La police nationale recrute !

La police nationale recrute ! Entre les départs à la retraite, les suicides, les collègues ayant servi de chair à canon et ceux visés par des enquêtes IGPN pour avoir exécutés les ordres répressifs du ministre de l’Intérieur, 7.500 postes sont à pourvoir d’ici 2022 dans notre administration !

vivez-l-experience-police_focus_slideshow

En 2018, ce n’est pas moins de 6.000 policiers qui ont été recrutés avec un prévisionnel de 3.500 effectifs supplémentaires en 2019.

Entre 2007 et 2014, avec la bénédiction des syndicats de police sarkozystes, aujourd’hui opportunément devenus macronistes, les recrutements au sein de la police nationale ont pratiquement été gelés durant 7 ans.

Paniqués par les manifestations contre la loi El Khomeri, Nuit Debout, les Gilets jaunes et le spectre d’assister à un nouveau soulèvement de la racaille dans les banlieues, les politiciens ont pris conscience de la nécessité de disposer d’une masse conséquente d’effectifs pour assurer essentiellement des missions de maintien de l’ordre, si possible, par des personnels non spécialisés, corvéables à merci.

Si notre syndicat France Police – Policiers en colère milite naturellement pour un accroissement des effectifs de police, nous sommes très inquiets que le recrutement massif express opéré après des années de disette, conduise à des erreurs de casting.

Notre profession a besoin de cerveaux pour mener des opérations d’investigation, d’infiltration et de renseignement. La psychologie est au cœur de notre métier. Or, ce gouvernement va-t-il choisir ce type de candidats ou plutôt opter pour le recrutement de profils intégrant notre maison pour l’attrait des missions de maintien de l’ordre à coups de LBD 40 et de GLI-F4 ?

Le recrutement d’aujourd’hui conditionne la police de demain. Et quelle police voulons-nous pour demain ?

L’investigation judiciaire et le renseignement, le vrai (pas celui consistant à vouloir recenser les Gilets jaunes dans un fichier), sont totalement délaissés pour se concentrer exclusivement sur des missions répressives de maintien de l’ordre visant à museler la contestation sociale.

Pour recruter à tout prix, nos huiles ont lancé une grande campagne de recrutement allant jusqu’à du démarchage de rue. Une structure cubique mobile intitulée « la boite » va se déplacer dans 14 villes pour assurer la promotion de notre Institution.

Et les futures recrues peuvent compter sur « la boite » pour ne pas leur montrer l’envers du décor, le vrai, celui des locaux insalubres, des suicides, du management à la schlague, des violences subies au quotidien par les policiers, du risque juridique permanent encouru par les collègues en raison d’une hiérarchie qui ouvre son parapluie et de juges qui appliquent la double peine à une profession épinglée au mur des cons.

Resultat-concours-gardien-de-la-paix-2018_focus_slideshow

Source : France Police

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.