Le Dr Daniel Nagase examine deux échantillons des vaccins COVID-19 à ARNm et montre qu’ils ne contiennent « aucun élément de la vie »

Récemment, le Dr Daniel Nagase a examiné deux échantillons des vaccins COVID-19 à ARNm et il a démontré qu’ils ne contiennent « aucun élément de la vie ». S’ensuivit une entrevue du Docteur Nagase avec l’animatrice Melanie Risdon, diffusée le 18 avril dernier pour le compte du “Western Standard”. Après avoir examiné des images d’éléments contenus dans les vaccins Pfizer et Moderna, le Dr Daniel Nagase a déclaré au Western Standard que les vaccins ne montraient « étrangement » aucun signe de matériel biologique. Cette analyse a été par la suite publiée sur le site Web de “NZ Doctors Speaking Out With Science” (Des médecins néo-zélandais parlent avec la science), le 20 juin 2022. Le Dr Nagase est diplômé de la Dalhousie Medical School en 2004. Médecin urgentiste depuis plus de 15 ans dans des communautés rurales mal desservies de l’Alberta, il a été retiré de ses fonctions hospitalières parce qu’il a utilisé l’ivermectine pour traiter trois patients atteints de COVID-19 sévère, dont deux ont bien répondu au médicament.

Alors que lesdits patients se sont rétablis avec succès, Nagase a encore été brièvement retiré du service en raison d’avoir « délibérément défié » les protocoles de traitement COVID-19 de la province. Ces protocoles comprenaient l’interdiction apparemment injustifiée de la prescription d’ivermectine, un médicament qui s’est avéré significativement efficace contre le virus. Prenant la parole sur les marches de la Vancouver Art Gallery lors d’un événement marquant le 75e anniversaire des procès de Nuremberg, Nagase a raconté qu’il était médecin depuis 15 ans. Bien qu’il vive à Vancouver, il a été médecin urgentiste dans plusieurs centres médicaux communautaires de l’Alberta.

Le médecin des urgences a souligné que l’incident qui a conduit à son interdiction douteuse d’exercer la médecine a commencé le week-end du 11 septembre 2021, lorsque trois patients âgés ont été transportés d’urgence au petit hôpital rural dans lequel il travaillait pendant son quart de travail. Il a ajouté qu’il était évident que les patients souffraient d’une infection grave au COVID-19.

En plus d’administrer des inhalateurs, des vitamines et des antibiotiques, Nagase a partagé qu’il avait également donné de l’ivermectine aux patients. Deux des trois patients se sont rapidement rétablis. Selon le médecin urgentiste, même pas 24 heures après avoir reçu de l’ivermectine, « deux de mes trois patients allaient presque complètement mieux ». Il a ajouté qu’ils étaient « hors du lit en train de se promener ». De plus, il a également partagé que « tous les crépitements que j’ai entendus dans leurs poumons la veille avaient disparu ». Et Nagase a souligné qu’il n’avait fallu « qu’environ 18 heures et une dose d’ivermectine ». Cependant, lorsque les responsables provinciaux de la santé ont découvert qu’il utilisait l’ivermectine, Nagase a été brusquement relevé de ses fonctions. La directrice médicale de la zone centrale, la Dre Jennifer Bestard, l’a appelé et l’a informé de son congédiement.

Vous pouvez regarder l’entrevue intégrale du Dr Daniel Nagase sur le site Web du “Western Standard”. L’entrevue est aussi disponible sur les plateformes Rumble, Youtube et Odysee.

Analyse des vaccins COVID à ARNm par le Dr Daniel Nagase

Un laboratoire canadien a analysé deux échantillons séchés de vaccins Covid-19 Pfizer et Moderna exposant d’éventuelles inclusions micro-technologiques. Le Dr Daniel Nagase MD, a passé en revue les superbes images au microscope électronique (EM) prises à partir des échantillons de vaccins Covid-19 Pfizer et Moderna. Son examen s’est également appuyé sur les résultats de la spectroscopie de diffraction des rayons X EM indiquant qu’aucun élément biologiquement associé n’a été identifié. Les éléments identifiés semblaient provenir uniquement d’une substance inorganique et pourraient indiquer des inclusions micro-technologiques.

