La Lettre de la LNPLV : Beyfortus… fait couler de l’encre…

Dans mes dernières lettres, je vous avais parlé de ce nouveau produit annoncé comme le “sauveur” contre la bronchiolite des bébés, dès la naissance. (voir 2023.09/2, 2023.09/7, 2023.12/5 et 2023.12/4).

Le Beyfortus, même si son mode d’administration est sous forme injectable, n’est pas un vaccin, mais un médicament. C’est un anticorps monoclonal sous forme de solution injectable.

Or, depuis quelques temps, la presse pose des mots sur des éventuels dangers…

  • La Dépeche. fr – 08/01/2024 : “ Bronchiolite : l’efficacité du Beyfortus mise en cause
  • L’Est Républicain – 02/11/2023 : “ Beyfortus : pourquoi les médecins contestent ce traitement contre la bronchiolite ?” Un communiqué du Collège national des généralistes enseignants demande une meilleure évaluation du médicament.
  • Le Parisien – 07/10/2023 : “ Bronchiolite : après le manque de doses, le flou sur l’efficacité du traitement préventif Beyfortus ? “
    ” La protection contre les hospitalisations « n’est pas démontrée à ce jour » chez les bébés en bonne santé, d’après un avis scientifique. Le site spécialisé du Vidal estime que « la réduction des formes graves nécessitant une hospitalisation n’était pas clairement établie ». Pourtant, le gouvernement et les instances de pédiatres recommandent le traitement, « y compris chez les nourrissons sans facteur de risque »”
  • Conclusion sur le site du VIDAL 14/09/2023 :
    BEYFORTUS (nirsévimab) est un anticorps monoclonal qui peut être proposé en prévention des infections des voies respiratoires inférieures dues au VRS, à tous les nourrissons, éligibles ou non au palivizumab (SYNAGIS). Néanmoins, il convient d’informer les professionnels de santé et les parents que la diminution de l’incidence des bronchiolites n’est pas leur suppression et que la réduction des formes graves nécessitant une hospitalisation n’est pas clairement établie.
    Enfin, la surveillance de la tolérance de BEYFORTUS en post-AMM, c’est-à-dire en population large, est nécessaire, comme pour tout nouveau médicament, mais aussi en raison de certains effets indésirables d’intérêt particulier ayant eu tendance, dans les essais d’efficacité, à être plus nombreux avec le nirsévimab qu’avec le placebo. “

Malgré ces conclusions, la censure d’information continue, comme sur le site de l’AFP qui a écrit le 20/09/2023 : “ Attention aux publications qui présentent le traitement anti-bronchiolite Beyfortus comme « toxique » pour les bébés “ Article en cliquant ici


Image libre de droit Pexels par Isaac TAYLOR

Taux de mortalité invraisemblablement élevé chez les nouveau-nés ayant reçu une nouvelle injection contre le VRS.

Des chercheurs français indépendants ont découvert une augmentation significative du nombre de décès de nouveau-nés en France coïncidant avec la mise sur le marché du Beyfortus.

Article de Children’s Health Defense du 05/01/2024 en cliquant ici


Le “Collectif Parents & Citoyens France” a édité une lettre ouverte aux sages-femmes ce 2 janvier, afin de les informer sur ce médicament injectable, à savoir que les études cliniques sont toujours en cours et donc incomplètes et qu’il y a plus de décès dans le groupe test que dans le groupe placebo (selon l’EMA, Agence Européenne du Médicament) et de les sensibiliser sur le risque encouru.

Vous pouvez transférer cette lettre ouverte avec le flyer aux sages-femmes dans vos connaissances.

Lettre ouverte aux sages-femmes

Le 2 janvier 2024

Mesdames, Messieurs les sages-femmes,

Nous, parents et citoyens, nous sommes donné comme ligne de conduite de suivre les informations nationales et internationales de très près. Nous consultons les avis et études des scientifiques, des pharmaciens, des anthropologues, des statisticiens, des médecins et des épidémiologistes sans conflits d’intérêt et indépendants de l’industrie pharmaceutique.

Proches des futures mamans, constatez-vous les évolutions préoccupantes signalées depuis trois ans au sein des maternités : diminution du nombre de grossesses, augmentation des complications, des fausses-couches et des mortinaissances ?

Les effets indésirables avérés des deux campagnes de vaccination (injections anti-Covid 19, Gardasil 9©), toujours en cours, confirment nos inquiétudes :
– les données publiés par le gouvernement anglais prouvent l’inefficacité et la dangerosité des injections anti-Covid19 (le Professeur Delfraissy le reconnaît à présent publiquement en France).
– des procès sont en cours, diligentés par des dizaines de plaignants, contre le laboratoire Merck aux USA, dénonçant les décès et autres effets indésirables provoqués par le Gardasil 9©.

À présent, la nouvelle campagne de « immunisation » contre la bronchiolite nous laisse dubitatifs.
Cette maladie connue de longue date, bénigne pour l’immense majorité des bébés et pour laquelle il existe des traitements efficaces, justifie-t-elle d’injecter aux nourrissons un produit encore en phase expérimentale ? Le principe de précaution envers ce nouveau produit devrait être de mise.
L’hospitalisation de 3% des nourrissons nécessite-elle la généralisation d’une telle médication en faisant porter des risques aux 97% autres ?

Le Beyfortus® n’est pas un vaccin, il est encore une nouvelle thérapie qui n’a pas été suffisamment testée et sur laquelle nous n’avons pas assez de recul : « cette thérapie (Beyfortus®) qui très probablement n’a jamais été vraiment testée chez les nouveau-nés, comme la HAS (Haute Autorité de Santé) l’a fait involontairement remarquer ».

Dans le cadre de la procédure d’Évaluation de la HAS, le Beyfortus® est adopté le 19 juillet 2023 par la Commission de la transparence.
Cette dernière toutefois :

– considère que BEYFORTUS (nirsévimab) n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport à SYNAGIS (palivizumab) dans la prévention des infections des voies respiratoires inférieures graves, dues au VRS, (Virus Respiratoires Syncytial) nécessitant une hospitalisation chez les nouveau-nés et les nourrissons à risque élevé d’infection à VRS, et éligibles au palivizumab, au cours de leur première saison de circulation du VRS.

– demande d’être destinataire des résultats de l’analyse finale de l’étude pragmatique HARMONIE portant sur le suivi à 12 mois des enfants inclus (résultats attendus pour février 2024) dans un délai maximum d’un 1 an. La Commission réévaluera le médicament à la lumière de ces données et de toutes nouvelles données disponibles dans un délai maximal d’un an à compter de la date de cet avis.

Dans l’article 3.2.5 de l’Avis concernant l’Étude clinique HARMONIE (NCT05437510), on lit : A noter qu’à ce jour, cette étude n’a pas fait l’objet d’une publication et n’a pas été examinée par les autorités d’enregistrement dans le cadre de l’AMM européenne.

Ne soyons ni témoins, ni acteurs d’un nouveau scandale sanitaire, à l’instar du talc Morhange© (qui provoqua des empoisonnements, fatals pour 36 nourrissons), de la Thalidomine© (qui causa de nombreuses malformations de bébés), ou encore Vioxx©, de la grippe H1N1, du Distilbène©… (série non exhaustive).
Dans le doute toute médication devrait être immédiatement suspendue, à plus forte raison pour des femmes enceintes ou des bébés.

L’ANSM (Agence Nationale de Surveillance du Médicament) émet des doutes depuis le 23/08/2023 dont la conclusion nous interpelle : (en cas) «…d’hypersensibilité ou d’anaphylaxie, arrêter immédiatement... débuter un traitement médicamenteux et/ou des soins de soutien appropriés». 3 4

La FDA (Food and Drug Administration) a enregistré, lors des essais de cet anticorps monoclonal (Beyfortus®), 12 décès de bébés dans l’ensemble des groupes traités : 4 décès cardiaques, 2 gastroentérites, 2 morts subites, 1 cancer, 1 Covid, 1 fracture, 1 pneumonie, mais (curieusement) aucun décès n’a été relié au traitement. La FDA note le déséquilibre (surplus) des décès dans le groupe traité (injecté) par rapport au groupe placebo. (FDA Biologics License Application (BLA) 761328 Nirsevimab Antimicrobial Drugs Advisory Committee Meeting June 8, 2023 Division of Antivirals, Office of Infectious Diseases Center for Drug Evaluation and Research).

L’EMA (Agence Européenne du Médicament) enregistre 3 décès dans les groupes placebo et 11 décès dans les groupes traités. Malgré ce constat l’EMA conclut que la balance bénéfice/risque est positive…! (EMA/786523/2022 Assessment report Beyfortus 15 septembre 2022).

Nous nous inquiétons de la hausse du taux de mortalité des nouveaux nés, observée à partir du mois de septembre 2023 qui coïncide avec le début des injections du Beyfortus® faites avant qu’ils ne quittent la maternité.
Nous nous référons notamment au récent article « Le train Beyfortus a déjà déraillé » de Christine Mackoy (pseudonyme).

Aussi, Hélène Banoun, pharmacien biologiste, ex-chercheur INSERM, rappelle que « la bronchiolite est en général une maladie bénigne, et que le Beyfortus® sélectionne des virus résistants ».

L’injection du Nirsevimab aux bébés en l’état de ces connaissances, s’apparente à une mise en danger de la vie d’autrui.

Le principe de précaution doit prévaloir : la balance bénéfices-risques du Beyfortus® n’est pas favorable pour la grande majorité des bébés. Nos bébés ne doivent pas risquer des complications inhérentes à l’infection par VRS résistants, ni aux interactions avec les 11 vaccins obligatoires qui n’ont pas encore été étudiées.

