020 (20). Cette simulation a eu lieu au plus au niveau comme en atteste la liste des membres présents, faut-il s’étonner ou pas d’y retrouver un salarié de la Bill et Melinda Gates Fundation, Chris Elias, ainsi d’ailleurs qu’un membre du board de chez Merck :

https://www.nti.org/wp-content/uploads/2021/11/NTI_Paper_BIO-TTX_Final.pdf p.9

Globalement ce document n’apporte pas de proposition thérapeutique spécifique, mais insiste largement sur les mesures de contraintes à appliquer aux populations, distances de sécurité, restriction des déplacements, confinements et naturellement port du masque généralisé. L’un des participants y a lâché cette phrase, très préoccupante pour l’avenir de nos libertés car reprise dans le document final :

  • “It will be chaotic and frightening, but you can’t wait until you have certainty. You have to act with no regrets.” 

Trad: « Ce sera chaotique et effrayant mais vous ne pouvez pas attendre d’en avoir des certitudes, vous devez agir sans regret. »

A ceux qui s’étonnent que dans cet exercice aucun recours ne soit exercé au niveau de l’utilisation du vaccin anti-variole humaine, la réponse se trouve dans l’appendix de la p.28:

  • « Through intentional modifications made by Arnican virology lab scientists sympathetic with the Arnican terrorists, this monkeypox strain is assumed to be more contagious than naturally occurring monkeypox— with a basic reproductive number (R0) for the modified strain of 3, as compared to 2.13 for the wildtype strain. The lab-modified strain is also engineered to be resistant to the smallpox vaccine. Vaccine resistance is assumed to be driven by the introduction of the Interleukin-4 gene, as demonstrated in previous mousepox studies. We assume a case fatality rate of approximately 10 percent, which is consistent with previously described monkeypox outbreaks. »

Trad: « Grâce à des modifications intentionnelles apportées par des scientifiques du laboratoire de virologie d’Arnican sympathisant avec les terroristes d’Arnican, cette souche de monkeypox est supposée être plus contagieuse que le monkeypox naturel – avec un nombre de reproduction de base (R0) pour la souche modifiée de 3, contre 2,13 pour le souche de type sauvage. La souche modifiée en laboratoire est également conçue pour être résistante au vaccin contre la variole. La résistance aux vaccins est supposée être induite par l’introduction du gène de l’interleukine-4, comme l’ont démontré les études précédentes sur la variole de la souris. »

Qu’en est-il dans la réalité ? Ce MKP est-il augmenté pour résister à la vaccination existante, comme dans la simulation du MSC ou s’agit-il d’un largage de virus sauvage non modifié ?

Depuis le temps que Bill Gates prévient l’humanité que le virus qui suivra CoV-2 entraînera une pandémie autrement plus destructrice…

Dernière minute, communiqué par Hélène Banoun: Tout s’expliquerait ici!

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7568176/?report=printable

Le vaccin contre la variole et la variole du singe approuvé par la FDA est aussi un virus vecteur (MVA, virus non réplicatif de la variole, modified vaccinia Ankara) de vaccin anti-Ebola, anti-Marburg,etc…) (21)

Le Monkey pox vient à point nommé pour expérimenter ce type de nouveau vaccin en population générale, de même que la Covid a permis d’expérimenter les vaccins à ARNm pour les autres maladies (dont la grippe, comme c’était prévu en octobre 2019, voir l’article sur l’origine du virus Covid). Et même un vaccin anti-Covid à base de vecteur MVA (22)!

Bernard Guennebaud

Dr Vincent Reliquet

Mai 2022

Notes et sources:
(*) https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/2022-dgs-urgent_55_monkeypox.pdf
(**) https://pasteur-bangui.org/6-decembre-2021-siga-obtient-lapprobation-de-lagence-europeenne-des-medicaments-ema-pour-lutilisation-du-tecovirimat-tpoxx-dans-le-cadre-du-traitement-de-la-vari/
(1) https://www.aimsib.org/2019/12/22/eradication-de-la-variole-les-grandes-manoeuvres-ont-commence/
(2) https://www.aimsib.org/2020/05/10/eradication-de-la-variole-la-desastreuse-vaccination-des-sujets-contacts/
(3) https://www.aimsib.org/2020/09/06/vaccinez-les-tous-confinez-les-ensemble-le-triste-exemple-de-1974/
(4) https://www.who.int/topics/smallpox/fr/
(5) Smallpox and its eradication http://apps.who.int/iris/handle/10665/39485 p.591
(6) Samuelsson http://www.jci.org/articles/view/33940/version/2/pdf/render p. 1782 col1 et 1783 col 2}
(7) AGIES Comité consultatif OMS d’experts indépendants p.11 https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/70607/WHO_HSE_GAR_BDP_2010.4_fre.pdf?sequence=1
(8)  Comité consultatif OMS de la Recherche sur le Virus variolique, p.38
https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/70606/WHO_HSE_GAR_BDP_2010.5_fre.pdf?sequence=1
(9) Rapport Raoult 2003 p. 101 https://medecine.univ-amu.fr/sites/medecine.univ-amu.fr/files/mission_bioterrorisme_raoult.pdf
(10) Earl p. 10893 col. 1 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2495015/pdf/zpq10889.pdf
(11) Comité consultatif OMS de la Recherche sur le Virus variolique p.3 https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/70606/WHO_HSE_GAR_BDP_2010.5_fre.pdf?sequence=1
(12) Poster congrès Adelf-Sfsp https://p4.storage.canalblog.com/42/31/310209/121014493.pdf
(13) C’était le mensonge du jour, regardez: Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale, Avis du 7 mai 2021 – vaccination en anneau
« Cet avis répond à une saisine du 4 mai 2021 par le Directeur Général de la Santé. La vaccination en anneau est une stratégie de vaccination utilisée en situation épidémique pour éviter la diffusion de l’agent infectieux à partir d’un foyer de transmission. Cette stratégie consiste à vacciner tous les individus ayant été en contact avec un sujet présentant une infection confirmée, ainsi que toutes les personnes en contact avec ce premier cercle de sujets contacts »
Risque éventuel pour les personnes qui seraient vaccinées au cours de leur période d’incubation :Il n’y a pas de risque identifié pour les personnes qui seraient vaccinées au cours de leur période d’incubation. En effet, des cas symptomatiques de Covid-19 ont été observés dans les essais cliniques de phase 3 dans un délai inférieur à 10 jours post-vaccination, sans que la gravité de ces cas ne soit amplifiée. Il n’a de plus pas été observé d’effet indésirable sévère lié à l’administration d’une dose de vaccin pendant une période d’incubation potentielle. »
Il est frappant de constater qu’en 1870 les experts disaient exactement la même chose à propos de la vaccination antivariolique pratiquée à proximité de la contamination : « si elle n’est pas protectrice, elle ne sera pas aggravante. On peut donc la pratiquer sans restrictions. » C’était faux, complètement faux même mais cette croyance va se perpétuer jusqu’en 2005 et sera à l’origine de grandes souffrances pour les populations.
(14) Avis du HCSP 21 déc 2012 : https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=318
(15) Taper le titre « Utilisation du virus de la variole comme arme biologique » puis lancer le pdf.
(16) diapo 9: http://www.infectiologie.com/UserFiles/File/medias/_documents/BT/vaccin%20variole.PDF
(17) p.22: http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/39258/1/a41464_fre.pdf
(18) bilan d’extension au 22/05/2022: https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/2022-dgs-urgent_55_monkeypox.pdf
(19) https://www.nti.org/wp-content/uploads/2021/11/NTI_Paper_BIO-TTX_Final.pdf
(20) à 24 minutes, https://www.aimsib.org/2022/01/30/dou-viens-tu-sars-cov-2/
(21) https://www.researchgate.net/publication/359686026_Origine_du_virus_de_la_Covid-19_mise_a_jour_1er_avril_2022
(22) https://www.thelancet.com/journals/lanmic/article/PIIS2666-5247(22)00027-1/fulltext » target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>https://www.thelancet.com/journals/lanmic/article/PIIS2666-5247(22)00027-1/

Auteur de l’article : La rédaction de l’AIMSIB

Lire tous les articles de La rédaction de l’AIMSIB

Source : AIMSIB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.