Médecin d’urgence d’un hôpital canadien en Alberta jusqu’à ce qu’il soit mis en congé involontaire pour avoir prescrit de l’ivermectine, il détient également un baccalauréat ès sciences en biologie cellulaire. Il a commenté que les échantillons de vaccins Covid n’étaient pas réfrigérés et avaient voyagé jusqu’à 2 mois dans divers véhicules avant d’être analysés. La sécurité de la chaîne de possession n’a pas été divulguée, ni le statut des échantillons, qu’il s’agisse de restes usagés ou de bouteilles vierges, ni les numéros de lot. Les détails techniques tels que l’échelle de l’image et le grossissement des images EM n’ont pas non plus été discutés. Les images présentées dans cet article sont des figures illustratives prises sous forme de captures d’écran capturées à partir de la vidéo d’interview du Dr Nagase.

Dans sa discussion, le Dr Nagase a souligné l’apparition de ce qu’il considérait comme un drapeau rouge important, à savoir les températures de réfrigération requises des vaccins Covid. Ce qu’il a suggéré semble avoir peu de sens biologique.

Les injections de vaccins Covid Pfizer et Moderna doivent être maintenues à -40C et -70C respectivement. Il a affirmé que cela semblait particulièrement étrange car il est rare d’exiger une réfrigération protectrice d’une entité biologique à une température inférieure à -20C. Il a soulevé l’importance de cela comme un signe d’avertissement potentiel. Une réfrigération super froide peut être nécessaire pour arrêter les réactions chimiques non divulguées comme les réactions radicalaires et les réactions de polymérisation, ou tout autre processus de chimie avancée [ou Dieu nous en préserve, la micro-technologie auto-assemblée ~ MMcG] nécessitant des températures particulièrement basses pour les arrêter.

Le groupe de recherche clandestin d’un laboratoire canadien a effectué l’analyse EM d’échantillons de vaccins Covid Moderna et Pfizer. Le Dr Nagase a soutenu que les images étaient difficiles à interpréter car, en termes simples, les inclusions observées, qu’il s’agisse de contaminants accidentels ou d’artifices intentionnels, étaient si inattendues qu’elles semblaient assez étrangères, défiant la reconnaissance ordinaire. Leur forme semblait rappeler la micro-technologie.

De telles considérations spéculatives sont rendues d’autant plus difficiles en raison du mur de silence officiel et commercial qui existe autour du Monde, constituant la non-réponse formelle et officielle à l’identification récurrente de ces inclusions inconnues. Il n’y a pas non plus eu de déclaration ou d’explication concernant l’identité ou le but de ces inclusions par les entités commerciales impliquées.

La surveillance médicale et politique, les personnes chargées de l’éthique et de la sécurité publique, ont tous ostensiblement et systématiquement ignoré les appels à enquêter sur ces observations internationales répétées. En Nouvelle-Zélande, les autorités, y compris MedSafe et la police néo-zélandaise, ont refusé de reconnaître les inclusions démontrées de manière indépendante identifiées dans un flacon d’injection Pfizer par un laboratoire néo-zélandais indépendant.

Cette insensibilité officielle a été répétée de manière bizarre et incompréhensible à travers le monde, au Royaume-Uni, au Japon, en Allemagne, en Espagne et en Australie. C’est un drapeau rouge monumental ignoré de manière révélatrice par les médias Grand Public, désormais de moins en moins pertinents.

Vaccin Covid : Spectroscopie par diffraction des rayons X

En plus de l’imagerie, EM peut également être utilisé pour produire un spectre dérivé de l’irradiation de l’échantillon avec un faisceau d’électrons, connu sous le nom de spectroscopie de diffraction des rayons X. Les éléments de composition individuels ont des signatures spectrales uniques et déterminantes, de sorte que des informations concernant la composition de l’échantillon peuvent être acquises, par exemple, les données en pourcentage de la composition élémentaire respective d’un site échantillonné, à l’exception de l’hydrogène dont le détecteur ne peut pas mesurer les spectres.

Si l’échantillon contenait du matériel biologique, ce que l’on anticipe dans une injection de cette nature contenant les constituants allégués, des phospholipides de composition par exemple seraient présents et les éléments azote, phosphore, carbone et oxygène, détectés et identifiés confirmant la présence d’une substance biologique. Fait alarmant, dans les échantillons Moderna et Pfizer étudiés par le laboratoire canadien, aucune signature élémentaire biologique n’a été détectée par spectroscopie de diffraction des rayons X.

Les échantillons de vaccin Covid ont été préparés en étant séchés et recouverts d’une fine couche (1 atome d’épaisseur) de platine, de palladium ou d’or avant d’être montés pour le balayage EM. La couche d’atome unique protège l’échantillon contre l’incinération par le faisceau d’électrons lorsqu’il est évalué par spectroscopie.

Vaccin Covid : l’échantillon Moderna

L’inspection visuelle EM initiale de l’échantillon de Moderna a révélé des formes cristallines ainsi que des formes potentielles ressemblant à ce qui ressemblait superficiellement à un composant électronique, une micro-technologie, peut-être une « puce » de silicium informatique, voir Figure 1: Moderna.

Figure 1 – Moderna. À droite du centre, forme plane rectangulaire avec zone EM d’analyse spectroscopique aux rayons X, désignée par un petit rectangle bordé de blanc, « spectre 15 ».

La forme plane rectangulaire a été étudiée de plus près à l’aide de la spectroscopie de diffraction des rayons X montrant que la soi-disant « puce micro-technologique » contenait du carbone, de l’oxygène avec ou sans hydrogène. Le silicium était absent. S’il s’agissait d’une « puce micro-technologique » conventionnelle, le silicium aurait été l’un des principaux constituants élémentaires de la plaquette. Une conclusion de travail était qu’une forme spéciale de carbone connue sous le nom de graphène peut être présente sous la forme d’oxyde de graphène (GO) ou d’oxyde de graphène réduit (rGO). La spectroscopie aux rayons X (spectre 15) n’a détecté ni azote ni phosphore, confirmant que cet échantillon de Moderna ne semblait contenir aucune substance biologique et était de nature inorganique.

Une autre image de l’échantillon Moderna a été capturée, voir Figure 2A : Moderna.

Figure 2a – Un Moderna d’aspect très étranger, micro-tech, inclusion avec des filaments saillants défiant toute explication.

Un examen plus approfondi par spectroscopie de diffraction des rayons X a montré la présence élémentaire de carbone, d’oxygène, de calcium, de sodium, d’aluminium, de silicium et de soufre. Une fois de plus, l’absence d’azote et de phosphore élémentaires a été observée. Par rapport aux constituants indiqués par Moderna énumérés ci-dessous, il existe une inadéquation apparente entre les résultats inorganiques des échantillons comparés aux substances organiques et aux composés censés former la composition de l’injection de Moderna. Le vaccin Covid Moderna contient les ingrédients suivants :

Ingrédient actif
  • ARNm (ARNm modifié par les nucléosides codant pour la glycoprotéine de pointe virale (S) du SRAS-CoV-2
Lipides
  • Polyéthylène glycol (PEG) 2000 dimyristoyl glycérol (DMG)
  • 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine
  • Cholestérol
  • SM-102 (Propriétaire de Moderna)
Sels
  • Throméthamine
  • Chlorhydrate de thomethamine
  • Acide acétique
  • L’acétate de sodium
Autre
  • Saccharose

Toutes ces observations EM de l’échantillon de Moderna se sont avérées ne pas contenir d’inférence élémentaire de la présence de substances biologiques. Aucun élément de vie n’a été détecté.

D’autres images agrandies et étonnantes ont émergé de l’enquête sur la vaccination Covid. Des filaments et de minuscules boules ressemblant peut-être à de la micro-technologie ont été observés, voir Figure 2b : Filament Moderna B et Figure 2c : Filament Moderna à grossissement plus élevé et boules blanches.

Figure 2b – Filament Moderna agrandi.
Figure 2C – Filaments à fort grossissement.

Une étude plus approfondie de ces découvertes avec la spectroscopie de diffraction des rayons X a montré que les deux formes observées étaient presque entièrement des structures à base de carbone et d’oxygène. Il n’y avait aucune indication d’azote ou de phosphore dans l’une ou l’autre structure, et par conséquent, ils n’étaient pas considérés comme étant de nature biologique. Une fois de plus, la possibilité d’un composé de graphène, GO et rGO s’est présentée avec le spectre de la micro-technologie.

D’autres formes surprenantes ont également été observées dans l’échantillon Moderna. Celles-ci ressemblaient à des nanosphères de carbone, voir Figure 3 : Nanosphère Moderna.

Figure 3 – Nanosphère de Moderna formée dans ou entre des structures filamentaires.

La spectroscopie de diffraction des rayons X de la surface de la nanosphère microtechnologique («spectre 4» sur la figure 3) a de nouveau montré une composition, principalement de carbone et d’oxygène.

Une question incontournable et inévitable doit être posée, que font ces entités inorganiques dans une injection de vaccin Covid destinée aux humains ? Formes apparentées à des « cristaux », des « plaquettes à puce », des « filaments » et des « nanosphères » suggérant la micro-technologie, toutes constituées de carbone et d’oxygène et dépourvues d’azote et de phosphore sans indication élémentaire de la présence d’ARNm ou de substances biologiques.

L’affirmation du Dr Nagase était que les structures observées dans ces échantillons de vaccin Covid pourraient être la manifestation d’un processus d’auto-assemblage micro-technologique, généralement arrêté à des températures très froides. Dans ces échantillons, les températures de stockage recommandées n’ont pas été maintenues pendant une période allant jusqu’à 2 mois avant l’observation, il a donc été considéré que les structures observées peuvent s’être formées pendant cette période.

Néanmoins, lorsque le vaccin Covid a été officiellement introduit dans la chaleur du corps humain à partir d’un état d’inertie induite super-réfrigéré, il serait juste de dire que l’enfer se déchaîne, comme cela a en effet été suggéré et observé ailleurs avec la présence de masses des caillots de taille industrielle constitués éventuellement de fibrine, d’hème et de protéines du complexe immun qui s’accumulent dans une couronne biomoléculaire, devenant une masse thrombotique occlusive mortelle en un laps de temps relativement court.

Le Dr Nagase a suggéré que l’autorisation d’utilisation d’urgence n’exige apparemment pas une divulgation pleine et complète des constituants et a laissé entendre qu’on ne savait pas si les micro-technologies observées comme les inclusions de vaccins Covid étaient universelles et mondiales ou simplement limitées à des lots spécifiques de vaccin Covid dans certaines populations ou certains pays. Les données et les études sur les lots publiées sur Internet tendent à donner de la crédibilité à l’idée qu’il existe effectivement des lots mortels.

Vaccin Covid : L’échantillon Pfizer

Dans l’échantillon Pfizer, des milliers de cubes ont été observés dans un échantillon de gouttelettes, voir Figure 4a : Cubes Pfizer et Figure 4b : Cube agrandi Pfizer.

Figure 4a – Cubes Pfizer ressemblant à du cristal
Figure 4b – Formes d’un seul cube grossi.

La spectroscopie de diffraction des rayons X du cube Pfizer (rectangle jaune sur la figure 4b) a révélé principalement du carbone, de l’oxygène et une quantité infime de silicium, encore une fois sans signe de signature élémentaire dans le vaccin Covid Pfizer suggérant un matériel biologique. Comme les images précédentes de Moderna, l’échantillon de vaccin Covid Pfizer contenait également des structures de type filament, illustrées à la figure 5, montrant un filament Pfizer.

Figure 5 – Filament et cube Pfizer.

La spectroscopie de diffraction des rayons X du filament a révélé une composition élémentaire de carbone, d’oxygène, de calcium, de magnésium, de silicium, de sodium et des traces de thulium. Ce dernier élément a été un choc. C’est le métal lanthanide de terre rare le moins abondant avec des applications assez intéressantes. Le petit rectangle blanc (spectre 51) de la figure 5 s’est avéré être du silicium élémentaire.

Les implications de ces observations et analyses restent incertaines. Ce qui est clair, c’est qu’ils n’appartiennent pas à un vaccin Covid, apparaissant incompatibles avec un produit biologique. De plus, qu’il s’agisse de contaminants involontaires ou du produit d’un artifice, il est clair que l’administration refuse d’aider à résoudre la question et encore moins à reconnaître les preuves, tandis que les médias étatiques et traditionnels marchent au même pas.

Sommaire

Les échantillons de vaccins Covid Moderna et Pfizer observés ici semblaient uniquement inorganiques, contenant une signature élémentaire suggérant de l’oxyde de graphène et/ou de l’oxyde de graphène réduit, soulevant parmi plusieurs possibilités la présence d’une micro-technologie naissante. Il n’y a pas d’explication immédiate pour rendre compte de ces observations ou de l’auto-assemblage apparent de telles structures au-dessus des températures d’arrêt de la réfrigération. L’obligation de maintenir ces injections de vaccins Covid à des températures bien inférieures à -20 ° C est citée comme un drapeau rouge potentiellement préoccupant.

Des informations supplémentaires peuvent émerger du laboratoire canadien lorsque l’examen des séquences accélérées est entrepris pour déterminer si les composants identifiés des échantillons de vaccin Covid semblent changer.

Source : Guy Boulianne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.