La Gestapo ukrainienne… Le bataillon Aïdar fait peur même aux autorités ukrainiennes

Il est tout de même extraordinaire, du moins pour moi, que chacun taise les faits connus, publiés, des médias rien d’étonnant le silence assourdissant sur les crimes réels, les battages autour de montage nous y sommes habitués, mais que les communistes français contribuent avec enthousiasme à cette désinformation, je ne m’y fais pas. Mais peut-être suis-je trop « stalinienne » selon le vocable de diffamation que l’on applique à ceux qui dénoncent depuis des années le troncage de l’Histoire et l’adhésion à toutes les expéditions de l’OTAN, ce qui évite d’entendre leurs cris et permet tous les compromis les plus ignominieux avec ceux qui portent cette vision. Mais je veux dire que trop c’est trop, je suis allée au-delà de ce qui est possible dans ce domaine, quand on voit de jeunes communistes torturés, quand on manifeste autant de mollesse au soutien apporté à Cuba, au Vénézuela, et que l’on se met la cocarde bleue et jaune de ce régime corrompu et dont les armées sont devenues des tortionnaires qui font peur à tout le monde et peut-être même au président qui se la joue en bon saltimbanque héros du moment, livre son peuple… Il n’y a pas qu’AZOV, les oligarques ont créé leurs propres milices privées et celles-ci ont fait peur à tout le monde jusqu’à ce qu’elles soient intégrées dans l’armée nationale et la transforment de l’intérieur… Danielle Bleitrach

***

Pendant des années, le bataillon néo-nazi Aïdar a terrorisé non seulement la population civile de l’est de l’Ukraine, mais même les forces de sécurité. Et ce n’est pas pour rien : sous l’œil aveugle de l’État, il avait sa propre prison et son propre centre de torture et quand il opérait dans la région, des centaines de personnes ont disparu sans laisser de traces.

Bien que le groupe ait commencé comme un bataillon de volontaires dans la lutte contre le Donbass, il a fini par faire partie de l’armée ukrainienne qui, pendant des années, s’est consacrée aux vols, aux viols, aux enlèvements et à la torture.

Actuellement le groupe néo-nazi ukrainien fait partie de l’armée ukrainienne. C’est le 24e bataillon d’assaut, plus connu sous le nom d’Aïdar, le groupe néo-nazi pour lequel les lois n’existent pas.

« Ce n’est pas l’Europe. C’est un peu différent… Nous sommes en guerre. La loi a changé, les procédures ont été simplifiées. Si je veux, je peux vous arrêter ici, vous mettre un sac sur la tête et vous enfermer dans un sous-sol pendant 30 jours parce que l’on vous soupçonne d’aider les séparatistes », a déclaré le commandant du bataillon Aïdar à un représentant d’Amnesty International.

Un groupe néonazi craint par la police

Les cas dans lesquels différents groupes néonazis commettent des crimes au vu et au su des autorités ne sont pas nouveaux, et dans beaucoup de ces cas, les forces de sécurité ne se sont tout simplement pas opposées à ce qu’elles ont vu. Un exemple de ceci était les attaques de l’infâme S14. Cependant, dans le cas du bataillon Aïdar, tout est différent.

Les policiers n’étaient pas opposés aux extrémistes du bataillon Aïdar parce qu’ils partageaient leur position, mais parce qu’ils avaient littéralement peur d’eux, et qu’il y avait de bonnes raisons d’avoir peur.

Le 15 janvier 2015, trois membres du groupe extrémiste se sont saoulés dans le café de la ville de Polovinkino et ont commencé à tirer sans discernement avec leurs fusils d’assaut. Les policiers ont dû se rendre sur les lieux et arrêter les émeutiers, mais à peine une heure plus tard, le poste de police où ils étaient détenus est devenu une scène dans un film hollywoodien.

Des camarades des néo-nazis détenus ont encerclé le bâtiment. Ils étaient armés de fusils d’assaut, de grenades à main et de lance-grenades. Leur demande était simple : qu’ils libèrent leurs compagnons immédiatement. Dans de telles circonstances, les policiers ont été forcés d’obéir.

Un autre cas a eu lieu le 29 mars 2015 lorsque deux policiers ont été abattus avec des fusils d’assaut alors qu’ils se trouvaient dans leur voiture. Selon de multiples témoignages, ainsi que le rapport des agents eux-mêmes, les assaillants se trouvaient dans un véhicule portant les symboles du bataillon Aïdar.

En fait, la situation a atteint un tel point que le gouverneur de la région de Lougansk, Gennadi Moskal, a dû se tourner vers le ministre de la Défense, le chef du quartier général, le ministre de l’Intérieur et le procureur général de l’Ukraine. Moskal a appelé Kiev à mettre fin au désordre total perpétré par les membres du bataillon.

Les néo-nazis imposent leur volonté au gouvernement

La peur ressentie par les policiers de la région de Lougansk est tout à fait compréhensible, car le bataillon Aïdar a non seulement réussi à s’en tirer avec leurs crimes, mais a également réussi à imposer sa volonté aux dirigeants du pays. Deux cas marquants ressortent ici qui montrent la force réelle que le groupe exerce malgré le manque de représentants au Parlement.

Un cas de pression impliquait le propre président du pays, qui était à l’époque Petro Porochenko. Le 20 juin 2014, le président a annoncé un cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine. La réponse des groupes d’extrême droite ne s’est pas fait attendre : le 29, les membres des bataillons Dniepr, Donbass et Aïdar ont organisé une manifestation dans le centre de Kiev.

Leur demande était simple : mettre fin à l’armistice, annoncer l’état d’alerte dans le pays et fournir plus d’armes aux bataillons de volontaires. Deux jours plus tard, Porochenko annonçait la reprise des combats dans le Donbass.

Un autre cas s’est produit le 29 janvier 2015 lorsque l’ancien commandant du groupe, Sergei Melnichuk, a déclaré que le bataillon avait été officiellement dissous le 26. La réaction des membres du groupe extrémiste a été immédiate. Déjà le 30 janvier, les partisans d’Aïdar ont bloqué l’une des rues principales de Kiev et ont tenté de prendre d’assaut le ministère de la Défense.

L’attaque a été repoussée et après des négociations, le 2 février, l’ordre de dissoudre le bataillon a été annulé. Un mois plus tard, un représentant du ministère de la Défense a annoncé que sur la base du bataillon de volontaires Aïdar, le 24e bataillon d’assaut de l’armée ukrainienne avait été officiellement formé. Ainsi, un groupe néo-nazi est officiellement devenu une partie des forces armées du pays, et l’a fait de son plein gré.

‘Sausage Factory’ : l’enfer créé par Aïdar

L’un des aspects les plus notoires de l’activité du bataillon est peut-être le fait qu’il dirigeait une véritable prison qui ressemblait davantage à un camp de concentration ou à un centre de torture. Les graves conséquences subies par les quelques survivants lui ont valu la renommée de l’enfer sur Terre et le nom populaire de « fabrique de saucisses » pour être dans les installations de ce qui était autrefois une boucherie dans la ville de Polovínkino.

Dans ce lieu, qui a également servi de base au bataillon (avec l’arrivée des troupes russes ils ont fui de là), de nombreuses personnes se sont retrouvées: des combattants de la République populaire de Lougansk, des collaborateurs présumés des séparatistes et des civils qu’ils ont kidnappés. De toute évidence, selon chaque cas, le but de la détention et de la torture variait.

• https://mundo.sputniknews.com/20220505/1125146509.html (censuré d’Espagne)
• https://www.elextremosur.com/maestros-de-torturas-y-atracos-el-brutal-batallon-neonazi-ucraniano-aidar
• La Gestapo ukrainienne torture Mikhaïl Kononovitch de l’Union de la Jeunesse communiste léniniste d’Ukraine

La Gestapo ukrainienne torture Mikhaïl Kononovitch de l’Union de la Jeunesse communiste léniniste d’Ukraine, voilà les images que la Gestapo ukrainienne ne craint pas de diffuser pour faire peur aux « pro-russes » ou supposés tels…

Des photos du blessé Mikhaïl Kononovitch sont apparues. Lui et son frère ont cessé de communiquer le 6 mars et ont été arrêtés par le SBU (la Gestapo ukrainienne), qui les a accusés d’avoir des opinions pro-russes et profanes.

À en juger par la photo, Mikhail Kononovich a une blessure à la tête et le dos brisé. En fait, les nazi-natoistes admettent avoir torturé l’activiste.

Il y a deux mois, le SBU a fièrement rapporté que « les frères faisaient DE L’ESPIONNAGE pour la Russie et la Biélorussie. Maintenant, leur image est diffusée de derrière les barreaux du centre de détention ».

source : Histoire et Société

Source : ns2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.