Les armes biologiques que les États-Unis cachent en Ukraine

En provenance des CUBAINS, voici des révélations sur ce que l’on découvre à MARIOUPOL. Les occidentaux ont voulu transformer le régiment AZOV composé de tortionnaires néo-nazis et leur dirigeants réels, des occidentaux, ici un général canadien à la tête des laboratoires biologiques auxquels Hunter Biden est financièrement mêlé1 en lieu de massacre d’une population civile (en fait les familles de ces gens-là et des gens pris en otage). Ce qui se révèle oblige les Etats-Unis à reconnaitre leur implication bien antérieure à l’invasion et la pratique de l’assassinat ciblé avec leurs drones. Danielle Bleitrach

***

par Arthur González.

La vérité fait son chemin à Marioupol, Donetsk et le monde sera en mesure de vraiment savoir ce que les États-Unis cachent en Ukraine, en complicité avec l’OTAN, de la capture par les forces armées de la Fédération de Russie, du général canadien Trevor John Cadieu, dans la soirée du 2 mai 2022, l’un des militaires étrangers qui travaillaient dans les laboratoires secrets d’armes biologiques, cachés dans les labyrinthes souterrains qui existent dans l’usine sidérurgique d’Azovstal.

Le général Cadieu était responsable du biolaboratoire n° 1 et dirigeait 18 personnes. Le gouvernement canadien a rapidement voulu assumer la responsabilité de l’affaire, déclarant qu’« il ne remplissait pas les missions assignées par le Canada », comme s’il n’y avait que des gens stupides dans le monde, alors que ce pays assume des positions en faveur de l’Ukraine et soutient toutes les décisions de l’OTAN. Le soldat a été transféré à Moscou pour faire l’objet d’une enquête, mais l’Occident dira sûrement qu’« il a été torturé et que tout ce qu’il déclare est faux ».

Comme toujours, la grande presse occidentale a fait taire les nouvelles.

Depuis le début du mois de mars, le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine a révélé que le département de la Défense des États-Unis maintient en Ukraine et dans d’autres pays européens, 336 laboratoires dédiés à la recherche d’armes biologiques, informations que le Pentagone a confirmées avant les preuves montrées par le ministère russe des Affaires étrangères, découvertes par ses troupes.

Ce n’est pas pour rien que la grande presse internationale et le Conseil de sécurité de l’ONU minimisent le fait, contrairement à ce qui s’est passé sous prétexte de l’invasion yankee de l’Irak.

Pendant des mois, le site The National Pulse, a révélé que Hunter Biden, fils du président américain Joe Biden, en association avec le fils adoptif de John Kerry, ancien secrétaire d’État américain, a organisé par l’intermédiaire de sa société Rosemont Capital, un canal de financement caché pour les laboratoires créés par le Pentagone en Ukraine, au nom de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), une agence du département de la Défense des États-Unis qui mène des recherches secrètes sur les armes biologiques.

Ce qui aurait dû être un scandale international est réduit au silence pour éviter des sanctions contre les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, soulignant une fois de plus l’impudeur de ceux qui attaquent leurs adversaires politiques, alors qu’ils sont les principaux violateurs des Conventions internationales en la matière.

En ce qui concerne le général canadien, les forces russes disposaient d’informations sur sa présence à Azovstal, ce qui clarifie l’intérêt de l’ONU pour son sauvetage, afin de l’empêcher de révéler des informations importantes sur le travail dans ces laboratoires.

Le porte-parole de la milice populaire de Donetsk, Edouard Bassourine, a déclaré que l’équipe de l’ONU préparant l’évacuation des civils de l’usine d’Azovstal voulait sauver le personnel militaire actif des pays de l’OTAN qui se cache sous l’aciérie et travaille dans des laboratoires d’armes biologiques.

Des versions de la milice populaire disent que, dans les installations d’Azovstal, on pouvait trouver des documents prouvant le génocide et le meurtre de civils par les forces ukrainiennes ces dernières années et les expériences menées sur des êtres humains. C’est la raison de l’intérêt pour le sauvetage par l’ONU, de peur que le monde ne connaisse la vérité sur ce que fait le gouvernement actuel de l’Ukraine.

Les États-Unis ont un dossier de telles actions révélé depuis des années. Fort Detrick, situé dans le Maryland, est un centre de recherche biologique et de développement d’armes chimiques depuis plus de 50 ans, dédié à la détection de maladies par le biais d’une « ingénierie des infections manipulée ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Fort Detrick a commencé d’intenses recherches sur la guerre biologique, supervisées par George Merck, le grand allié d’Hitler et président de l’une des plus grandes industries pharmaceutiques yankees. Il est prouvé que le gouvernement américain a copié son programme de guerre biologique du nazisme et, par le biais de l’opération Paperclip, les services de renseignement et militaires américains recrutés en 1946 sous le gouvernement de Harry Truman, quelque 700 scientifiques nazis pour appliquer leurs connaissances en armes chimiques et en expérimentation médicale, les transférant secrètement aux États-Unis.

L’un de ces nazis était Eric Troub, chef de la section des armes biologiques du Troisième Reich, qui en 1949 est arrivé aux États-Unis pour travailler dans la marine américaine, où il a commencé à enquêter sur les 40 souches les plus virulentes du monde, en plus de conseiller les experts de la CIA et les soi-disant bioguerréopeers de Fort Detrick.

Dans les années 70 du XXe siècle, Fort Detrick a changé son nom en Frederick Facility for Cancer Research, supervisé par le ministère de la Défense, le département de la Sécurité intérieure, la CIA et le National Cancer Institute, quelque chose de très suspect.

La Convention sur les armes chimiques et biologiques interdit la production, le stockage et l’utilisation d’armes biologiques, mais les États-Unis la violent en possédant les plus grands stocks d’armes de destruction massive et en étant le premier pays à les appliquer.

Un rapport au Congrès américain, publié en 1986, reconnaît la production par le gouvernement américain d’agents biologiques, y compris des virus modifiés, des toxines naturelles et des agents génétiquement modifiés pour modifier leur caractère immunitaire et empêcher le traitement par tous les vaccins existants.

En 1987, le ministère a admis que, malgré l’interdiction établie dans les traités internationaux signés par les États-Unis sur la recherche et le développement d’agents biologiques, ils ont continué à mener des recherches dans 127 instituts et universités à travers le pays.

source : El Heraldo Cubano

via Histoire et Société

Source : Reseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.