“La République ne vous appartient pas” – Juan Branco à Polytechnique

Quelque soit ce qu’on peut penser du personnage, dans le lien qui suit, une conférence d’une heure et demie devant les nouveaux entrants à l’école de Polytechnique (l’X). Sa description de l’état de la République est à écouter, ces jours ci où, presque par hasard, on découvre le manque de moralité des élites qui se protègent entre-elles.

52 k abonnés
Discours donné dans l’amphithéâtre d’honneur de Polytechnique le 9 décembre 2019, et discussion avec les étudiants. La version écrite et intégrale du discours peut être trouvée sur le lien ci-dessous: https://juan-branco.fr/wp-content/upl… Polytechnique est la plus prestigieuse école scientifique de France. Elle est aussi la plus sélective socialement, avec près d’un quart des PDG du CAC40 et une grande partie des cadres dirigeants des grandes entreprises nationales, des cabinets ministériels et du personnel politique et technocratique qui en est issu. 400 personnes intègrent l’école chaque année, sur plusieurs dizaines de milliers de candidats. ​Ecole créée par la révolution, elle est progressivement devenue un lieu de reproduction des privilèges, ne permettant, malgré l’apparence d’un concours ouvert à tous, qu’aux enfants de la bourgeoisie d’y accéder. Lieu de pouvoir absolu, il est l’endroit d’où Laurent Alexandre s’est enflammé contre le “peuple des gilets jaunes”, sous-doués, là où les “X” représenteraient les maîtres de demain. ​Les Polytechniciens sont payés pour étudier, deviennent sous-officiers suite à leur concours et sont censés servir la nation. Ils défilent le 14 juillet devant le Président de la République.​ Pourtant, ces dernières décennies, l’X est devenu l’un des principaux lieux de pillage de la République. Aujourd’hui, un centre “Patrick Drahi” et bientôt un centre Total trônent en son Campus. ​L’intervention a lieu dans le principal amphithéâtre de l’institution, face aux futurs “princes de la République”, à quelques pas du tableau d’honneur où Carlos Goshn figure aux côtés de M. Arnault.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *