La police au service de qui ?

Introduction

Chers lecteurs, le temps de « philosopher » est révolu. Nous vivons actuellement et c’est tant mieux, le temps de l’apocalypse, c’est-à-dire, celui du dévoilement. Dans cette confusion apparente, les masques tombent, la vérité apparait au grand jour. Cette excellente nouvelle est la révélation que notre destin NOUS appartient. Il est temps, pour chacun de nous, de contribuer activement au futur de l’humanité.

Par « confort intellectuel », certains d’entre nous s’enfoncent dans leur avilissement et deviennent totalement soumis à ceux qui s’autorisent à manipuler la nature, les animaux et maintenant nos propres gènes. Il est temps de reprendre confiance en l’Être que nous sommes vraiment et d’agir individuellement, pour construire collectivement le merveilleux monde de demain.

L’objectif de ce blog, qui traite de « l’écume des choses », est de vous y aider. Si vous désirez être pleinement acteur de « l’ardente obligation » de changer vraiment ce monde, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour traverser avec profit la période actuelle, ce sera votre manière de m’aider très concrètement, à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

 Sujet du jour

Tous les militaires le savent et s’efforcent d’appliquer cette règle : « Commander, c’est prévoir ». Il n’y a pas que dans les armées que cet adage est appliqué. Tout dirigeant d’entreprise est aussi soumis à une anticipation permanente, pour le bon développement de ses activités. Cela donne alors : « Anticiper, c’est réussir ».

Pour ce qui est du monde politique, les électeurs attendent de lui qu’il prévoie l’évolution des rapports sociaux , économiques et politiques, afin d’en tirer le meilleur et de minimiser les effets néfastes pour les populations. Cela donne alors : « Prévoir, c’est rester en place ».

La particularité en politique, c’est que celui qui est « en haut » de la pyramide peut se permettre des erreurs dans ses prévisions. Ce seront des subalternes qui « partiront » mais lui… pourra rester en place. C’est valable à tous les niveaux de la politique. Prenons un exemple.

Le 25 aout 2018, le ministre de l’Intérieur en place, Gérard COLLOMB, lance un appel d’offres « supplémentaire », relatif à pas moins de 40 000 « grenades de désencerclement » pour équiper nos braves gardiens de la paix forces de l’ordre. Vous informant le 12 octobre 2018 , je m’interroge alors ainsi : «Le gouvernement craindrait-il des mouvements sociaux important ou pire, des émeutes importantes ? ». L’acte 1 du mouvement dit des « gilets jaunes » a lieu le 17 novembre 2018 avec les premières occupations de ronds-points. Hélas, cette protestation populaire a très violemment été réprimée… avec les munitions fraichement commandées.

Le 1er juillet 2019, je vous informe d’un nouvel appel d’offres relatif… excusez du peu… à l’achat de 25 millions de cartouches de guerre pour la bagatelle de 11 200 000 €. Vous avez bien lu : onze millions deux cent mille euros, hors taxes !!! Le président reste, les ministres changent. Le « ministre Christophe » a remplacé le « ministre Gérard ». je m’interroge alors ainsi :

« Mais au fait, pourquoi acheter tant de munitions destinées à des armes de guerre? Pourquoi nos braves « gardiens de la paix » auraient-ils besoin d’utiliser des armes de guerre ? Comment ? Risque de guerre civile ? Vous avez dit, GUER RE CI VI LE ??? Si señor. Si señor. Si señor ».

Le 14 mars 2021 en plein confinement, un nouvel appel d’offres porte cette fois sur « 160 000 munitions de défense unique (MDU) et 10 000 munitions de défense marquante visible ». Comme je vous en informe, le « ministre Christophe » a laissé place au « ministre Gérald » et « Jupiter 1er » est toujours là. Je conclus alors ainsi :

« Que retenir de tout cela ? Que notre gouvernement se prépare à faire face à un soulèvement populaire qu’il prévoit de mater dans le sang. Soyez bien conscient que cela ne manquera pas d’avoir lieu ».

Ces faits montrent clairement qu’un tel arsenal est prévu pour être utilisé… au cas où !!! C’est à ce moment précis qu’il est particulièrement réconfortant de savoir que parmi les différents personnels de la police et de la gendarmerie… beaucoup de personnes se préparent moralement à ne pas exécuter « l’ordre fatal », le jour ou il sera prononcé.

Hélas, certains n’en tenant plus… se suicident (26 depuis le 1er janvier 2022). Comprenez-bien qu’une grande partie de la police : « est avec nous » mais il est très difficile pour les « résistants », de le faire savoir publiquement. C’est la raison d’être de l’association : « Police pour la vérité – Protéger et servir » que de faire lien entre la population et sa police.

La classe politique, qui veut rester en place, cherche à utiliser la police pour ce faire, en l’opposant à la population. Comme un chef d’entreprise, appliquons l’adage : « Anticiper, c’est réussir », en recherchant un dialogue humain avec tous celles et ceux qui gardent en mémoire les valeurs pour lesquelles ils se sont engagés : protéger et servir les populations et non des intérêts particuliers. C’est comme cela que nous réussirons .

« La responsabilité de chacun implique deux actes : vouloir savoir et oser dire »

(Marie Joseph Henri Grouès, dit l’abbé Pierre)

Chers lecteurs, gardez confiance, je vous aime et vous salue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.