L’armée envoie une lettre aux soldats licenciés pour avoir refusé le vaccin contre le COVID au milieu des difficultés de recrutement de l’armée

21 Nov 2023 (FOX NEWS) – L’armée américaine a envoyé une lettre aux anciens militaires licenciés pour avoir refusé le vaccin contre le COVID-19, les informant qu’ils peuvent demander des corrections à leurs dossiers de sortie, car la branche militaire aurait des difficultés à recruter trois ans après le début de la pandémie. 

La lettre, qui a gagné du terrain sur les réseaux sociaux, était adressée à d’anciens militaires et informait de « nouvelles directives de l’armée concernant la correction des dossiers militaires des anciens membres de l’armée suite à l’annulation de l’exigence de vaccination contre le COVID-19 ».

Il semblerait que recruter des personnes Trans ne suffise pas à compenser les très nombreux départs liés à l’obligation vaccinale imposée à partir de 2021. KARMA.

https://www.foxnews.com/video/6329031667112

L’armée américaine informe les anciens soldats séparés pour avoir refusé le vaccin contre le COVID-19 qu’ils peuvent demander des corrections dans leurs dossiers de sortie

Danielle WallacePar Danielle Wallace Fox News

L’ armée américaine a envoyé une lettre aux anciens militaires licenciés pour avoir refusé le vaccin contre le COVID-19, les informant qu’ils peuvent demander des corrections à leurs dossiers de sortie, car la branche militaire aurait des difficultés à recruter trois ans après le début de la pandémie.

La lettre, qui a gagné du terrain sur les réseaux sociaux, était adressée à d’anciens militaires et informait de « nouvelles directives de l’armée concernant la correction des dossiers militaires des anciens membres de l’armée suite à l’annulation de l’exigence de vaccination contre le COVID-19 » .

Il déclare : « En raison de l’annulation de toutes les exigences actuelles en matière de vaccination contre le COVID-19, les anciens soldats qui ont été involontairement séparés pour avoir refusé de recevoir le vaccin contre le COVID-19 peuvent demander une correction de leurs dossiers militaires auprès de l’un ou des deux services d’examen des décharges de l’armée. (ADRB) ou le Conseil de l’armée pour la correction des dossiers militaires (ABCMR). »

La lettre, signée par le général de brigade Hope C. Rampy, directeur du bureau de gestion du personnel militaire du chef d’état-major adjoint de l’armée américaine, contient ensuite un lien vers trois formulaires dans lesquels « les individus peuvent demander une correction des dossiers du personnel militaire, y compris concernant la caractérisation du rejet.

Un soldat reçoit un vaccin contre le COVID-19 des services médicaux préventifs de l’armée le 9 septembre 2021 à Fort Knox, Kentucky. (Jon Cherry/Getty Images)

« Les personnes qui souhaitent postuler pour retourner au service doivent contacter leur recruteur local de l’armée, de la Réserve de l’armée américaine (USAR) ou de la Garde nationale de l’armée (ARNG) pour plus d’informations », conclut-il.

Un porte-parole de l’armée a confirmé dimanche l’authenticité de la lettre à Fox News Digital.

Le porte-parole a déclaré que la lettre, datée du 1er novembre, ne demande pas explicitement aux anciens membres de l’armée licenciés pour avoir refusé le vaccin contre la COVID-19 de reprendre du service.

L’armée a fourni des informations supplémentaires lundi.

« Dans le cadre du processus global de récession du mandat COVID mandaté par le Congrès, l’armée a envoyé les lettres après le week-end de la Journée des anciens combattants à environ 1 900 personnes qui avaient été auparavant séparées pour refus d’obéir à l’ordre de vaccination obligatoire contre le COVID », a déclaré le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Ruth. Castro a déclaré lundi à Fox News Digital dans une déclaration envoyée par courrier électronique.

« La lettre fournit des informations aux anciens militaires sur la manière de demander une correction de leurs dossiers militaires », a ajouté Castro.

Les comptes Instagram @analyzeeducate et @northernprovisions ont partagé conjointement une copie de la lettre à leurs centaines de milliers de followers combinés samedi.

un soldat reçoit le vaccin contre le covid

Services de médecine préventive NCOIC Sgt. Demetrius Roberson de première classe administre un vaccin contre le COVID-19 le 9 septembre 2021 à Fort Knox, Kentucky. (Jon Cherry/Getty Images)

« L’armée américaine a envoyé des lettres aux soldats qui ont été licenciés pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19, leur proposant de corriger leurs dossiers. La plupart, sinon la totalité, des soldats qui ont été expulsés pour ne pas avoir reçu le vaccin ont reçu une libération . c’était loin d’être honorable », indique le message. « La lettre indique que l’armée espère que ces soldats postuleront pour reprendre du service. »

« L’armée en général traverse une crise de recrutement majeure au cours des deux dernières années. Pour les exercices 2022 et 2023, seuls le Corps des Marines et la Force spatiale ont atteint ou dépassé leurs objectifs de recrutement. L’armée, la marine et l’armée de l’air n’ont pas réussi . leurs cibles de loin », poursuivent les récits.

L’Armée de l’Air espère qu’élever l’âge maximum d’enrôlement à un nouveau sommet atténuera la crise du recrutement

« La taille de l’armée en service actif est passée de 485 000 en 2021 à 452 000 actuellement », ajoute le message. « Il s’agit de la plus petite armée en service actif depuis 1940. En 2022, ils ont raté leur objectif de recrutement de 15 000 soldats. Cette crise a nécessité des changements de politique, notamment la suppression d’une politique exigeant que les recrues aient un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent du GED. Cependant, après de nombreuses réactions négatives, cette politique a été rapidement rétablie : environ 8 000 soldats ont été expulsés pour ne pas avoir été vaccinés, ce qui est beaucoup même si l’on ne tient pas compte du contexte de crise de recrutement. Les résultats ont également été vérifiés par l’armée. »

troupes vaccinées

En 2021, le Pentagone, avec le soutien des chefs militaires et du président Biden, a rendu obligatoire la vaccination contre le COVID-19 pour tous les militaires. (Jon Cherry/Getty Images)

Le 3 octobre, l’armée américaine a annoncé une transformation de son activité de recrutement, soulignant que « les forces armées sont confrontées à l’environnement de recrutement le plus difficile depuis une génération ».

Lors d’une conférence de presse au Pentagone, la secrétaire de l’armée Christine Wormuth et le chef d’état-major de l’armée Randy George ont détaillé des changements radicaux dans la façon dont l’armée identifiera et recrutera des talents en élargissant son attention au-delà des lycéens à une plus grande part du marché du travail des jeunes. et créer « une main-d’œuvre d’acquisition de talents de plus en plus permanente et spécialisée ».

Ils ont déclaré que l’armée s’attend à avoir terminé l’exercice 2023 avec près de 55 000 contrats de recrutement, dont environ 4 600 pour le programme d’entrée retardée de l’armée – des recrues qui seront expédiées au cours de l’exercice 2024. En conséquence, l’armée a déclaré qu’elle atteindrait son objectif final d’effectif de 452 000 soldats en service actif.

« La concurrence pour attirer les Américains talentueux est féroce et elle est fondamentalement différente de ce qu’elle était il y a 50 ou même 20 ans », a déclaré Wormuth.

Task and Purpose a noté que l’armée a séparé environ 1 900 militaires en service actif pour avoir refusé le vaccin COVID-19 pendant près d’un an et demi où il était obligatoire.

Concernant les problèmes de recrutement, le média a également cité une note de juillet 2022 du Département de l’Armée déclarant que « l’armée américaine est confrontée à l’environnement de recrutement le plus difficile depuis la création de la All-Volunteer Force en 1973, en partie motivé par le marché du travail post-COVID. , une concurrence intense avec le secteur privé et un nombre décroissant de jeunes Américains intéressés par le service en uniforme. Le mémo indique : « actuellement, seuls 23 % des Américains âgés de 17 à 24 ans sont pleinement qualifiés pour servir. »

Citant des données fournies par les branches militaires, CNN a rapporté en octobre que seuls 43 des plus de 8 000 militaires américains libérés de l’armée pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19 ont cherché à réintégrer l’armée huit mois après l’abrogation officielle du mandat de vaccination.

Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, a officiellement annulé l’ordre de vaccination contre le COVID-19 pour les militaires le 10 janvier 2023.

Austin avait publié une note le 24 août 2021 exigeant que les militaires soient vaccinés contre le COVID-19. Selon Task and Purpose, des milliers de soldats ont demandé en vain des exemptions religieuses à l’inoculation, dont 8 945 soldats, 10 800 aviateurs et gardiens, 4 172 marins et 3 717 Marines.

Danielle Wallace est journaliste pour Fox News Digital qui couvre la politique, la criminalité, la police et plus encore. Des conseils sur les histoires peuvent être envoyés à danielle.wallace@fox.com et sur Twitter : @danimwallace.

Source : Fox News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *