La gendarmerie de Chamousset (Savoie) ferme ses portes

Le maire de la commune, Yannick Logerot, déplore cette fermeture, alors que le préfet avait insisté sur la nécessité de ces brigades proches des populations après les attentats de novembre à Paris et Saint-Denis.

Ce 1er août, la gendarmerie déménage © France 3 Alpes / Joëlle Ceroni© France 3 Alpes / Joëlle Ceroni Ce 1er août, la gendarmerie déménage

Malgré la mobilisation des élus locaux, la gendarmerie de Chamousset est désormais close et le dernier gendarme a déménagé ce 1er août. Cette brigade de proximité, qui comptait 7 gendarmes, couvrait une quinzaine de communes. Mais c’est désormais la brigade de La Rochette, à 12 kilomètres de là et qui intervenait déjà sur le secteur de Chamousset, qui va prendre le relais.

12 nouveaux équipiers devraient y être affectés. Mais pas ceux de Chamousset. Ces derniers sont mutés dans le département, en fonction des affectations demandées.

La brigade de La Rochette va prendre le relais de celle de Chamousset © France 3 Alpes / Aurore Trespeux© France 3 Alpes / Aurore Trespeux La brigade de La Rochette va prendre le relais de celle de Chamousset

Seulement, aucune raison officielle n’a été donnée pour justifier la fermeture de la gendarmerie. La préfecture et la gendarmerie ne souhaitent pas s’exprimer.

Pour Yannick Logerot, le maire de ce village savoyard, la pilule passe mal. “Il n’y a pas eu de consultation des élus locaux”, déplore-t-il, alors que le ministère de l’Intérieur avait promis un dialogue, à l’annonce de la fin de la brigade, en septembre 2015. Il avait même cru à l’abandon du projet, quand en janvier 2016, il avait reçu un courrier du Colonel Franck, de la brigade de proximité, au sujet de travaux pour rendre le bâtiment accessible aux handicapés.

Le 21 janvier, il apprenait cependant que la décision était prise. Chamousset perdait sa brigade de proximité. Un choix que comprend mal Yannick Logerot, alors que l’état d’urgence a été de nouveau prolongé de trois mois après l’attentat à Nice et que les terroristes frappent aussi dans les territoires ruraux, comme à Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet dernier.

Source :  FR3 Alpes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *