Le terrible bilan de la tempête Alex : au moins quatre victimes dans le sud de la France et le nord de l’Italie

imageLa commune de Breil-sur-Roya, restée longtemps inaccessible, n’est plus qu’un gigantesque amas de détritus et de boue. Secouristes et gendarmes viennent en aide aux habitants qui manquent de tout. /Photos AFP

Le corps d’un homme a été retrouvé hier dans sa voiture immergée à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), portant à au moins quatre le nombre de victimes des intempéries qui ont frappé le sud-est de la France et le nord de l’Italie vendredi.

Deux jours après le déluge, les pompiers des Alpes-Maritimes dénombraient toujours hier soir huit personnes “disparues”, et 12 autres “recherchées” – contre 13 un peu plus tôt dans la soirée, après la découverte en fin de journée d’une personne saine et sauve à Saint-Martin-de-Vésubie. Les personnes portées disparues ont été emportées par les flots devant des témoins. Côté italien, les autorités ont déjà fait état de trois morts, dont un berger retrouvé, selon les pompiers italiens, en France. Par ailleurs, au moins quatre corps ont été découverts hier, échoués sur les côtes italiennes, ont annoncé plusieurs médias, précisant que les autorités italiennes et françaises cherchaient conjointement à déterminer leur identité.

Capture d’écran 2020-10-05 à 13.39.29

Les autorités ligures n’ayant pas fait état de disparus jusqu’ici, l’hypothèse privilégiée des enquêteurs est que certaines des victimes sont des personnes portées disparues ou recherchées en France. Les autorités françaises n’ont pas commenté ces informations. Le bilan précis des intempéries n’était donc pas connu hier soir.

Plus de 950 pompiers étaient encore à pied d’œuvre du côté français de la frontière, poursuivant la reconnaissance des zones encore isolées, participant aux opérations de déblaiement et ravitaillant les populations. A Saint-Martin-Vésubie, à Breil-sur-Roya, ou côté italien aussi, les mêmes images : maisons effondrées ou emportées par les flots, voitures englouties sous la boue, ponts et routes arrachés.

A lire aussi : Intempéries dans les Alpes-Maritimes : “Ma maison ? Elle est dans la rivière…”

“Ce que nous vivons est hors norme, on est habitués à voir des images de tels désastres sur d’autres continents, avec un certain détachement parfois, et là, c’est quelque chose qui nous a touchés nous”, a déploré le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez. A Saint-Martin-Vésubie, village de 1 400 habitants dans la montagne au nord de Nice, inaccessible en voiture, même le parc à loups a été détruit par les crues. Hier, des groupes de touristes et d’habitants, hagards, se sont massés dans la journée sur la place centrale en attendant d’être appelés pour être évacués par hélicoptère.

image

Alpes-Maritimes : le bilan provisoire s’alourdit

La solidarité s’organise, et les institutions locales, comme la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur ou la métropole Nice-Côte d’Azur, ont multiplié les initiatives.

Des milliers de bouteilles d’eau acheminées par train

“Nous formons des convois pour acheminer les denrées, notamment dans les vallées de la Vésubie et de la Tinée, et demain matin, ces convois vont aller dans chaque commune sinistrée”, a déclaré Michel Turco, directeur de la logistique de la métropole Nice-Côte d’Azur.

Capture d’écran 2020-10-05 à 13.43.13

 

La SNCF a elle aussi acheminé des milliers de bouteilles d’eau dans ses trains, notamment vers Breil-sur-Roya. En Italie, cela faisait des décennies que les habitants n’avaient pas vu un tel désastre : de la riviera aux vallons du Piémont, le déluge a dévasté des villages entiers, emporté ponts et routes, aggravant la détresse des habitants après des mois d’un confinement ruineux.

Les régions italiennes du Piémont et de la Ligurie ont demandé à Rome de décréter l’état d’urgence. En France, l’Etat a lancé la procédure de “catastrophe naturelle”. Le Premier ministre français Jean Castex n’a pas caché “sa vive inquiétude” quant au bilan définitif de ces intempéries exceptionnelles.

 

Alpes-Maritimes : le bilan provisoire s’alourdit
Alpes-Maritimes : le bilan provisoire s’alourdit

La préfecture a annoncé l’envoi dans chacune des communes isolées d’un militaire, d’un sapeur-pompier et d’un fonctionnaire de préfecture pour venir en aide aux maires. Aujourd’hui, des militaires du génie devraient prendre part à des opérations de déblaiement des routes, pour tenter de désenclaver les zones encore coupées du monde.

Retour à la normale en Bretagne

Le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis a annoncé un retour à la normale hier vers 20 h en Bretagne, alors que la péninsule a été balayée par la tempête Alex qui a provoqué de nombreuses coupures d’électricité. Près de 100 000 foyers ont été privés de courant dans la nuit de jeudi à vendredi et encore 8 000 samedi soir.
Le Codis des Côtes-d’Armor a indiqué avoir comptabilisé plus de 840 interventions liées aux intempéries depuis samedi 10 h.
Météo-France avait levé hier matin la vigilance orange pluies inondations dans le département.
« Pour l’ensemble de l’épisode Alex, les cumuls de pluies entre jeudi soir et samedi soir sont exceptionnels, avoisinant les 150 mm sur le nord-ouest des Côtes-d’Armor, et souvent plus de 100 mm ailleurs », a indiqué Météo-France dans un communiqué. Il a ainsi plu 151 mm d’eau à Saint-Brieuc alors que la moyenne mensuelle pour le mois d’octobre est de 82 mm.
Dans le Finistère voisin, « depuis le début de la tempête, les pompiers sont intervenus à 394 reprises, notamment pour des menaces de chutes d’arbres, de câbles électriques ou de matériaux », a indiqué la préfecture.
Cet épisode météorologique a fait une victime, un jeune homme décédé à Brest vendredi qui circulait en scooter et sur lequel est tombée une branche d’arbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *