Le chemin de la guerre

Par WD

Dès la publication du document « Strategic concept » au 29 Juin 2022, nous savons que nous allons rentrer en guerre. Les intentions bellicistes y sont écrites noir sur blanc et les cibles clairement définies. Sur le plan de l’intelligence martiale, annoncer ses intentions guerrières à ses ennemis n’est pas très pertinent ni efficient. Depuis cette annonce tonitruante, le petit jeu des alliances, des coups tordus, des agitations Otaniennes avec le sous-jacent Sorosien et quelques assassinats bien ciblés font l’actualité de la période estivale.

Dans « Chronique d’une guerre annoncée » article publié le 1er Juillet 2022, nous projetions que les USA forceront le destin de l’Occident avant leurs élections de mi-mandat qui ne sont pas favorables à l’administration en place. Toutes les manœuvres contre Trump le confirment.

Tous les pays vassaux de l’état profond anglo-américain jouent leurs partitions de va-t-en-guerre au détriment de leurs propres intérêts nationaux. Le tout dernier discours de Macron à Bormes-les-Mimosas indique bien que la décision guerrière est prise.

Dans le prochain affrontement mondial, il y aura l’Occident américanisé jusqu’au trognon contre le bloc « BRICSIEN » et ceux qui veulent en être. En termes démographiques le moins de 1/8 ème de la population mondiale contre les 7/8 ème restant.

Sur le plan économique, tous les pays Occidentaux sont endettés au-delà du raisonnable. Leur leadership soit les USA, a une dette totale de à 92 000 milliards de dollars soit 370% de son PIB soit 96% du PIB mondial. De l’autre côté, pour ne parler que des ténors des BRICS, la Russie et la Chine ont des balances commerciales excédentaires à rendre jaloux Crésus. Ces deux pays ont en plus des ressources naturelles indispensables pour l’industrie de leurs ennemis. Par ailleurs, doit-on rappeler que la Chine est l’usine du monde ?

Toutes les sanctions économiques prises contre la Russie sont contre-productives. Elles ont même favoriser la scission définitive entre une économie fictive aux visées spoliatrices et une économie réelle générant de la vraie richesse.

Au-delà de ces données matérialistes que les spécialistes ont déjà publiées, la situation est simple. Les nations ont l’opportunité historique de se dédouaner de l’Imperium anglo-américain et de recouvrer leur indépendance et autonomie. Le grand deal « Bricsien » est intelligible. Chaque nation, consciente de ses forces et de ses faiblesses, apporte à la table des négociations des BRICS ses points forts et les « troque » contre les solutions avantageuses pour endiguer ses défaillances. C’est un contrat gagnant-gagnant où chacun reste maître de son territoire, sa culture, sa spiritualité, son identité. Les pays gardent jalousement sa souveraineté et ne s’insinuent pas dans celles des autres.

Un deal avec l’Imperium US est strictement le contraire. Le malheureux pays qui écoute son chant de sirène perd son autonomie, son territoire, ses ressources économiques, sa dimension sociétale propre. Il devient l’esclave de la coterie anglo-américaine qui le spolie et le corrompt. Un simple exemple pour s’en convaincre, la France, qui depuis Pompidou n’est plus que la chasse gardée de Rothschild. Elle n’a plus que les yeux pour pleurer dans un corps désincarné.

Poutine nous confirme « … que l’ère du monde unipolaire est en train de devenir une chose du passé. Peu importe la force avec laquelle les bénéficiaires du modèle mondialiste actuel s’accrochent à la situation, il est voué à l’échec ». Ce n’est pas de la forfanterie, c’est bien une réalité qui se développe sous nos yeux.

Van der Layen peut aboyer tant qu’elle veut sur Poutine et le rendre Ennemi numéro Un de l’ordre mondial, il en est fini de son modèle de société qui depuis 80 ans nous fait souffrir de ses impérities.

La tragédie a assez duré. Les actes infâmes illégaux de l’ordre mondial Occidental ont fait des millions de morts, des milliards de drames humains. Trop c’est trop. Est-il normal qu’une poignée de scélérats cupides aux visées dictatoriales mène encore le monde avec son contour sadique ?

La crise Ukrainienne a délivré les nations du joug mondialiste unilatéral. C’est un bienfait pour l’humanité. Évidemment pour nous qui sommes dans « le camp du bien » malgré nous, nous allons en prendre plein la « fife ». Nous allons payer le prix fort pour « notre liberté » dixit le Macroneur. Nous paierons le prix du sang et des larmes. Nous paierons le prix exorbitant de toutes les affres de la guerre. Ruinés, tués, anéantis, voilà notre avenir quel que soit le gagnant dans ce conflit mondial qui se profile sous nos yeux. Le pire, c’est qu’il n’y a pas un seul gougnafier pour tenter un apaisement. Personne dans l’Occident ne veut assagir les esprits qui s’échauffent. Les Weishauptiens veulent la guerre et ils l’auront les fumiers.

WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.