La Réaction du n°1 de la Gendarmerie Nationale suite au livre du Gal Soubelet

Le Général Favier, Directeur Général de la Gendarmerie Nationale  vient de réagir à l’annonce de la publication prochaine du livre du général Soubelet.

Si le titre du livre est “Tout ce qu’il ne faut pas dire”, le général Favier prend le contre pied en déclarant ” tout ce qu’il ne faut pas faire “.

——-=========———-

Le général Favier réagit à la publication prochaine du livre du général Soubelet

Le général d'armée Denis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale (BALSAMO - SIRPA Gendarmerie)

« La publication du livre d’un général de Gendarmerie ne peut me laisser indifférent »,  mais « vendre une polémique, instrumentaliser la Gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire ».

Ces mots sont ceux du général d’armée Denis Favier qui réagit à la sortie, prévue le 24 mars, du livre du général de corps d’armée Bertrand Soubelet, « Tout ce qu’il ne faut pas dire » (Plon).

 

Le directeur de la Gendarmerie ne cite à aucun moment le nom du général Soubelet, actuel commandant de la gendarmerie d’outre-mer, mais assure : « Je ne conçois pas que l’un (des grands commandants) accepte de telles fonctions pour les dénigrer ensuite ». Le général Soubelet avait été muté à ce poste en août 2014 à la suite de ses propos tenus, en tant que directeur des opérations et de l’emploi, devant la commission de lutte contre l’insécurité de l’Assemblée nationale le 18 décembre 2013. Il avait notamment émis des réserves sur la politique pénale à l’encontre des délinquants.

 

Voici, en intégralité, le post du DGGN publié ce vendredi :

 

« J’ai pris l’habitude de partager avec vous, sans détour ni fausse pudeur, le bonheur, les interrogations et parfois les moments difficiles que je vis à votre tête. Ce blog permet d’écrire ce qu’un message ne saurait contenir et d’y laisser transparaître cette part de sentiments qui fait aussi partie de mes fonctions.

La publication du livre d’un général de gendarmerie ne peut me laisser indifférent. Je pourrais l’esquiver, la cantonner à une question d’ordre statutaire. Mais ce n’est pas ma manière d’aborder les choses.

Il vient un moment où il faut mettre les choses au clair.

La gendarmerie compte quelques grands commandements et celui de la gendarmerie d’outre-mer est l’un des plus sensibles. Je donne toute ma confiance à ceux qui accèdent à ces responsabilités. Je ne conçois pas que l’un d’eux accepte de telles fonctions pour les dénigrer ensuite.

Je crois au courage de dire les choses non pour s’en prévaloir, mais pour faire avancer notre maison dans le souci de l’intérêt général. On peut se battre pour notre budget, nos effectifs et nos moyens, répondre aux mises en cause quand elles sont injustes. On peut le faire sans déformer les faits ni sortir de son rôle. Et pourtant être entendu.

Après une année 2015 telle que nous l’avons vécue et dans un contexte qui réclame plus que jamais, une cohésion et la loyauté de tous, j’ai peine à entendre qu’il y a “urgence à agir”, quand beaucoup agissent depuis longtemps et ne se satisfont pas d’incantations.

Parce que les enjeux de sécurité sont forts, il nous faut être sereins, confiants, concentrés sur notre mission.

Vendre une polémique, instrumentaliser la gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire. »

Source : L’Essor de la Gendarmerie

Note de la rédaction de Profession-Gendarme : A la lecture des différents articles de presse et des remous suscités par l’annonce de la publication de ce livre, il y a tout lieu de penser que ce dernier sera très vite en rupture de stock.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *