Le fils meurtrier de retour devant la cour d’assises du Finistère

es faits se sont déroulés au Greenwich Café, en bas de la rue de Siam, à Brest. (Le Télégramme / Stéphane Jézéquel)

Ce jeudi matin et jusqu’à lundi, la cour d’assises du Finistère juge Mickaël Brenterc’h. En 2012, ce Brestois de 45 ans avait été condamné pour avoir tué son père. Il comparaît cette fois pour une tentative de meurtre à l’encontre d’un portier.

Mickaël Brenterc’h, 45 ans, retrouve le box des accusés. Il n’a sans doute pas remarqué que la salle des assises a été entièrement rénovée. Voix chevrotante, silhouette fluette, il semble d’abord un peu ailleurs. En avril 2012, avant qu’il ne soit condamné à quatorze ans de réclusion criminelle, par cette même cour, pour le meurtre de son père, la partie civile lui avait dit : « L’humanité est la plus grande des vertus, sois en digne, sois en digne ». Il avait promis qu’il le serait, « pour (son) père ».

Lire la suite : Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.