Le 15 décembre, 400 000 personnes de plus de 65 ans auront leur pass sanitaire désactivé

Les joies de la démocratie ! Les 400 000 plus de 65 ans qui ne se seront pas injecté la roulette russe offerte par le gouvernement seront considérés comme des sous-hommes. Il s’agit de la troisième dose dont la directrice de l’ANSM, Christelle Ratignier-Carbonneil, a dit : « Nous n’avons pas de corrélats de protection. J’espère que nous les aurons… un jour. » Inchallah, les amis !

Le roi Macron aura-t-il la moindre compassion envers ces pauvres âmes perdues toujours en liste d’attente à la pharmacie du coin, qui n’auront pas trouvé de créneau afin de s’injecter un peu de liberté.

Une liberté extrêmement réduite et qui peut coûter cher, comme à Stéphanie, malade du cancer du sein, empêchée d’entrer à l’Institut Curie à cause d’un test périmé depuis quelques heures seulement.

L’institut Curie a fait intervenir la Brigade Anti-Criminalité, car en Macronie on ne plaisante pas avec la liberté, c’est la picouse ou crève !

En attendant, les équipes du gouvernement entendent bien faire comprendre aux moins de 65 ans, de faire le nécessaire avant la date fatidique du 15 janvier 2022, moment où le pass sanitaire sera désactivé pour le reste de la population.

Le procédé est sadique, mais c’est toujours bénéfique de faire une piqûre de rappel.

A croire que la vraie liberté se trouve en fin de compte chez les non-vaccinés qui voient tout ce monde courir vers l’asservissement !

Source : Heterodoxe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.