Le nouveau gouvernement est trié sur le volet des accusations de viol, de violence et de harcèlement

Ce court article permet de comprendre comment et par qui nous sommes gouvernés, sachant qu’en nommant des gens qui traînent toutes sortes de casseroles on les tient dans la main et ils sont contraints d’obéir sous menace de divulgation ; c’est le gouvernement par le chantage.

« Vous mettez à la tête de l’État des hommes qui sont accusés de viol et de violences pour les femmes, pourquoi ? » a lancé une jeune fille au président, sans penser que les gendarmes allaient débarquer dans son lycée le lendemain. Bonne question ! On vous donne la réponse.

Certes, Emmanuel Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même, selon le psychiatre italien Adriano Segatori. Cette analyse n’est cependant pas tout-à-fait juste, car le président ne fait pas ce qu’il veut.


Il est entièrement soumis au 1 % de la Commission trilatérale et du club Bilderberg : José Manuel Barroso, Jeff Bezos, Henri de Castries, Rockefeller, Edmond de Rothschild, les Windsor…

En 2014, au Bilderberg, un nommé Macron, secrétaire général adjoint de l’Elysée, prend la parole pour dire tout le mal qu’il pense de la politique de François ­Hollande. Très logiquement il démissionne. Mais, curieusement, François Hollande le nomme ensuite ministre de l’Économie. Qui gouverne ? Sûrement pas Hollande. Macron non plus, qui lui a succédé selon les désirs du 1 %. En revanche, le joyeux groupe Bilderberg le laisse libre de s’amuser, tant que cela ne touche pas ses intérêts.

Quel plaisir que soutenir les droits des femmes et combattre le harcèlement avec les derniers nommés au gouvernement :

  • Catherine Colonna, nommée ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, était visée par plusieurs signalements, adressés en début d’année à la cellule d’écoute sur le harcèlement.
  • Damien Abad, nouveau ministre des Solidarités, a été mis en cause au lendemain de sa nomination pour des violences sexuelles et visé entre les deux tours par de nouvelles accusations de tentative de viol.
  • Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur dont la nomination place Beauvau en 2020 avait fait scandale du fait d’une accusation de viol, est bien sûr reconduit.
  • Chrysoula Zacharopoulou, nommée secrétaire d’Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, est accusée de viol. Une enquête est ouverte.

Le nouveau gouvernement n’est pas entièrement composé. La liste n’est donc pas complète. Peut-être que le fétichiste des pieds condamné pour viol Georges Tron ou Robert Rochefort, masturbateur dans un Castorama, aimeraient bien agrandir les rangs ?

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

Source : Le Média en 4-4-2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.