Il est plus que choquant de constater qu’une étude Polyres soit prévue pour identifier et caractériser les mutations associées à la résistance du VRS au Nirsevimab chez des enfants de 0 à 2 ans alors que la survenue de résistance et/ou de mutation est déjà connue depuis mars 2023 dans l’étude du Lancet.

Le lobbying pharmaceutique au sein de l’Europe a un pouvoir d’influence toujours plus grand qui s’immisce jusque dans les décisions politiques de santé. Avec de tels intérêts financiers en jeu, à nous d’y porter un regard critique et d’exiger un contrôle plus rigoureux des nouveaux produits.

N’oublions jamais que la bonne pratique médicale impose un consentement libre et éclairé qui repose lui-même sur une information complète laissant ainsi la liberté de choix, dans le respect du principe de précaution.

Soyons circonspects sur l’utilisation du Beyfortus® !
Nos bébés comptent sur nous pour être protégés et non pas devenir des cobayes.

Profiter d’un tel moment pour soutirer aux parents un consentement à une médication potentiellement dangereuse, pourrait être qualifié d’abus de position dominante sur personne en état de faiblesse.

Nous restons à votre entière disposition pour de plus amples précisions.

Le collectif Parents & Citoyens France

Courriel : parents.citoyens.france@gmail.com

Cosignataires :

SF clés (collectif de Sages-Femmes pour un Choix Libre et Éclairé en Santé)
Voix de Sages-Femmes
Dr Laurence Kayser, gynécologue
Dr Nicole Delépine pédiatre & oncologue
Dr Hélène Banoun, pharmacien biologiste & ex-chercheur INSERM
Dr Gérard Delépine, chirurgien, oncologue & statisticien
Dr Philippe De Chazournes, médecin omnipraticien
Corine DORO, Sage-Femme Libérale
Françoise Bloch, socio-anthropologue
AIMSIB
Alliance Citoyens Libres (ACL)
Alliances Citoyennes 79
Association Citoyens Libres des Pyrénées
Association Contre-Attack
Association E3M
Association l’UNION fait la FORCE 88 (UFLF88)
Association NEC MERGETUR 17
Association Profession Gendarme
Association SOS Libertés
Basic 37
Collectif des Syndicats et Associations Professionnels Européens (CSAPE)
Collectif Chalonnais Libertés & Vérités
Collectif les Blouses Blanches
Collectif Liberté 07
Collectif Pays de Loire
Collectif Santé 44
Collectif Santé Mauges
Combien à être Humains ?
Comité de soutien aux Parents en Presqu’île de Crozon
Corse Humanis
Corse Unis
Enfance et Libertés Yvelines
Info Vie 18
L’Ordre Universel des Praticiens de Santé (OUPS)
Les Artisans de la Vie
Les Citoyens Libres du 67
Les Désenfantés
Les Masques Blancs de Nantes
LIBERTAD
Libertés 78
Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV)
Nopass 24
Où est mon cycle ?
Police pour la Vérité
Pour la Liberté de Choix 01
Réinfo Bourg 01
Reinfo Citoyens 91
Réinfo les Collectifs
Réinfo Paris
Réseau « Ne touchez pas à nos enfants »
REVAV
Solidarité Objectif Santé (SOS)
Soutien au Personnel Suspendu (SPS)
Sport Sur Ordonnance Carcassonne
Union Nationale d’Initiative Citoyenne du Bas-Rhin (UNIC 67)
VERITY France


Et voici ce qu’écrit le site infovac-france dans son bulletin de août 2023 :
La décision des Autorités de Santé, soutenue par le Conseil National de Pédiatrie
(pdfLien 1 (3.14 MB) ) et le Collège de la Médecine Générale, d’implémenter cette immunisation étant actée, nous devons tous concourir à atteindre des couvertures suffisantes afin d’obtenir un fort impact pour les nourrissons et la santé publique. InfoVac vous précise les modalités pratiques et les questions les plus fréquentes déjà posées sur la plateforme. Certaines des réponses ne sont pas fondées sur des preuves mais sur l’expérience acquise avec le Synagis® et… le bon sens
. “

Oui, vous avez bien lu : “ Certaines des réponses ne sont pas fondées sur des preuves mais sur l’expérience acquise avec le Synagis® et… le bon sens. “


Une pétition circule que nous mettons à titre d’information ici


Nous rappelons notre pétition pour l’abrogation des obligations vaccinales


Plus que jamais, dans ces moments liberticides, nous avons besoin de vous pour continuer notre action, vos dons ou adhésions sont nos seules ressources. Tout particulier ou entreprise peut faire des dons, lui permettant une réduction d’impôt de 66 % des sommes versées, dans la limite de 20% de son revenu imposable.


Merci de diffuser cette lettre à tous vos contacts, l’information doit passer, nos libertés et notre santé sont en danger. Ces articles sont mis pour information, sans parti pris politique, religieux, ou autres…Notre droit est d’informer, chacun est libre de lire ou non ce qui lui convient.


Source : LNPLV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *