La Russie déclare que sa « priorité absolue » est d’éviter un affrontement nucléaire et réaffirme que son utilisation est purement défensive

par Jade · 3 novembre 2022

La Russie a averti mercredi que la « priorité absolue » du monde devrait être que les superpuissances dotées de l’arme nucléaire évitent à tout prix la confrontation, faute de quoi cela entraînerait des « conséquences catastrophiques. »

« Nous sommes fermement convaincus que dans la situation difficile et turbulente actuelle – conséquence d’actions irresponsables et éhontées visant à porter atteinte à notre sécurité nationale – la priorité absolue est d’empêcher tout affrontement militaire entre puissances nucléaires« , indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Sans nommer spécifiquement ses principaux rivaux dotés de l’arme nucléaire, les États-Unis ou le Royaume-Uni, le Kremlin a appelé tous les autres États nucléaires à « renoncer aux tentatives dangereuses de porter atteinte aux intérêts vitaux des uns et des autres ».

La déclaration réitère un principe clé de la doctrine nucléaire officielle de la Russie : « La Russie est guidée de manière stricte et cohérente par le principe selon lequel une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ». Elle a réaffirmé que la doctrine nucléaire est « purement défensive » et qu’elle n’autorise le déploiement d’armes nucléaires que « lorsque l’existence même de notre État est menacée. »

Dans une déclaration faite au début du mois dernier, le président Joe Biden a déclaré qu’il ne pensait pas que le Russe Vladimir Poutine utiliserait des armes nucléaires en Ukraine. « Eh bien, je ne pense pas qu’il le fera », a précédemment déclaré Biden dans une interview sur CNN. « Mais je pense que c’est irresponsable de sa part d’en parler ».

Toujours mercredi, le New York Times a publié des affirmations extrêmement importantes…

De hauts responsables militaires russes ont récemment eu des conversations pour discuter du moment et de la manière dont Moscou pourrait utiliser une arme nucléaire tactique en Ukraine, ce qui a contribué à accroître l’inquiétude à Washington et dans les capitales alliées, selon plusieurs hauts responsables américains.

Le président Vladimir V. Poutine n’a pas pris part à ces conversations, qui se sont déroulées dans un contexte d’intensification de la rhétorique nucléaire russe et de revers sur le champ de bataille.

Mais le fait que de hauts responsables militaires russes aient eu ces discussions a alarmé l’administration Biden, car cela montre à quel point les généraux russes sont frustrés par leurs échecs sur le terrain, et suggère que les menaces voilées de M. Poutine d’utiliser des armes nucléaires pourraient ne pas être que des mots.

Selon un reportage de CNN, la discussion présumée du Kremlin entre les hauts responsables sur l’utilisation d’armes nucléaires tactiques contre l’Ukraine est basée sur une évaluation des services de renseignement américains.

Mais surtout, CNN indique qu’il existe des opinions divergentes au sein de la communauté du renseignement américain. Le reportage de CNN commence ainsi : « Des responsables militaires russes ont discuté de la manière et des conditions dans lesquelles la Russie utiliserait une arme nucléaire tactique sur le champ de bataille en Ukraine, selon une évaluation des services de renseignement américains décrite à CNN par de multiples sources qui l’ont lue. »

« L’évaluation, rédigée par le National Intelligence Council, n’est pas un produit de haute confiance et ne constitue pas un renseignement brut, mais plutôt une analyse, ont déclaré à CNN plusieurs personnes qui l’ont lue », poursuit le rapport, avant de souligner : « Pour cette raison, certains responsables pensent que les conversations reflétées dans le document peuvent avoir été prises hors contexte, et n’indiquent pas nécessairement que la Russie se prépare à utiliser une arme nucléaire. »

C’est un moment significatif et qui fait lever les sourcils lorsque CNN met en lumière la probabilité d’un « cherry picking » des services de renseignement dans une histoire qui concerne la Russie, ce qui jette en effet un sérieux doute sur le reportage original du NYT et les affirmations de responsables anonymes des services de renseignement américains.

Source : Aube Digitale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.