JO de Pékin : Trois gendarmes représentent la France sur les pistes

Avec beaucoup de fierté, Antoine Adelisse (ski freestyle), Lucas Chanavat (ski de fond) et Nils Allègre (ski alpin) représentent la France mais aussi la Gendarmerie nationale lors des jeux Olympiques d’hiver de Pékin, dont les épreuves se déroulent du 4 au 20 février 2022.

Depuis le 4 février, trois gendarmes Français participent aux jeux Olympiques d’hiver de Pékin. En Chine, Antoine Adelisse, Nils Allègre et Lucas Chanavat, tous les trois sportifs de haut niveau et membre de l’équipe de France militaire de ski, tenteront de briller. Les épreuves se termineront le 20 février.

Lucas Chanavat

Comme l’explique L’essor, pour le skieur de fond et maréchal des logis-chef (MDC) Lucas Chanavat, il s’agit d’une seconde participation aux jeux Olympiques après une 34e place obtenue il y a quatre ans, en Corée du Sud, lors des Jeux de Pyeongchang. A 27 ans, le fondeur est un sérieux outsider pour une médaille olympique. Fin 2021, il avait d’ailleurs retrouvé les sommets internationaux avec deux podiums à Dresde puis à Lenzerheide. Victime d’une fracture de fatigue l’été dernier, il est en train de revenir à son meilleur niveau. Le gendarme Chanavat compte trois victoires en Coupe du monde depuis le début de sa carrière.

Il sera aligné dans deux épreuves: qualification et finale du sprint (style libre) le 8 février (à partir de 9h50*), puis les demi-finales et finale du sprint par équipes (style classique) le 16 février (à partir de 10h40*).

Antoine Adelisse

Pour le maréchal des logis (MDL) Antoine Adelisse, le rêve d’une médaille a failli virer au cauchemar avant que ne débutent les épreuves de ces jeux Olympiques de Pékin. Il y a deux semaines, lors des X-Games à Aspen, aux Etats-Unis, l’athlète s’est fait une grosse frayeur en chutant à l’entraînement, juste avant la compétition de big-air (grand saut). Le skieur freestyle s’est blessé au dos et a fini à l’hôpital. « À l’hôpital, c’était pas évident. Je me disais que c’était peut-être terminé pour moi… J’étais dans un sale état, j’arrivais plus à marcher », a-t-il expliqué. Bilan: deux petites fractures au dos qui ne vont toutefois pas l’empêcher d’être sur les skis à Pékin.

Pour ses troisièmes JO, le gendarme de 27 ans espère retrouver la pleine possession de ses moyens. Si c’est le cas, il visera une médaille en big air le 7 février (à partir de 6h30) et 9 février (à partir de 4h). En slopestyle (descente acrobatique), il sera outsider le 14 février (à partir de 5h30) et le 15 février (à partir de 2h30).

Nils Allègre

A 28 ans, le maréchal des logis (MDL) Nils Allègre s’apprête à disputer ses premiers jeux Olympiques d’hiver. Entré en Gendarmerie en 2018, le skieur, originaire de Briançon, est un peu à la recherche du temps perdu. Auteur d’une excellente et prometteuse 4e place au Super-G de Garmisch Partenkirchen, au cours de la saison 2020-2021, il n’a pas réussi à confirmer par la suite. Il a réussi à se qualifier pour le Super-G, dont le départ sera donné le 8 février (à partir de 4h00), sans forcément faire le plein de confiance. Il espère ainsi créer la surprise et viser le podium. 

A la veille de l’ouverture des jeux, il a découvert la piste olympique et a bien failli être piégé sur le haut du tracé lors du premier entraînement: « Je me suis fait une grosse frayeur assez vite, j’ai failli m’arrêter après 15 secondes. J’ai appuyé sur un mouvement de terrain, et ça m’a catapulté, j’ai la chance d’être sur mes deux jambes », a-t-il explique sur L’Equipe.fr.

Source : Actu Pénitentiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.